référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1996-11/msg00092.html
     Chronologie       
     Conversation       

SEMIOLOGIE-SUITE Christiane Gerson



Quelques pecisionsŠ
En reponse a Serge Ouaknine :« Elle (la semiologie) est un effet de mode
analytique. Elle n'engendre pas de proces.» Le proces dans le sens de
l'argumentation mise en oeuvre afin de tenter de faire surgir la
siginification des choses est possible et peut etre tres productif. J'y
crois. Le processus de signfication, qu'il suive le modele de Peirce ou de
Saussure, le systeme connotatif ou metalinguistique, engendre des proces
dont la fonction est de produire du sens.
Pourquoi faire table rase? Dailleurs, est-il vraiment possible de faire
table rase? Il est vrai que la semiologie des images et des objets
artistiques n'est pas encore etablie. Barthes le soulignait deja dans son
AVENTURE SEMILOGIQUE, en 1985.

Le theatre postmoderne peut etre un lieu riche de travail pour elaborer un
ou des systemes de signification : metalange sur le contenu, decoupage,
fragmentation de l'objet pour que le vrai sens apparaisse de lui-meme.
C'est un procede semiologie en s soi. Postmoderne fait grimacer bien des
personnes. Il faut tout de meme reconnaitre que le theatre realise sous
cette «etiquette» constitue un apport important au niveau de la
theatralisation, de la mise ne scene. Postmodernisme est une etiquette
arbitraire autant que le postcolonialisme et tous les mots le sont. Il faut
bien creer des points de reperage, des lieux de rencontre pour communiquer
et discuter. Quand les objets sont reconnus pour ce qu'ils sont a l'aide de
conventions, il faut encore pouvoir les comprendre, avoir acces a leur(s)
signification(s). Au fond, s'attarder a reconnaitre et a comprendre le
fonctionnement de l'objet et du referent d'un l'objet theatral c'est comme
se pencher sur un fosil et interpreter les indices. Qu'est-ce que je vois?
Les lignes, les traits, les contours, a quoi ressemblent-ils? Est-ce qu'ils
donnent une image de quelques chose deja existant dans le monde? Ou
quelques traits de ressemblance? Pour reconnaitre et comprendre les choses,
il faut les faire passer par une grille de la reconnaissance-ressemblance.
L'objet sur scene possede tel trait, tel composante decrite dans le texte
dramatique, vue sur tel objet dans tel musee, fabrique par tel artiste.
Apres cette premiere saisie de l'objet, il est possible d'amorcer le poces
ou processus de signification, la semiosis. A cette etape, l'objet est une
icone, puisqu'il est une image, partielle ou complete, d'un objet existant.
Son sens peut surgir, parce qu'il peut etre compare. Sans l'objet de
comparaison, l'autre, le referent comment l'existance du premier objet
pourrait etre prolongee? Faire sens pour exister ou «prolonger le debat
ouvert par telle ou telle oeuvre» (Shawn Huffman).

Christiane Gerson