référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1999-07/msg00011.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: Grille d'evaluation d'un spectacle Tristano Martinelli



>From: "Egervari, Tibor" <tegevari@uottawa.ca>
>To: Liste de discussion en francais sur le theatre <queatre@uqam.ca>
>Subject: Re: Grille d'evaluation d'un spectacle
>Date: Wed, Jul 7, 1999, 11:23 PM
>

>Je comprends que la parution d'une critique negative soit consideree comme un
>antagonisme. De la a le designer illicite, et donc l'interdire, il y a un pas
>qui va contre la liberte d'expression.

Ah, la liberte' d'espression, le luxe dangereux du XVIIIeme! Peut etre
quelq'un d'entre vous, si il considere qu' en Europe ****tout spectacle est
subventionné par l'etat****, entreverra au loin (mais pas tellement) de
jolis petits barbeles. Cinecitta et Auschwitz on deux choses en commun: les
etats fascistes qui les ont baties et une porte d'entree que tous les
ingenus a la recerche de telephones blancs, de divas, d'argent e de vies
hereuses voudraient franchir (dans le cas de Cinecittà) et seulement les non
ingenus (dansl'autre). Que font les critiques, dans ce scenario? Comme parmi
toute categorie humaine, il y en a d'ingenus e de moins ingenus, qui
collaborent.

Il n'y a qu'une solution: Auschwitz. On peut seulement choisir d'en parler
(Adorno ou, mieux, Primo Levi, ou si vous voulez René Girard; Pasolini a
fait un magnifique essai avec Salo), d'en parler pas ou de déguiser "la
chose" au profit de la credulite des ingenus, qui d'ailleurs sont la
majorite payante.

Tristano