référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1999-07/msg00000.html
       Chronologie       
       Conversation       

Appel a contribution Jean-Jacques Delfour



Appel à contribution
La Voix du Regard  n° 13

DATE LIMITE DE REMISE DES ARTICLES : 15 SEPTEMBRE 1999

Tous les textes doivent être envoyés dactylographiés et sur disquette
Macintosh Word 5 à l'adresse suivante : 

LA VOIX DU REGARD
19 rue Corbon
75015 Paris
Tel /Fax: 01-48-28-72-74

Thème du numéro : 
"LES MECHANTS" 


"Est-il bon ? Est-il méchant ? L'un après l'autre. Comme vous, comme
moi, comme tout le monde". Diderot

"La nature a laissé dans les meilleurs d'entre les hommes un petit
fond de méchanceté". Bergson

"Il y a seulement deux catégories d'individus, ceux qui sont méchants
et ceux qui sont très méchants ; mais nous sommes parvenus à un accord
et nous appelons les méchants les bons et les très méchants les
méchants". Fritz Lang


En choisissant ce thème, nous avons voulu marquer une certaine rupture
en optant pour un sujet un peu moins académique qu'à l'habitude. Il ne
s'agit pas, comme ce fut le cas avec "Fenêtres sur mer", "Voyages au
centre de la chair" et dans une moindre mesure avec "L'image de soi",
d'adopter une démarche contemplative et descriptive ; il ne s'agit pas
non plus, comme dans "Aux frontières du virtuel" ou "Commencer/finir",
de proposer une démarche analytique, théorique. C'est pourquoi ce
numéro ne porte pas pour titre "La méchanceté" mais "Les méchants" :
il s'agit de pointer une certaine catégorie de comportements bien
présents dans les différents arts de l'image (en amont, dans
l'intention artistique elle-même - comment caractériser l'œuvre d'un
méchant? ; ou en aval, chez des personnages fictionnels par exemple)
et de s'interroger sur les enjeux de cette présence. Ce numéro se veut
volontiers polémique et "décalé" par rapport à ce que le lecteur de la
revue, après douze livraisons, peut s'attendre à y trouver.







Axe général du numéro


Ce numéro 13 de La Voix du Regard pourra s'orienter dans deux
directions, qui formeront en fait une dialectique : 
- Les méchants comme figures du Mal
- Les méchants pensés en dehors de la catégorie du Mal


Le questionnement central pourra alors être celui des formes et
fonctions des méchants : rattachés au Mal, ils invitent à une
réflexion éthique et posent un problème moral ; mais d'un autre point
de vue la question éthique peut paraître secondaire, si ce n'est
inopérante, et alors leur fonction demeure principalement un signe
dramatique et narratif (du type : les indiens attaquent la diligence),
tant il est vrai qu'il faut un méchant pour faire avancer une action,
un obstacle pour faire triompher le héros. On verra notamment que
cette alternative induit également deux façons pour le
lecteur-spectateur de considérer les méchants : dans le premier cas,
suscitant la peur ou l'identification, il est immédiatement pris au
sérieux ; dans le second cas il peut faire l'objet d'une prise de
distance et peut ne pas être pris au sérieux. La conception des
méchants dans un système de représentation influe donc directement sur
la tonalité globale de l'œuvre.


Autour de ces deux axes se dessine un corpus de notions que nous vous
proposons comme autant de suggestions : 
médisance, jalousie, trahison, misanthropie, cruauté (l'art de la
cruauté), cynisme







APPROCHE TYPOLOGIQUE DES MECHANTS

- S'interroger sur l'étymologie du mot "méchant" : "celui qui est mal
tombé". D'où question du 	destin : est-on prédestiné à être méchant ?
Question de la méchanceté comme nature : on 	naît méchant ou on le
devient ?
- Les signes plus ou moins conventionnels permettant de reconnaître le
méchant : attributs  	visuels, langage, comportements sociaux, etc...
	Y a-t-il une évolution dans la représentation des méchants à travers
l'histoire des 	arts de l'image ?
- Les méchants, une population hiérarchisée : les degrés de la
méchanceté (la méchanceté 	dans les rapports sociaux quotidiens :
jalousie, trahison, etc.).
- Les méchantes : quelles sont les caractéristiques de la méchanceté
au féminin ? (voir le 	type de la garce et de la femme fatale, voir
aussi les "James Bond girls" méchantes).
- La question du transfert des représentations de la méchanceté sur le
non-humain :
	o Les méchants-machines : les machines douées d'une volonté
destructrice propre : Hal 	(2001), Christine, L'Ascenseur.
	o La bestialité réelle (Alien, Les Dents de la Mer) ou métaphorique
(Que la bête meure). 	S'interroger sur l'expression "Chien méchant" :
pourquoi l'alliance de cet animal à la 	méchanceté ?
- Les méchants et la part d'ombre : la méchanceté comme l'envers de
quelque chose d'autre 	(pas forcément la bonté).
- La représentation des méchants dans les scènes de martyre (Passion
du Christ) : obéit-elle à des 	codes esthétiques en peinture ? Quelles
attitudes adoptent les méchants autour de la 	croix ? Comment sont
représentés leurs visages ?

LA MYTHOLOGIE DE LA MECHANCETE

- Les méchants dans la Bible. L'Enfer des méchants : Dante, etc. Les
représentations de Judas.
- Fascination pour les figures supérieures du méchant :
o fascination pour son intelligence (Seven, Les Liaisons dangereuses,
Vautrin chez Balzac - le cynisme de Vautrin comme discours de vérité
sur la société, porteur d'une lucidité supérieure)
o fascination pour ceux qui ont fini par incarner le mal de façon
mythique dans la culture de masse : voir Dark Vador dans La Guerre des
étoiles, Hannibal Lecter dans Le Silence des Agneaux).
- La figure du Serial Killer (American Psycho)
- Les figures du "bête et méchant" : Fargo, Henry, portrait of a
serial killer, C'est arrivé près de 	chez vous.

