référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1999-11/msg00057.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: Les bacchantes Costas Ferris



Oups!
L'entreprise la plus passionante, dans le theatre.
On pourrait parler pendant des siecles, mais pour l'instant je me reserve a
2-3 remarques.

Des "adaptations" des Bacchantes y en a eu de centaines (cf "Les Bacchantes
d'Euripide" de Solinca, transposees en Afrique contemporaine, dimension
politique). Je trouve que la tragedie d'Euripide est un Theoreme parfait,
et chaque adaptation ne peut que limiter ses dimensions.

MEA CULPA! J'ai fait, moi meme, une "adaptation libre", par mon film "Oh
Babylon" (en Anglais). J'ai transpose les dates a une epoque et esthetique
meta-modernes, et j'ai elimine Dionysos!!! Le personage principal (Penthe)
est un intellectuel en etat de schizophrenie, et tout se passe en 14
heures. La "troupe des Bacchantes" est remplacee par un nombre de
nymphettes pesque nues, referance a Balthus, creatures de memoire ou
d'imagination du protagoniste, qui se baladent tout le long du film en le
provoquant. Bref, c'est un film que j'aime bien, parce que j'ai tente deux
experiences extraordinaires au langage du cinema: (1) Par l'absence du
"driving character", le spectateur devient lui-meme un "driving character",
un cataliseur et un auteur-createur meme! S'il est pris de culpabilites,
(en s'identifiant a Penthee), tant pis pour lui. C'est un film mechant. (2)
Par la cassure et restructuration du temps en deux chemins paralleles, ou
on ne sait plus lequel est le "vrai" et lequel "imaginaire". Tout se passe
pendant l'aniverasire de naissance du protagoniste, qui est nait un... 29
fevrier, tout comme Balthus! Le scenario est inspire d'un autre scenario
qu'on avait ecrit avec Serge Ouaknine, en 1969, sous le titre "Out of
Order".

Sur le modele du Catalyseur, qui vient pour faire basculer une situation
donnee, il y a eu aussi plusieures pieces de theatre, et plusieurs films.
Je me souviens de la "Visite de la Vieille Dame" de Duremmat, mais dans "En
attendant Godot" on a une situation inversee: Dionysos-Godot n'arrive
jamais... Dans le cinema, je me souviens du "Theoreme" de Pasolini, de
"Performance" de Nicholas Roeg, de "Angel Heart" (il y a aussi Oedipe)
d'Alan Parker, meme une piece de boulevard de Neil Simon, tournee par Blake
Edwards.

Je me demande si le gars (un seul! Mon dieu, quel malheur!0 doit assumer le
role de Dionysos, ou de Penthee. Dionysos a le visage d'une jeune fille,
mais n'est surtout pas un effemine.

Des referances? Je prefere les textes literaires, comme "Age of Anxiety" de
Dodds, ou "Dionysos" (le classique universitaire).

Pour la mise en scene, je vous propose d'eviter le malentendu traditionel,
et suivre la these de Festugiere: Le coeur des Bachantes est un troupe
sobre, qui represente l'extase par des moyens de representation. C'est
seulement les Bachantes de Thebes, sur la montagne pendant le drame, qui
sont en etat d'extase. Et il est INTERDIT de les voir. Les "Bachantes" sont
aussi une these sur le regard. (cf "Elene" d'Euripide). Lisez donc
attentivement la description-monologue du Guardien, et vous verrez que
l'etat d'extase est un etat de calme ideal, de serenite, je sensations
discretes, de bonheur. C'est seulement quant elles decouvrent parmi eux un
Voyeur, qu'elles se transforment (momentanement) en Mainades, c'est a dire
en rapaces en folie. Et juste apres la punition, elles redeviennent des
Bacchantes dans le calme. Je crois que la, se trouve le grand malentendu de
TOUS LES METTEURS EN SCENE a ce jour, qui font de la troupe, un groupe de
Mainades...

Il est vrai que pendant une scene (le trampblement de terre provoque par
Dionysos) est representent le Mainadisme. Dans mon film, c'est elles memes,
en tremblant, qui se jettent sur la terre pour lui transmettre ce
tremblement et provoquer le seisme. 

Bon, du courage alors, et faites moi signe.

Costas Ferris

ferris@otenet.gr