référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1995-02/msg00007.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: Condamnes executes sur scene? Luc Borot



J'ai interrogé mon éminent collègue Jean-Marie Maguin sur ce genre
de pratiques dans le théâtre anglais du moyen âge et de la période Tudor.
Il a en mémoire une proposition d'un médecin néerlandais qui recommandait
ce genre d'uitilisation aux  autorités, pour réduire le nombre des
prisonniers et étudier la physiologie du supplice. Il n'a aucun souvenir
d'avoir lu ou entendu dire que le carabin en question ait été suivi.
En revanche, chez le juriste élisabéthain-jacobéen Sir Edward Coke,
le supplice pour haute trahison, qui allait de la flagellation à
l'écartellement en passant par le pilori, la castration, la pendaison,
l'éviscération, la pendaison et la décapitation (on ne rit pas, dans le
fond de l'amphi, svp!), est une mise en scène à caractère liturgique, et
onpeut ici penser à la liturgie d'auto-découronnement de l'acte IV du
*Richard II* de Shakespeare, à certains égards.
Le plus cruel au théâtre, c'est le renoncement à soi-même, comme
chez Othello, Coriolan ou Richard II, bien plus que les mutilations d'un
Titus Andronicus; je peux me gourrer, mais j'ai ptêt' pas tort.

a la bonne vostre, et dîtes-moi si mes accents ne passent
pas. On est ben loin derrière les godons pour ce genre de chose, nouzaute,
spas.

Luc Borot

*******************************************************
Luc Borot <lb@alor.univ-montp3.fr> home 33-67 52 07 98
<lb@bred.univ-montp3.fr> fax  33-67 14 24 65
work 33-67 14 24 49/33-67 14 24 48
Centre d'Etudes et de Recherches sur la Renaissance Anglaise
Universite Paul Valery   ---   Montpellier (France)