référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1998-06/msg00043.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: REPRESENTATION ET SENS Christiane Gerson



JE PRESUPPOSE QUE CETTE DISCUSSION RISQUE D'INTERESSER CERTAINS MEMBRES DE
LA COMMUNAUTE QUEATRE, SUR LES 450 QUE  NOUS SOMMES MAINTENANT D'APRES
NOTRE MAITRE, ANDRE G. BOURASSA. QUELLE CROISSANCE!!

JE REPONDS A  SHAWN HUFFMAN DANS LE TEXTE ET EN  MAJUSCULES.

 L'emploi des theories de Frege pour expliquer le fait théâtral n'est pas
>vraiment nouveau puisque De Toro a elabore deja, en 1980 (La semiotica del
>teatro) un modele qui a pour tache d'expliquer la reference et le sens en
>rapport avec la representation theatrale.JE SUIS CONSCIENTE DES "TROUS",
>ILS SONT LA CONSEQUENCE DU  CONTEXTE DE REALISATION DE CETTE PREMIERE
>ETAPE DE L'ENQUETE. LORSQUE JE LIS LE SOUS TITRE DE L'OUVRAGE DE DE TORO :
>"DEL TEXTO A LA PUESTA EN ESCENA" JE COMPRENDS, MALGRE LA BARRIERE DE
>LANGUE, QU'IL CONSIDERE LE THEATRE COMME "UN TEXTE DEVANT ETRE REPRESENTE
>OU MIS EN SCENE", ALORS QUE LE POINT DE VUE QUE JE VEUX DEFENDRE EST QUE
>LE THEATRE EST UN TEXTE SPECTACULAIRE, UN OBJET ARTISTIQUE  COMPOSE A
>PARTIR D'UN "MEDIUM MIXTE". C'EST UNE OEUVRE D'ART.

QUELQU'UN POURRAIT-IL (ELLE) ME DIRE SI  DEPUIS LA SECONDE EDITION, EN
1989, DE "LA SEMIOTICA DEL TEATRO" DE  FERNANDO DE TORO, IL Y A EU UNE
PUBLICATION DE CET OUVRAGE EN ANGLAIS OU EN FRANCAIS ?


 Il faudrait aussi evoquer le
>travail des theoriciens des mondes possibles, dont Thomas Pavel
et Lubomir Dolezel pour le théâtre, qui puisent largement dans les théories
de Frege
>et de Leibnitz. LE MODELE LOGIQUE DE KRIPKE (1962) REPOSE SUR UN PROCEDE
>D'ETIQUETAGE EN TENANT COMPTE DE LA BINARITE DES VALEURS : LA VALEUR DE
>VERITE DEPEND DE LA VALEUR SEMANTIQUE ATTRIBUEE A CE QUI EST RECONNU COMME
>ETANT POSSIBLE; C'EST-A-DIRE COMMENT LE POSSIBLE SE RATTACHE-T-IL AU MONDE
>ACTUEL?

LE MODELE DE FREGE ( LE CONCEPT DE LA REFERENCE ET SES MODES D'EXISTENCE)
TEL QUE JE LE COMPRENDS ET QUE JE L'AI EXPLIQUE DANS LE DOCUMENT ATTACHE,
PERMET UN JUGEMENT DE VALEUR EQUIVALENT A CELUI DU MONDE POSSIBLE ( NON
POSSIBLE) ET RATTACHE CETTE VALEUR AU MONDE ACTUEL EN DETERMINANT LE MODE
D'EXISTENCE DE LA REFERENCE. CHEZ FREGE, L'EPREUVE D'IDENTITE NECESSITE DE
PRECISER LES MODES D'EXISTENCE DE LA REFERENCE. QUAND ON CONSIDERE UNE
OEUVRE DE FICTION OU UNE OEUVRE D'ART COMME LE SPECTACLE THEATRAL, LE
CARACTERE UNIVERSEL DU MODE D'EXISTENCE DE LA REFERENCE PERMET DE TENIR
COMPTE DE LA SINGULARITE DU SYSTEME SYMBOLIQUE DU METTEUR EN SCENE SI ON
REGARDE LA EPRESENTATION COMME UN TOUT ARTISTIQUE, OU DU SCENOGRAPHE SI ON
OBSERVE LE DECOR, OU ENCORE DE L'ACTEUR SI ON S'INTERESSE AU CORPS ET A LA
GESTUELLE.

IL EST VRAI QUE DANS LE DOCUMENT ATTACHE AU  MESSAGE D'ORIGINE, JE NE
PROCEDE PAS A UNE APPLICATION SYSTEMATIQUE DE CHACUN DES CONCEPTS EXPLIQUES.

