référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1998-06/msg00036.html
     Chronologie       
     Conversation       

corps theatre et occident Jean-Marie Pradier



Jean-Marie Pradier : La scene et la fabrique des corps. 
Ethnoscenologie du spectacle vivant en Occident, Presses 
Universitaires de Bordeaux (Ve siecle av. J.-C- XVIIIe siecle), coll. 
ŒCorps de l¹Esprit², 1997 (351 pages, bibliographie)


L'eblouissement d'Antonin Artaud devant les danseuses balinaises 
parait être la figure inversee de l'illumination des Chinois assistant 
pres de 200 ans auparavant aux demonstrations scientifiques des 
Jesuites. L'appropriation des formes d¹Asie operee au XIXe siecle par 
les arts plastiques, puis au XXe siecle par les reformateurs du 
theatre a conduit, semble-t-il, à une revolution geometrique de la 
problematique du corps spectaculaire telle qu'elle s'etait 
progressivement constituee en Europe. La leçon des theatres d¹Asie 
porte sur le foyer polemique de la dispute qui agite la theorie et la 
pratique du spectacle vivant ne des Grecs: à considerer la relation 
problematique du corps, de l¹esprit et de l¹ame, où donc l¹art 
prend-il racine? En contribuant à devoiler ce qui dans l'art du 
theatre releve de simples presupposes culturels, et non d'une 
interrogation universelle, l'exemple asiatique a permis de preciser le 
noyau specifique des spectacles vivants - le bios. Depuis les Grecs de 
l'epoque classique, l'Occident construit ses theatres sur des 
fondations profondement enfouies dans la memoire collective: une 
certaine idee du corps et de l¹esprit, de l¹Homme et de la nature, de 
la raison et de l¹imaginaire, de l¹ordre et du desordre, du plaisir et 
du serieux, du sacre et de la sexualite.

Partant de la consanguinite de la tragedie grecque et de la medecine 
hippocratique, l¹etude que nous proposons souhaite rendre compte de 
l¹histoire inextricablement emmêlee du spectacle vivant et des 
sciences jusqu¹à l¹oree de la rencontre avec l¹Asie. Rien d¹etonnant à 
relever dans la genese du theatre le rôle de trois disciplines 
majeures qui ont à la Renaissance contribue à transformer notre vision 
du monde et sa mise en scene : la perspective lineaire, l¹anatomie et 
l¹astrologie. Situees entre art et science elles ont institue un ordre 
sensoriel, intellectuel et affectif qui a profondement marque 
l¹organisation et la pratique des arts du spectacle en Occident. 
Deposes dans la longue duree, leurs sediments ont forme des apories de 
civilisation dont le Paradoxe sur le Comedien de Diderot est devenu le 
modele. On mesure alors par quels tremblements furent agitees les 
evidences lorsque les grands reinventeurs de la scene decouvrirent de 
nouveaux mondes, tandis que s¹effritait dans les sciences le rêve 
laplacien des certitudes finies. Le spectacle vivant pouvait reprendre 
vie.