référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1999-06/msg00002.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: applaudissements Egervari, Tibor



Je me suis pose la meme question, il y a quelque temps, mais je ne suis pas
allé bien loin. Ce que je dis donc est ce qui reste apres avoir tout oublie.

C'est un des phenomenes les plus interessants aux spectacles en général et
au theatre en particulier. Mais aussi lors d'evenements politiques, comme
l'appaudimetre durant "L'etat de la Nation" du president des EU ou encore
les horribles applaudissements rythmes debout de l'epoque stalinenne chaque
fois que le nom du "Petit pere des peuples" etait prononce. Il va de soi que
la duree de ces applaudissements spontanes etait reglee comme sur du papier
a musique (c'est depuis cette epoque que je me refuse a ce genre
manifestation).
Pour ce qui est des origines, mes sources (?) sont plus proches de celles de
Costas Ferris. Il semblerait que l'expulsion du bouc emissaire (le vrai
animal) etait accompagne de toutes sortes de bruits, dont les
applaudissements. Cela me semble assez logique. C'est a la fois un
remerciement pour avoir accepte le role du sacrifie, (le heros du theatre
qui souffre et meure a notre palce) et une expulsion (le bouc charge des
peches ou le mort "impur"). D'ou le non-sens, a mon avis, d'applaudir le
public, signifiant ainsi le refus de la condition de heros.

L'Encyclopedie (celle de Diderot et D'Alembert)  consacre un petit article a
la question.
Tibor Egervari
Departement de theatre
Universite d'Ottawa

Costas Ferris wrote:

> En Grece, pendant la procession vers le cimetiere pour enterrer un grand
> Comedien (ou Poete, c'est pareil), la foule se rassemble le long du
> parcours, et applaudit. Pour eveiller le morts, et terroriser la Mort.
>
> Costas Ferris

--
MZ