référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1997-09/msg00011.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: Questions sur Ludmila mikael (fwd) Rostain



Emile Zeizig wrote:
> 
> ----------
> De : BOURASSA ANDRE G <bourassa.andre_g@uqam.ca>
> A : Liste de discussion en francais sur le theatre <queatre@uqam.ca>
> Objet : Questions sur Ludmila mikael (fwd)
> Date : dimanche 7 septembre 1997 05:18
> 
> Re-bonjour!
> Autre question, d'un nouveau membre. Vous pouvez bien sur
> repondre a la personne directement.
> Amities, Andre G. Bourassa.
> 
> ---------- Forwarded message ----------
> Date: Tue, 19 Aug 1997 14:20:40 +0200
> From: GARGONNE <addex@nucleus.fr>
> 
>  bonjour,
> 
> Pouvez vous m'aider a répondre a ces deux petites questions sur Ludmila
> Mikael :
> 
> QUESTION 1:Daniele Lebrun et Jean-Claude Drouot ont repris recemment les
> roles tenus par Ludmila Mikael et Gerard Desarthe. Dans quelle piece de
> Jacques Rampal ?
> 
> QUESTION 2 :Ludmila Mikael interpretait, il interpretait, il y a peu, une
> piece de Söderberg portee a leécran par Carl Dreyer. Commen’
> s'appelle-t-elle ?
> 
> Dans l'attente d'une reponse de votre part, je vous prie de recevoir
> l'expression de mes sentiments distingues.
> 
> Yann GARGONNE
> 
> --------------- Question N°1 - Il s'agit bien de Celimene et le Cardinal,
> mais je suis moins sévère que Sophie Rostang car j'ai trouvé l'interprétation remarquable. Notez que le texte a été remanié par Jacques Rampal dans l'édition réalisée par la Librairie Théâtrale en 1993 (par rapport au premier texte de Acteurs/Auteurs N° 98 99)


Bonjour,
Sans doute ai-je été imprécise dans mon dernier message : le texte de
Jacques Rampal ne m'a pas semblé, du tout, aussi intelligent et sensible
que l'on pouvait s'y attendre. En revanche, bien évidemment, les deux
comédiens y furent, mais doit-on le répéter tant, les concernant,
l'excellence devient une manie, excellents. J'ai juste soulevé
l'hypothèse qu'ils s'étaient engagés dans une aventure qui ressemblait a
une belle aventure théatrale mais qui, a l'épreuve de la scène, s'est
révélé etre une manière de tromperie... Voila mon point de vue apres
avoir vu la premiere mouture puisque j'apprends qu'il existe une seconde
version du texte.
Mille excuses par ailleurs : je crois avoir abusivement prénommé le
metteur en scène Pierre ; il s'appelle Bernard...
amitiès
(paris est gris)
sophie r.