référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1996-04/msg00062.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: Reduction de tetes... plantees au bout du piquet! Godin Jean-Cleo



Cher Bernard,=20

=09=09Ta suggestion est not=E9e par le pr=E9sident de la SQET! Mais le deba=
=20
bat sur l'universalite de Tremblay me sidere. J'aurais du mal a savoir=20
par quel bout le REPRENDRE. Dans l'immediat, la SQET va s'interesser a=20
celui qu'Annie Brisset a nomme le =ABpoete nationaliste quebecois=BB des=20
annees 70-80, un auteur regionaliste (peut-etre =E9cossais!) nomme=20
Shakespeare. J'espere que tu seras des notres a Quebec d'abord, puis a=20
Montreal a l'automne. Apres tout, pourquoi pas un seminaire =ABShakespeare=
=20
et Tremblay=BB?

=09=09=09=09=09=09Amities, cher Ganesh,

=09=09=09=09=09=09Jean Cleo.

On Wed, 10 Apr 1996, LAVOIE BERNARD wrote:

> Date: Wed, 10 Apr 1996 12:27:54 -0400
> From: LAVOIE BERNARD <k22401@er.uqam.ca>
> To: godinjc@ere.umontreal.ca
> Subject: Re: Reduction de tetes... plantees au bout du piquet!
>=20
> Je trouve toute cettte discussion extremement stimulante.
>=20
>=20
> =09Je suis evidemment d'accord avec Alvina Rupecht quand elle questionne=
=20
> la validite de la notion d'universalite.   Les generations futures=20
> decideront de ce qui leur conviendra.   Speculer sur la perennite des=20
> textes de Dube, Tremblay, Dubois ou Ducharme, c'est comme affirmer que le=
s=20
> Doors ou les Rolling Stones seront plus influents sur la culture populair=
e, a=20
> long terme, que les Beatles. Absurde?=20
>=20
>=20
> =09Pour revenir a Tremblay.  J'ai eu le plaisir de mettre en scene Les=20
> Belles Soeurs (traduction de Van Burek) au departement de theatre de UCLA=
=20
> en 1984.  C'etait mon projet synthese de maitrise.  J'avais aussi monte=
=20
> Sainte Carmen de la Main au meme endroit, l'annee precedente.  A chaque=
=20
> representation, le public a ete estomaque par la qualite des oeuvres de=
=20
> Tremblay.  Face a la piece, l'un retrouvait son enfance dans le Bronx,=20
> l'autre sa jeunesse dans South Side Chicago, un ami noir a meme reconnu=
=20
> sa famille de Harlem dans les personnages de Tremblay.  Certains spectate=
urs=20
> qui habitaient la banlieue californienne reconnaissaient eux aussi des=20
> rituels familiers de vie de quartier.  J'ai aussi vu la piece mise en=20
> scene par Louise Lalonde au departement de theatre de Tulane University:=
=20
> meme reaction.  Devant ces receptions, on ne peut pretendre que c'est la=
=20
> texture du langage ou le contenu nationaliste qui operait. =20
>=20
> =09La traduction ecossaise des Belles soeurs du Tron Theatre est un=20
> autre exemple de la qualite brute de l'oeuvre de Tremblay. =20
>=20
> =09Curieusement, la piece de Tremblay la plus representee aux USA=20
> est Bonjourla, Bonjour.=20
> =20
> =09Au dela de son ancrage montrealais, peut etre meme a cause de=20
> celui-ci, Tremblay sait toucher le spectateur occidental peu importe sa=
=20
> langue et son origine sociale ou geographique.  J'espere que Dube, Dubois=
,=20
> Ducharme et bien d'autres quebecois reussissent la meme chose.   =20
>=20
>=20
> En guise de conclusion temporaire:  Est-ce qu'il n'y a pas ici assez de=
=20
> materiel pour servir de thematique a un colloque de la SQET?  Je=20
> discuterais avec grand plaisir, in situ, avec les collegues.  Ce serait=
=20
> plus chaleureux que de passer par une machine.
>=20
>=20
> Amities.
>=20
> Bernard Lavoie.
>=20

Jean Cleo Godin                           godinjc@ere.umontreal.ca
Departement d'etudes francaises           (514) 343-5918
Universite de Montreal                    (514) 343-2256 (telecopieur)


------------------------------