référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1996-02/msg00087.html
     Chronologie         
     Conversation         

Subjectivite faiblesse et force. Serge Ouaknine





A propos de subjectivit=E9 voici une belle confession du metteur en sc=E8ne
Klaus Michael Gruber:

" Le metteur en scene c'est quelqu'un qui elimine la peur des acteurs - ils
sont pleins de peur - mais une fois la peur leve'e, ils deviennent
tellement beaux...il faut beaucoup de chaleur pour lever cette peur. Comme
j'ai la chance d'etre un homme tellement faible, ils savent que je ne
triche pas..."

( Extrait de l'entretien accorde' a Jean-Pierre Thibaudat in Liberation, le
6 decembre 1984 ).

____________________________________________________________________________
___________


Pour soutenir ce qu'il dit des mises en scenes de Gruber, dans un texte
d'eloge intitule, fort a propos: "La force d'un faible", le metteur Bernard
Sobel en sc=E8ne cite un petit texte d'Yves Bonnefoy" que voici:

" Cette feuille tombe de l'arbre, avec tout le temps qu'il faut, c'est
comme si elle deployait, sous nos yeux, une duree quasi infinie entre le
commencement et la fin de sa breve chute; et pourtant, en cet instant meme,
on ne sait plus que c'est la du temps, car, dans le tout, dans l'unite qui
affleurent, commencement et fin -- qu'ils soient de la feuille qui tombe ou
de la galaxie qui brille pour rien dans l'espace, la meme absence eternelle
de commencements et de fins. La forme du temps s'est deployee, mais sa
notion n'a plus de cours en nous. Et un changement de meme nature semble
pouvoir se produire dans notre rapport a ce que nous sommes, Nous nous
percevons mortels, c'est vrai, d'une facon qui auparavent n'avait jamais
ete aussi immediate, mais c'est aussi comme s'il n'y avait plus de mort,
puisque nous n'avons plus de realite separee en cet UN ou notre propre
duree de feuille qui tombe de l'arbre nous reinstcrit. D'ou un allegement
de tout l'etre. On pressent ce que pourait etre une divine gaitee." Et
Sobel ajoute aussitot:
"Ce texte me fait penser au travail de Gruber. D'un cote, il y a la rue, la
politique, les enfants turcs qui brulent. Et puis, il y a l'Aspiration a ce
moment d'eternite, a cette intemporalit=E9."(...)

____________________________________________________________________________
___________

Ces deux fragments (p.4 et p.173) sont extraits du livre:

Klaus Michael Gruber: ..il faut que le theatre passe par les larmes...
Portrait propose' par Georges Banu et Mark Blezinger

Klaus Michael Gruber: ..il faut que le theatre passe par les larmes...
Portrait propose' par Georges Banu et Mark Blezinger

Edition du Regard
Academie Experiement ale des Theatres
=46estival d'Automne
Paris 1993

____________________________________________________________________________
___________


Pour ma part, je sais que je suis en rapport avec une oeuvre quand celle-ci
me donne la sensation, le desir immediat, de creer.
Au sortir d'une oeuvre qui touche cette sensation si preignante, si forte
et si friable d'intemporalite', je ne peux repondre que par un desir
immediat de crer. Je sais que je suis devant une oeuvre d'art quand elle me
donne la pulsion simple et joyeuse de poursuivre son elan. A partager et
refaire ce qui est entre' en moi comme une offrande.
Il me semble que c'est cette subjectivite la qui inspire l'ecriture de ceux
qui avec candeur et rigueur nous restituent le corps de cette alterite plus
vrai que nature et qui fait oeuvre.





../_/...../_/...../-/..../_/....../_/....
..(@ @).....(@ @).....)@-@(....(@ @)......(@ @)....
...(x).......(#).......nNn......)o(........*o*.....
..(   )......./.........u........?........./-.....
oOO- -OOo.....!......../ .......x......oOO....OOo.


Serge Ouaknine
Tel:(1- 514) 288-0418        Fax:(1- 514) 288-3514

e-mail : r34424@er.uqam.ca
3543 St-Urbain,Montreal,Quebec,Canada H2X 2N6

+--------------------------------------------------+

La plage ne saura jamais le destin du sable passager.

+--------------------------------------------------+



------------------------------