>A mon sens, le signe tel que concu par Frege est insuffisant pour rendre
>compte du fait theatral.
 Rappelons que le concept de base de l'Allemand,
>le Zeichen (le signe) inscrit la communication theatrale dans un contexte
>semio-discursif.  Tout est deja de l'ordre du semiotise.  Malgre
>l'innovation de Frege -- la distinction qu'il fait entre le sens et la
>reference -- il nous laisse sur notre faim des que l'on sort d'un
>paradigme langagier.  Que fait-on du corps -- cet appareil semiotisant et
>semiotise qui est non seulement signe (Zeichen) mais faire signe
>(Zeichenmachen ??)  On ne peut pas utiliser le modele de Frege pour dire
>que le corps est sens et reference, car cette reference la n'est pas
>somatique mais bien langagiere -- elle renvoie a ce que designe le corps
>est non pas a ce que est le corps.  Le contexte de la pratique dans lequel
>Gerson se situe nous oblige a penser cet etre du corps, a en tenir compte
>dans le faire semiotique et dans le discours semio-narratif.
>Effectivement, c'est une question d'envergure.

LE MODELE DE FREGE EST UN INSTRUMENT POUR TENTER DE METTRE EN LUMIERE LE
PROCEDE PAR LEQUEL LE SPECTATEUR ADHERE/N'ADHERE PAS AU SPECTACLE. DAVIDSON
ENVISAGE CE PROBLEME EN FAISANT LE TEST DE VERITE (PRINCIPE DE CHARITE
QUINIEN). HELENE MARCHAND (UQAM) DEFEND L'IMPRESSION DE VRAISEMBLANCE A SON
APOGEE COMME MECANISME D'ADHESION A LA FICTION. FREGE PROPOSE LE PRINCIPE
DE L'ADEQUATION ENTRE DEUX PORPOSITIONS, L'UNE PEUT ETRE LA FICTION, PRISE
DANS SA TOTALITE OU EN PARTIE, ET L'AUTRE LE REFERENT PRECISE PAR SON OU
SES MODE(S) D'EXISTENCE. AINSI LE REFERENT PEUT FIGURER SOUS SON MODE
ABSTRAIT (IDEE,IMAGE MENTALE) OU SOUS SON MODE D'EXISTENCE CONCRETE D'UN
OBJET, APPARTENANT LUI AUSSI A UN SYSTEME SYBOLIQUE ET DEVANT AUSSI PASSER
L'EPREUVE DE L'EQUATION.

L'IMAGE MENTALE QUI ME VIENT A L'ESPRIT EST CELLE D'UN SYSTEME DE
COMMUNICATION SELON LE MODELE DU RESEAU WEB. C'EST UNE EXTENSIONŠ

JE PENSE QU'IL FAUT EVITER DE PIEGER LE FAITE THEATRAL EN TENTANT LUI
APPLIQUER UNE THEORIE FERMEE. TOUT EN CONSIDERANT QUE LE FAIT THEATRALE
REVET UN CARACTERE HETEROGNE A CAUSE DE SA COMPLEXITE, LES CONCEPTS
UTILISES AFIN D'ELABORER DES INTRUMENTS D'ANALYSE DOIVENT CONSERVER LEURS
CONDITIONS ET LEURS PROPRIETES D'ORIGINE. LES  EXTENSIONS QU'ON LEUR
ATTRIBUE A CAUSE DU NOUVEAU CONTEXTE NE DOIVENT PAS LES DETOURNER LEUR
FONCTION INITIALE. JE VEUX DIRE QUE J'OPTE POUR LA RIGUEUR NOTIONNELLE ET
L'EXTENSION DES CONCEPTS.

JE VEUT RAPPELER, AFIN DE N'INDUIRE PERSONNE EN ERREUR, QUE LE CONCEPT QUE
FREGE RECONNAIT AU SENS EST DISCTINCT DE CELUI DE LA SIGNIFICATION OU DE
L'ACTIVITE D'INTERPRETATION, QUE LA REPRESENATION MENTALE EST, TOUJOURS
SELON FREGE, UN SUPPORT A LA SIGNIFICATION.

CETTE PISTE DE REFLEXION ME PARAIT FASCINANTE ET PROMETTEUSE POUR L'OBJET
ARTISTIQUE, LE SPECTACLE THEATRAL.

CORIDALEMENT,


!!!!!!!!!!!
 ^   ^
 @  @
  ..
  0 ~

Christiane Gerson
Candidate au doctorat
Etudes et pratiques des arts
Universite du Quebec a Montreal

cgerson@rocler.qc.ca
20 rue Recollet
Salaberrry-de-Valleyfield
Quebec, Canada, J6S 2H5