référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1999-10/msg00059.html
     Chronologie       
     Conversation       

Entrée libre de Jeu Michèle Vincelette



Chers membres de Queatre,

Voici le communiqué de notre prochaine Entrée libre.

Communiqué
Pour diffusion immédiate
Le 25 octobre 1999

LES NOUVEAUX VISAGES DE L'ENGAGEMENT

Une « Entrée libre » de Jeu

Le lundi 8 novembre 1999, au Théâtre d'Aujourd'hui, à Montréal, les Cahiers
de théâtre Jeu invitent le grand public à une « Entrée libre », animée par
Michel Vaïs, autour de la question de l'engagement.

Faut-il obligatoirement brandir un discours militant, politique ou partisan
pour que le théâtre soit qualifié de socialement engagé ? Ou est-ce que la
prise de conscience et l'exposition sur une scène des maux de notre société
constituent la forme d'engagement la plus honnête de notre temps ? On peut
également se demander si, au-delà du simple constat - qui laisse le
spectateur impuissant -, il est possible d'agir directement sur le public,
sans pour autant faire de la scène une tribune.

Par ailleurs, la liberté de création recherchée par les artistes peut-elle
s'accommoder de la défense d'une idée ? L'artiste doit-il choisir entre la
dénonciation et la fuite vers l'imaginaire ? Les voix dites migrantes
(immigrants, autochtones, minorités visibles ou audibles...) peuvent-elles
être considérées comme un ferment au théâtre engagé de notre temps ?

Sur les planches montréalaises, ces temps-ci : Alexis Martin (Révolutions),
Olivier Choinière (Autodafé), Olivier Py (Requiem pour Srebrenica), Wajdi
Mouawad (Willy Protagoras enfermé dans les toilettes) évoquent de grandes
causes, des destins collectifs ou les conséquences d'une guerre. Il y a
peu, Leitmotiv (Les Deux Mondes), la Femme comme champ de bataille (Matéï
Visniec), Exodos (Michel Monty), Lettres de Cantos (Yann Martel), Jeux de
patience (Abla Farhoud), la Cité interdite (Dominic Champagne) ou Salvador
(Suzanne Lebeau) appelaient aussi à une mobilisation urgente. Partout
ailleurs, sur nos scènes, on fait plutôt place à la révolte individuelle,
au sort des marginaux, au dérèglement des sens et au narcissisme. Freud
a-t-il définitivement supplanté Marx ?

Est-il démodé d'agir socialement par le théâtre, de vouloir peu ou prou
changer le monde ? De faire preuve de conscience civique, d'aimer faire
triompher la Justice, de se préoccuper du sort de l'État ?

Le lundi 8 novembre, de 17 h à 18 h 30,
au Théâtre d'Aujourd'hui, 3888, rue Saint-Denis

Invités : Geneviève Billette (auteure dramatique), Alexis Martin (acteur et
auteur), Jean-Pierre Ronfard et Olivier Py (acteurs, auteurs et metteurs en
scène).

Entrée libre. Information : (514) 288-2808

Source : Michèle Vincelette, Cahiers de théâtre Jeu




Michèle Vincelette
jeu@mlink.net