référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1997-03/msg00043.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: Épices , médecine et Christiane Gerson



Serge,
Puisque le cinéma t'intéresse aussi, il ne faudrait pas oublier le célèbre
film LA GRANDE BOUFFE. Un autre assez impressionnant, c'est LE VOLEUR, SA
FEMME ET SON AMANT où les mets sont décrits et dégustés, où on baise parmi
les fromages les plus fins ou parmi les charcuteries les plus recherchées,
où la photographie a quelque chose de gargantuesque et de sublime à la
fois. CITIZEN CANE où le met le plus rafiné est de la cervelle de singe
nouveau-né. Il en faudrait pas oublier LE FESTIN DE BABETTE avec ses
cailles en cercaufage et en opposition, les mets austères de cette
communauté du Danemark où Babette s'est réfugiée. DELICATESSEN où la chair
humaine remplace clandestinement la chair animale.

Dans la littérature québécoise, on trouve des descriptions de menus
folkloriques ou populaires. Il me vient à l'esprit, la scène du restaurant
dans EN PIECES DÉTACHÉES de Michel Tremblay et LE SURVENANT de Germaine
Guèvremont.

Dans le PERE GORIOT de Balzac, il ya la description des pâtés qui
poursissent dans la pièce fermée à clé.

BONNE RECHERCHE

Christiane Gerson