référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1996-11/msg00040.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: objet-referent et objet theatral WHITELEY DAVID




Au sujet des analyses semiologiques/tiques du theatre, j'ai rencontre une
approche interessante qui met ensemble les modeles de Saussure et Pierce.
J'ai l'impression (mais je ne suis pas sociologue moi-meme) que c'est une
combinaison originelle, et ca me semble decrire assez bien la
communication des fables imaginaires (et est concu specifiquement pour le
theatre).

Ca vient de _A Sociosemiotic Theory of Theatre_ de Jean Alter.  Personne,
semble-t-il, a entendu parler de cet(te) auteur(e), et je serais tres
content s'il y en a qui connaissent ce livre ou l'auteur(e) et pourraient
offrir des critiques.

Selon Alter, le signe a trois elements (oui, Pierce, mais...) les premier
deux sont signifiant et signifie.  Alter defini signifie comme l'ensemble
de choses que decrit le signifiant, la definition.  Puis, chaque
utilisation d'un signifiant evoque un referent specifique, un cas
particulier de la definission donner.  Il/elle donne l'exemple du
signifiant `Hamlet', qui s'applique (signifie) a tout exemples du
personnage de ce nom.  Une mise en scene de _Hamlet_, cependant, n'evoque
pas tous les Hamlet possible, mais un en particulier (referent).

Cela, il me semble, peut resoudre le paradox du spectateur qui peut
reconnaitre, grace a des signes, un referent qui n'existe qu'en son
imaginaire.  Des signes connues vont evoquer des types reconnaissable, et
le spectateur produit dans son imaginaire un referent specifique qui
rentre dans la definition generale (un corps d'acteur qu'on appelle
`Hamlet' = un Hamlet) mais dont la specificite vient des autres signes et
de son imaginaire (un Hamlet grand, mince et blond comme l'acteur qui le
jou, et sinistre a cause des ombres dans lesquelles il se cache tout le
temps).


Une autre idee qui vient de ce texte est un modele de `through the
looking-glass' du theatre.  Alter insiste que la specificite du theatre
(conventionel) est l'iconicite:  tout qui se passe sur scene (sauf des cas
exeptionnels) correspond a un monde-mirroir du fable, et c'est (presque)
toujours l'iconicite qui traduit l'objet sur scene en referent dans le
fable.  Meme les paroles sont des icons, parler pas les comediens mais qui
n'ont du sens qu'une fois traduit, par convention theatrale, en paroles
des personnages.  Ce qui fait qu'on peut comprendre ce qui passe sur scene
est avant tout grace a une comprehension de cette convention d'iconicite,
sans quoi meme les paroles seraient inutiles (mais avec lequel on n'a pas
forcement besoin de comprendres les paroles).  Cette approche est
manifestement plus simple dans un theatre realiste (toutes conventions de
style autre que le realisme devient des cas exceptionelles!), mais est une
alternative a un modele qui met les paroles au meme niveau que les autres
signes theatrales (ou meme met les paroles en premier plan).

J'espere avoir resume de maniere juste les idees d'Alter, et comme j'ai
dit, j'aimerais bien entendre des reactions ou des critiques.