référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1996-04/msg00093.html
     Chronologie       
     Conversation       

Quebec vue d'ailleurs WHITELEY DAVID



Je trouve que les commentaires de Daniel Attias exprime pas mal mes
propres sentiments comme anglophone ontarien face a la dramaturgie
quebecoise.  C'est peut-etre (sans doute, vous disez?) une injustice que
Tremblay est devenu l'unique dramaturge bien connu par les anglophones de
Canada, mais il merite l'attention qu'il a recu, je trouve.

Ce qui m'interesse avec Tremblay c'est justement que ses pieces ne
correspond pas a un norme que certains utiliseraient pour le juger comme
moins fort qu'un autre.  Par example, en lisant _Les Beaux Dimanches_ ou
Tit Coq_,  j'ai eu l'impression de lire des pieces qui aurait pu etre
ecrit par des  anglophones, et qui ne se distingue pas d'une pratique assez
familier.  Par une comparaison (sans doute injuste), chaque piece de
Tremblay m'apporte une approche stimulant et differente a l'ecriture qui
complement les pratiques plus familier dans les traditions anglophones.
Les anglophones canadiens apprecie Tremblay, pas comme representatif du
quebec ni comme modele a suivre necessairement, mais pour une approche
rafraichisant qui peut interesser les gens d'ailleurs.

La connaissance de Tremblay parmi les anglophones est egalement du aux
efforts de certains comme Jon Van Burek, et je ne nie pas que j'aurais
peut-etre pu etre mene a une plus grande appreciation des autres auteurs
s'ils avait des champions anglophone comme M. Van Burek.  Une meilleure
choix de lectures de ma part m'aurais egalement mene a trouver cette
qualite rafraichissant chez d'autres ecrivains quebecois.

Tout ca pour dire que les evaluations des oeuvres changent radicalement
selon le point de vue et la culture, et le jugement d'"universalite",
"regionaliste" ou "representatif" porte sur un oeuvre du point de vue
quebecois n'a pas beaucoup a dire du point de vue d'un etranger.  Peut
etre Tremblay n'est pas destine a une immortalite ici, mais ca ne
l'empeche pas en Ontario (ironique, n'est-ce pas? mais c'est en train
d'arriver, avec la presence de Tremblay dans le contexte conservateur du
Stratford Festival), et si ca arrive en Ontario, c'est plus la
coincidence du contexte specifique Ontarien (et l'influence d'un petit
nombre de "champions") plutot qu'une qualite inee dans l'oeuvre qui
l'accordera une "immortalite".


------------------------------