référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1999-10/msg00035.html
     Chronologie       
     Conversation       

Théâtre et aveugles Serge Ouaknine



>Je suis toujours à la recherche de témoignages sur le thème : le théâtre et
>Les aveugles
>Anne-Caroline


Bonjour, Anne-Caroline,

Je ne sais si cette information répondra de manière pertinente à votre
question. En 1971, dans les premières années de l a fondation du
Département de théâtre de Paris 8 -Vincennes, ma collègue Stéphanette
Vendeville et moi-même avons animé un Atelier en commun.

Elle, était davantage orientée vers l'expression corporelle et la recherche
d'un souffle organique du geste, et moi davantage concentré sur des
exercices pour dégager des lois de l'improvisation dramatique.  Nous
constations la grande difficulté "d'écoute" de nos étudiants en jeu et nous
avions développé et souvent inventé une série d'exercices dont le but était
d'émanciper les acteurs à mieux réagir en improvisation (écoute,
organicité, intégration d'un imaginaire corporel, motivation de soi et
réception de l'autre...) .

Pour court-circuiter les mécanismes de réaction au premier degré et les
clichés d'expression du type "intello verbal" nous avons fait travailler
notre classe pendant près de quatre mois, les yeux bandés.  Tout commença
par un simple exercice d'aveugles, les yeux fermés, il s'agissait. Au
début, de circuler dans la classe sans se heurter.
Ayant observé que le court circuitage de la vue permettait un meilleur
centrement du corps, et une plus fine perception de "l'espace de l'autre"
nous avons poursuivi ainsi une série d'exercices entre le travail du corps
et le jeu dans le dessein de :
1)Développer une conscience de la "verticalité" de chacun (écoute de soi et
du monde).
2) Un déplacement muet dans l'espace avec une écoute de la présence
énergétique des êtres en présence (dans le célèbre Amphi III dont le
plancher couvert de moquette grise craquait de partout).
3) La progressive intégration de la voix avec une écoute de la source
émettrice, un travail d'expressivité corporelle avec motivations de jeu
vocal sur de courtes phrases.
En ce temps, là on travaillait nu ou presque nu, environs 30 à 40 par
classes et parfois plus.

Au bout de quelques semaines de ce jeu d'aveugle et d'exercices de "comme
si voyant", il s'est développé une extraordinaire perception "extra-
sensorielles". Les retards et absences se firent plus rares. Moments quasi
magiques, poétiques, moments de rencontres miraculeuses, de fragilité au
bord du gouffre et d'éveil à la solidarité. Nos "aveugles" se mirent à
circuler et communiquer sans heurt, libérés des "bruits intérieurs" qui
perturbaient l'écoute interindividuelle et collective.
Ils interagissaient, comme s'ils voyaient enfin, du noyau de leur être et
non des agitations du dehors.
Au bout de ce semestre d'automne, les corps avaient gagné une fluidité, une
souplesse et une organicité féconde pour alimenter ce grand rêve de la
"création collective" qui nous travaillait tous.
Le travail sur la condition perceptive de l'aveugle n'avait pas seulement
développé l'écoute mais une conscience qui ne passait plus par la séduction
du regard, avec ses mécanismes aberrants de rejets et de comportements
précipités.

De cette classe sortit un petit groupe d'étudiants avec lesquels nous pûmes
commencer à créer et monter un premier spectacle sur le thème de
Lysistrata...
Ceux qui participèrent à cette aventure dans le monde des non-voyants m'en
reparlèrent souvent beaucoup d'années après, comme ayant été une expérience
fondatrice et qui avait changée leur perception du monde et le regard
qu'ils avaient sur leur propre vie.
Bien à vous
Serge


______________________
Serge Ouaknine
Montreal  (Quebec) Canada
Email : r34424@er.uqam.ca
______________________