référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1997-06/msg00002.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: Les belles-soeurs Godin Jean-Cleo



Cher ami,

	Pour comprendre le sens de la finale des BS, il faut d'abord se sortir 
de la tête qu'il s'agit d'une pièce réaliste, une erreur commune. Le 
traitement de la pièce est même parfois, dans la scène où Olivine est 
jetée dans l'escalier, proche de Ionesco. Il ne faut pas oublier non plus 
que le prétexte initial de la pièce est proprement absurde : peut-on 
imaginer selon une logique réaliste qu'une femme gagnant un million de 
timbres serait obligée de les coller? Ces timbres tombent en pluie à la 
fin pour bien montrer comment ce prétexte s'émiette. Mais ce qui reste, 
c'est le portrait global de la misère quotidienne de ces femmes, qui 
sont toutes québécoises... Le O Canada vient préciser la dimension 
politique de cette dénonciation de la MISÈRE : ce n'est pas pour rien 
que misère est le premier mot de la pièce... 

		Bonne chance dans vos travaux.

					Jean Cléo Godin
 On Wed, 4 Jun 1997, Philippe 
Habeck wrote:

> Date: Wed, 4 Jun 1997 21:19:56 -0500 (CDT)
> From: Philippe Habeck <phabeck@MINET.gov.MB.CA>
> To: Liste de discussion en francais sur le theatre <queatre@uqam.ca>
> Subject: Les belles-soeurs
> 
> Chers membres,
> 
> Une question assez simple!  La reponse le sera moins!
> 
> "Quel est le symbolisme de mettre le O Canada a la fin de la piece?"
> 
> Si Tremblay a pris le temps de l'ecrire dans la didascalie, elle doit etre
> d'une importance primordiale?  Quelle est sa relation avec les timbres qui
> tombent du ciel?
> 
> Merci pour vos reponses,
> 
> Philippe
> 
> 

Jean Cleo Godin                           godinjc@ere.umontreal.ca
Departement d'etudes francaises           (514) 343-5918
Universite de Montreal                    (514) 343-2256 (telecopieur)