référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1996-05/msg00013.html
     Chronologie       
     Conversation       

Amateurs et conscience artistique DR ROGER D BENSKY



Ne parlons plus argent, puisque c'est un point de rupture sur le plan
symbolique. Parlons conscience, dans le sens duel du terme : exigence
mais aussi ce dont je suis/tu es conscient. Au fond, cette histoire
d'amateurs, c'est peut-etre une question de culture---au sens
anthropologique. Dans le monde anglo-saxon, surtout en Angleterre, il
y a la tradition bien etablie du " repertory theatre " ou l'on trouve
des non-professionnels de grande qualite, dont beaucoup se sont
formes sur le tas avec des maitres. Or, les choses sont en train de
changer en France, mais il y a encore trente ans, par exemple, le
theatre dit amateur y avait triste figure, n'etant pas loin du
theatre de patronage.  De la, j'imagine, cette notion coriace que le
non-professionnel fait du theatre "pour le fun ", pour citer un des
participants au debat en cours. Le "fun ", traduisons " la rigolade "
ou l'on sait que l'on va se faire admirer par la claque complaisante
des copains et des copines. Or, c'est contre cela que je m'inscrivais
en faux, car c'est la recherche de l'alibi et de l'inconscience. Si
on AIME le theatre, on veut le servir et on prend cette activite tres
au serieux, en cherchant a se former selon ses moyens. L'essentiel, a
mon avis, c'est de ne pas s'enfermer dans une attitude auto-
devalorisante ni dans une idee rigide de ce a quoi on est bon. Au
fond, c'est tout ce que j'avais a dire a ce sujet. Encore une fois,
la question de la remuneration eventuelle etait secondaire et devrait,
il me semble, le rester pour aller plus loin dans l'analyse. .

Amicalement

RDBensky

------------------------------