référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1996-01/msg00035.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: Lever de rideau Guy Spielmann



Merci a David Trott pour ce luxe de precisions, qui m'inspirent en retour
ces quelques pensees:

Sans parler de la question terminologique que souleve l'epithete de
"petite", une critique du concept de piece en tant qu'unite s'impose;
comme le signale fort justement D. Trott beaucoup de pieces "en un acte"
en ont trois, puisque le prologue et le divertissment finissent par
prendre tant d'ampleur qu'ils constituent de veritables actes---et
d'ailleurs, les auteurs les decoupent en scenes. Ce procede s'est
effectivement generalise a la fin du XVIIe, et ces deux appendices sont
effectivement le lieu de variations du texte, parfois liees a une
actualite immediate: il arrivera assez frequemment, par exemple, que les
acteurs y interpellent directement le public, critiquent la concurrence,
ou se moquent de leurs rivaux malheureux---comme Dufresny et Regnard, qui
ajouteront deux couplets ironiques a la fin de leur Foire Saint-Germain,
que Dancourt a tente de "pirater" sans succes au Francais.
Bref, ces actes sont d'assez extraordinaires foyers de creation....
Nous avons donc une formule de piece "modulaire"---tres loin donc de
l'unite aristotelicienne, qui complexifie encore l'ensemble performatif,
et qui peut se donner libre cours a la Foire.

Guy Spielmann

------------------------------