référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1999-03/msg00064.html
     Chronologie       
     Conversation       

Appel comm. Congres mondial AITU-Dakar jean-marc larrue



Appel de communications, démonstrations et ateliers

«Le Théâtre universitaire et la formation professionnelle à l'aube du IIIe
millénaire»


Troisième congrès mondial de l'Association internationale du théâtre à
l'université
Dakar (Sénégal) - 16- 21 Novembre 1999
Université Cheikh Anta Diop


	Le Congrès de Dakar est organisé par le Département des lettres modernes de
l'Université Cheikh Anta DIOP avec la collaboration pratique et technique de
l'Université de Liège  (Liège, Belgique) et du Collège de Valleyfield
(Valleyfield, Québec). Le Congrès de Dakar  sera, bien sûr,  l'occasion
d'une prise de contact direct avec la réalité et la richesse du théâtre tel
qu'il se pratique et s'enseigne en Afrique.

Thème du congrès:
	La question du rapport et de l'apport de l'université au théâtre est aussi
vieille que la présence du théâtre dans les universités, collèges et autres
établissements de l'ordre tertiaire, mais la multiplication et la
diversification des pratiques, tant dans les programmes et départements - de
théâtre ou autres -  que dans les activités universitaires moins encadrées,
nécessitent une approche plus ciblée de cette question, nous devrions dire,
de ces questions. D'autant plus que le théâtre aussi évolue. Des besoins
nouveaux apparaissent, d'autres sont à prévoir, d'autres ont tout simplement
disparu.   

	Le rapport de l'université au théâtre est donc non seulement pluriel et
polymorphe, il est aussi en perpétuelle mutation. On constate de plus en
plus, depuis une dizaine d'années, des mouvements de fond et des
transformations radicales. Dans certaines régions, on observe des
rapprochements  entre les écoles de formation professionnelle et les
universités, les premières tentant parfois d'obtenir un statut
universitaire, les secondes cherchant souvent des moyens de mieux adapter
leur cursus au besoin du marché du théâtre.  Ailleurs, on remarque une
volonté de mise en commun des ressources et des énergies; ailleurs encore,
on s'efforce de redéfinir des frontières et des aires de responsabilités.
La question du rapport du théâtre universitaire avec la formation et le
milieu professionnels est donc d'une grande complexité. L'Association
internationale du théâtre à l'université en a proposé un premier déblaiement
lors de son IIe Congrès mondial, en 1997. Elle avait alors abordé la
question sous trois angles précis: la recherche, la formation, la création.
L'AITU entend poursuivre la réflexion avec ce IIIe Congrès mais dans une
perspective plus pointue encore: l'université et la formation professionnelle.

	L'université a contribué et continue de contribuer à la formation de
praticiens professionnels de la scène. Quelle a été cette contribution dans
le passé? Quelle forme a-t-elle prise? Qu'en est-il ressorti? Et
aujourd'hui, de quels moyens dispose l'université pour maintenir cette
contribution? Quelles pratiques offre-t-elle? En quoi la formation
universitaire se distingue-t-elle de celle qu'offrent les écoles
professionnelles? Doit-elle être différente? Complémentaire? L'université
peut-elle ou doit-elle se substituer à ces écoles? Se fondre en elles? Les
intégrer? 

Quel est, dans la conjoncture actuelle, l'apport souhaitable de l'université
à la formation professionnelle? Quel devrait-il être dans l'avenir? C'est à
ces questions que vont s'efforcer de répondre les participants du Congrès de
Dakar. Rien n'est simple, bien sûr. D'autant que, dans certains pays, il
existe des écoles professionnelles structurées et reconnues, dans d'autres,
non. Parfois, le théâtre à l'université relève de simples actions
spontanées, à d'autres endroits il s'inscrit dans un programme de formation
rigoureux et encadré.

	Le Congrès de Dakar sera une bonne occasion de brosser un tableau détaillé
de la situation du théâtre universitaire dans sa relation passée et actuelle
avec la formation professionnelle aujourd'hui. Il permettra à des
formateurs, des théoriciens, des étudiants, des animateurs et praticiens de
réfléchir sur la spécificité du rôle de l'université dans la formation
professionnelle en théâtre, que ce soit pour l'interprétation, la
production, l'animation, la formation, la recherche ou la conception. Tout
en étant orienté vers l'avenir, donc le XXIe siècle, le débat devra, dans un
premier temps,  conduire à un bilan de cet apport spécifique, soulignant ses
forces et ses faiblesses, et, dans un deuxième temps, suggérer des pistes
pour le prochain siècle.

	La diversité des pratiques universitaires, la variété des conditions
d'enseignement et d'animation, le poids de la tradition, devraient donc
nourrir la réflexion qui s'amorce dès à présent. Le souhait du Comité
organisateur est évidemment de faire partager et connaître les pratiques les
plus réussies et le contexte dans lequel elles ont été menées.

	Le Comité organisateur sollicite des propositions d'interventions qui, tant
par leur contenu que par leur forme, permettront de faire avancer la
connaissance et la compréhension des rapports qui lient le théâtre
universitaire à la formation professionnelle. Par théâtre universitaire, il
faut entendre, conformément à la charte de l'AITU, l'ensemble des pratiques
théâtrales ayant cours dans les établissements d'enseignement supérieur.  

	Ces interventions peuvent être de trois ordres: les communications
scientifiques, les démonstrations, les ateliers.

	Les communications scientifiques ont une durée de vingt minutes et sont
suivies d'une période d'échanges et de questions de dix à quinze minutes.
L'utilisation de documents visuels, audiovisuels ou autres est fortement
encouragée.

	Les démonstrations ont le même contenu scientifique que les communications
ordinaires mais comportent un volet pratique important (appuis visuels,
sonores, vivants-joués, etc.). Les démonstrations durent en moyenne trente
minutes et sont suivies d'une période d'échanges et de questions de dix à
quinze minutes.

	Les ateliers illustrent par la pratique un contenu scientifique lié au
thème du congrès. Les ateliers se déroulent dans des locaux spécialisés et
aménagés et appellent une participation du public. Ils ont une durée pouvant
varier d'une heure à une journée.

	Les interventions au congrès seront publiées sous forme d'actes selon des
modalités à définir.


	Les propositions de communications, de démonstrations et d'ateliers ne
doivent pas excéder 300 mots et elles doivent préciser les besoins pratiques
et techniques des intervenants. Les propositions peuvent être envoyées, en
français ou en espagnol à l' adresse suivante jusqu'au 6  juin 1999:

IIIe Congrès mondial AITU de Dakar (Sénégal)
Collège de Valleyfield 
169 Champlain 
Valleyfield J6T 1X6
Canada (Qc)
Télécopieur: 1-450-377-6048
Courrier électronique: jmlarrue@colval.qc.ca

Pour plus détails, voir le site Web de l'Association à l'adresse:  AITU.COM


Larruwe