référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1997-10/msg00047.html
     Chronologie       
     Conversation       

Huis Clos Christiane P. Makward



Bonjour,

Apres toutes les proses qui nous sont passees sous les yeux, il me semble
que l'essentiel n'a pas ete evoque (ni l'existentiel d'ailleurs):  a savoir
que "Huis Clos" , bien entendu une metaphore de la vie en societe (et pas
seulement a trois) est une lecon de philosophie et d'ethique sartrienne. 

Le fameux ("infamous" le dirait mieux ) "L'Enfer c'est les autres" qui a
ete colporte comme une declaration de misanthropie se comprendra plus
"positivement" si on le traduit ainsi:  on nous ensigne que nous sommes
libres mais "l'ennui, c'est qu'il faut rendre des comptes" ou encore  "le
drame, c'est qu'on n'existe pas sans un rapport a l'autre qui est
fondamental de la conscience ET morale ET existentielle.  C'est cette
dependance (d'ou "enfer") a l'autre qui est le fondement de la piece. Elle
est la limite de ma liberte. Comme l'autre a des pouvoirs egaux a ceux du
sujet, les personnages vont s'explorer et se reveler jusqu'a ce que leur
verite essentielle soit etalee au grand jour. Rappelez-vous qu'ils ne
peuvent ni dormir ni fuir la situation.  

Le lieu clos ou cela se passe est aussi une representation geniale de la
loi fondamentale: existence precede essence.  Ce n'est qu'avec la mort que
l'existence s'arrete, et avec elle le pouvoir de changer la signification
de la vie (ou de reparer le mal) et surtout d'acceder a l'authenticite. 
C'est en ce sens que Ines, la lesbienne, me semble etre le personnage le
plus proche de la lucidite et de l'authenticite.

A des jeunes gens en particulier, je dirais que l'enfer de " Huis-Clos" ne
sera plus un enfer des lors que les personnages admettrons tous les trois
leurs fautes et defauts.  Seule l'authenticite ethique protege le sujet. On
ne s'en approche que par une auto-analyse permanente et par le respect de
l'autre, seules garanties de deux libertes egales.  Il y a du puritanisme
dans cette ethique sartrienne, c'est sur :-), en tout cas ce n'est pas un
mauvais ideal a mon avis et ce n'est certainement ni negatif, ni
destructeur, et encore moins "libidineux".