référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1996-11/msg00009.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: Les Repetitions WHITELEY DAVID




Je trouve cette discussion fascinante.  Je ne crois pas pouvoir ajouter
beacoup a ce debat, mais j'aimerais voir des commentaires/reactions a un
exemple particulier.

Le film _Uncle Vanya on 42nd Street_ est litteralement un film d'un
repetition:  un groupe d'acteurs professionels repetait cette piece depuis
du temps pour leur propre amusement (c'est ca l'explication que je
retiens) et on leur a filme', sans costumes et avec un decor minime.  Il y
a aussi quelques remarques qu'a fait le metteur en scene pour des
spectateurs (la au theatre avec lui) avant chaque acte.  Mais ce qui m'a
etonne avec ce filme etait le ++Refus de Meta-filmicite (?)++.  Le fait
que c'etait une repetition disparaissait devant les jeux manifique des
comediens.  Je devrais aussi ajouter que la "representation" est joue sans
interruption, sans critiques du metteur en scene, repetitions d'une scene
problematique, etc.  C'est un..."dress rehearsal" sans costumes.  Mais
quand meme, je trouve etonnant que ce cadre de "repetition" pouvait
fonctionner si facilement comme encadrement esthetique sans problematiser
un jeu qu'on est invite a lire directement au niveau du fable de l'oncle
Vanya.

Peut-etre que d'autres qui ont vu le film ne serront pas d'accord de mon
analyse.  Est-ce qu'il faut situer le metatheatralite/filmicite dans le
spectateur qui est ou n'est pas deroute par la presence de multiples modes
de realite?  Et si on insiste d'appeler Uncle Vanya meta+++++... sans
expliquer l'absense de cette destabilation de moi comme spectateur (sauf
si je suis un cas exceptionel, mais je ne le crois pas), alors cette
conception de metatheatre/metafilme me parais banale parce que la
distinction que ca fait n'aide pas vraiment a comprendre ce que ca
provoque, son role, son "nature" si on peut ainsi dire, mais plutot un
detail de surface.

J'espere que ce questionnement peut provoquer des observations
interessantes...

A vous,


David Whiteley		Les savants ne sont bons que pour pr^cher en chaises
m233701@er.uqam.ca	--Moli`re, _Les Femmes Savantes_, V, ii, 1662