référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1999-11/msg00038.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: Prologue et epilogue Costas Ferris




Il faut bien distinguer la "partie" nommee PROLOGUE (du Grec "prologos",
preambule) du personnage qui recite ce preambule. Dans la tragedie Greque
c'est d'habitude un personage de l'action-histoire-narration. La Nourice de
Medee, ou Antigone meme. Dans les "Bacchantes" d'Euripide, symboliquement
dernier drame de l'antiquite Greque, on a un extremisme: Le prologue est
recite (interprete) par Dionysos (Bacchus) meme, dieu de la Tragedie et du
Theatre. c'est l'apparition unique de ce dieu dans une tragedie, et il
apparait aussi dans une seule comedie d'Aristophane, les "Grenouilles". Ce
que j'appele un extremisme, consiste en deux phenomenes:
a) Un dieu, dans la tragedie Greque, apparait d'habitude vers la fin, pour
donner le denouement, en tant que "Deus ex Machina". Or, dans les
"Bacchantes", il assume le personnage de la Passion, en double avec son
cousin Penthee. Un dieu-protagoniste donc, qui s'adresse en direct au
public d'un spectacle? Impressionant au moins.
b) Dans cette derniere piece d'Euripide en exil, il introdut le dieu de la
tragedie en exil, qui rentre dans sa ville natale, pour se venger ou rendre
justice -c'est pareil- et executer son cousin = Voyeur!  Et il s'adresse au
public = Voyeur, pour annoncer cette vengeance! Pour executer la
tragedie-meme, et annoncer le retour a l'extase-participation? Ou pour
annoncer la resurection tres prochaine du theatre?

Les "Bacchantes" sont la tragedie sur le theatre, par excellence.

Costas Ferris