LES FIGURES DU MAL

- On pourra considérer l'hypothèse suivante : les méchants peuvent
être des figures du Mal, c'est-	à-dire les actualisations possibles du
Mal, cette idée abstraite et irreprésentable en elle-	même (méchants =
le mal narrativisé).
- Hypothèse inverse : les méchants qui font le mal sans être possédés
par le Mal, sans 	métaphysique : voir notamment la composante de
l'intérêt ou de la bêtise dans la 	méchanceté.
- Voir des figures comme les sorcières, les suppôts de Satan,
différents types de méchants, etc. 	Aborder la hiérarchisation
historique des figures infernales.
- Les "fâcheux" au théâtre (voir pièces de Molière) : leurs
caractéristiques et fonctions narratives.
- Les liens inconscients entre méchant-barbare-étranger : visions de
l'extra-terrestre (contre-	exemple : E.T.), figure de l'Alien, sens
premier de "barbare", etc.
- Traiter quelques exemples a contrario : dans la tragédie et l'épopée
grecques par exemple, les 	ennemis ne sont pas pensés à travers la
catégorie des "méchants" (voir les Perses chez 	Eschyle, les Troiens
dans l'Iliade).


LES MECHANTS ET LE RECIT

- L'absence de méchants : quels problèmes pour un récit ? Un récit
peut-il fonctionner sans 	méchants ? Voir La Ligne rouge (T. Malick),
où l'on pourrait s'attendre à voir des méchants 	(présence voulue par
le genre du film de guerre) alors qu'ils sont absents du récit. 
S'interroger sur l'absence de méchants dans les sit-coms.
- La présence exclusive des méchants : quels problèmes pour un récit ?
Voir Impitoyable (C. 	Eastwood), ou les romans de J. Ellroy, où tous
les personnages sont des méchants, à des 	degrés divers.
- Peut-on s'identifier à un méchant ? Un méchant peut-il être un héros
littéraire ?
- La méchanceté est-elle représentable ? Quels problèmes spécifiques
pose-t-elle au récit ?
- Y a-t-il une esthétique de la cruauté ? Le récit n'érige-t-il pas la
cruauté en art ?
- Prévoir quelques contributions sur certains auteurs liés au thème
par leur œuvre : Laclos, Sade, 	Lautréamont, Barbey d'Aurevilly (Les
Diaboliques), Octave Mirbeau (Le jardin des 	supplices), Apollinaire
(Les 11000 verges)...
- Les méchants dans les films d'horreur et gore (Jason, Freddy,
Michael Myers dans Halloween, 	Scream).
- Le transfert opéré par ce récit particulier qu'est le jeu vidéo : on
ne tue pas le méchant, on est le 	méchant (gratuité de la violence :
s'amuser à être méchant).

LES MECHANTS ET L'UNIVERS ENFANTIN

- Les méchants dans le conte. La figure du "Grand méchant loup" : voir
Bettelheim, la 	méchanceté comme manifestation pulsionnelle du ça.
- Les méchants dans la bande dessinée
- Les méchants dans le dessin animé (ne pas oublier le "cas" de South
Park)

LES MECHANTS ET LA MORALE

- Question de la justification du méchant : idée que le méchant a ses
raisons ("ce sont les autres 	qui l'ont rendu méchant", voir la
problématique sociale), alors que le mal se nourrit et se 	justifie de
lui-même (il est ontologique) : voir le spot publicitaire Orangina :
"Pourquoi est-il 	aussi méchant ? Parce que" ; voir aussi les spots
Danone (le petit garçon qui vole son 	yaourt à la petite fille et le
mange devant elle) et Gervais.
- Rapports entre méchanceté et culpabilité : le méchant repenti, la
question des scrupules et de 	leur absence, etc.
- Lien entre méchanceté et péché originel : la problématique
religieuse. Voir Seven : le méchant 	comme archange exterminateur.
- Le méchant comme antidote contre la morale bien pensante : Tatie
Danielle, Pour le pire et pour le meilleur.
- La diabolisation dans le discours médiatique : voir évolution du
traitement médiatique des 	Serbes pendant le conflit yougoslave.
- Le discours moral à travers la représentation des méchants aux
Guigols de l'info : marionnettes 	de Le Pen et Mégret, etc.
- Se poser la question : la télévision donne-t-elle la parole au
méchant ? Le fait même de passer à la télévision ne gomme-t-il pas la
méchanceté ? (la télévision comme productrice de sympathie et
d'idéalisation).
- L'esthétique du méchant : le méchant et le laid (le monstre dans la
peinture).
- Examiner la question des signes physiques du méchant comme signes
moraux de sa méchanceté. Voir Lavater et la croyance en la
physiognomonie (idée néo-platonicienne du corps comme image de l'âme)
: sources de l'antisémitisme nazi, etc.


Partie "Hors sujet" : nous attendons vos propositions.
Pour la section "GALERIE", n'hésitez pas à faire appel à des artistes
peu connus dont les œuvres n'ont jamais été publiées, et faites-les
nous connaître.


Etant membre du comité de rédaction, je peux éventuellement répondre à
des questions.
Cordialement
JJD
-- 
Jean-Jacques Delfour
Professeur de philosophie
mailto:jjdelf@club-internet.fr