référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1996-01/msg00000.html
       Chronologie       
       Conversation       

Lever de rideau BOURASSA ANDRE G



La question sur les pieces en un acte m'a laisse songeur sur la fonction
meme de ces pieces courtes et leur tradition. Je pense en particulier a
l'habitude des levers de rideau que je connais bien mal et a celle des
farces de fin de soiree qui me parait tres bizarre. Quelqu'un sait-il de
quand datent ces utilisations de la piece en un acte et combien de temps
elles ont dure?
Dans le cas des farces de fin de programme, je pense au fait que la
troupe Allen & Moore ait annonce que la farce _The Wrangling Lovers_
allait suivre _She Stoops to Conquer_ (16 mars 1786), que la farce _The
Deuce is in Him_ allait suivre la tragedie _The Countess of Salisbury_
(23 mars), que la farce _The Register Officer_ allait suivre _The
Suspicious Husband_ (6 avril), que l'"entertainment" _Miss in Her Teens_
allait suivre la tragedie _Jane Shore_ (13 avril), que la pantomime _The
Italian Gardener_ et le "musical entertainment" _Thomas and Sally_
allaient suivre _Richard III (18 mai), que des extraits de _Lecture on
Heads_ et la pantomime dansee _The Sportsman Revels_ allait suivre la
tragedie _Douglas_ (6 juillet), que la comedie _Wrangling Lovers_ allait
suivre la tragedie _The Countess of Salisbury_ (20 juillet 1786), que
_The Poor Soldier_ allait suivre l'opera _The Padlock_ (22 avril 1790),
etc. Ces farces avaient-elles une fonction de "pousse-cafe"? Voulait-on
eviter le brouhaha de ceux qui devaient partir tot pour rentrer dans les
faubourgs avant la fermeture des portes de la ville et dont le tapage
aurait bouleverse la fin de la piece maitresse? Voulait-on plus ou moins
consciemment creer un effet de distanciation? Tenait-on a ce que les gens
sortent en fete plutot qu'en larmes?
La tradition inverse est-elle typiquement d'origine francaise? Le petit
lever de rideau _"Je vous aime"_ de Louvigny de Montigny, ecrit en
1901, cree au Monument-National de Montreal le 27 avril 1902 et paru dans
_Les Boules de Neige_, comedie en trois actes precedee d'un lever de
rideau _"Je vous aime"_ (Montreal, Deom, 1935) est une oeuvre encore
agreable a lire. Pourtant, la definition qu'Alfred Bouchard donne du
lever de rideau dans _La Langue theatrale_ (Paris, Arnaud et Labat, 1878,
p. 150) est loin d'etre flatteuse et semble en antinomie complete par
rapport a la tradition de la farce de fin de soiree:
"Dans les theatres ou le gros poisson a seul de l'attrait, on tient en
reserve quelques goujons en un acte qu'on sert en 'lever de rideau'.
C'est un hors d'oeuvre qui passe toujours inentendu et laisse au public
gourmand de la grosse piece le temps d'arriver, d'ouvrir bruyamment les
loges, de s'asseoir, de placer les petits bancs, de se moucher, de
regarder dans la salle si on y voit des connaissances, d'acheter le
programme, etc. etc. Le 'lever de rideau' est une piece usee ou un jeune
OURS."
Andre G. Bourassa <bourassa.andre_g@uqam.ca>
http://www.er.uqam.ca/nobel/c2545/theatral.html

------------------------------

End of QUEATRE Digest 154
*************************