référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2000-11/msg00005.html
     Chronologie       
     Conversation       

notule sur dom juan Denis Hue




Dilectissimi sapientes
	Je propose ici, a nouveau, une remarque formulee il y a peu sur Balzac,
au moment ou je changeais d'adresse : elle me parait relever de Queatre
autant que de Balzac (aussi, sorry for xposting, comme on dit...)

        Tout le monde connait le passage fumeux/fameux ou Sganarelle
deborde d'indignation et dit son fait a Dom Juan (D.J., V, 2), passage
ou l'argumentaire est une sorte de marabout de ficelle sans logique :
"... les richesses font les riches; les riches ne sont pas pauvres; les
pauvres ont de la necessie; la necessite n'a point de loi; qui n'a pas
de loi vit en bete brute; et par consequent vous serez damne a tous les
diables."
        C'etait a mes yeux la preuve de la faiblesse et de l'inculture
de Sganarelle : y avait-il d'autres lectures ? (ma biblio sur Dom Juan
est loin d'etre a jour...)

        Je viens de tomber sur un passage tout a fait etonnant d'Etienne
Binet (Remedes souverains contre la peste et la mort soudaine, 1628, 
petite collection atopia, Jerome Millon, 1998, p. 31-32) qui remet en
cause la lecture de la tirade de Sganarelle ; je le reproduis in
extenso, evidemment sans accents, et dans l'orthographe modernisee de
mon edition, tout en isolant (__)les passages qui me paraissent
revelateurs : 

        "Du temps de Josaphat courait un livre qui donnait des recettes
contre toutes les maladies, le monde se portait bien, mais jamais il ne
fut si mechant; personne n'allait au temple, on se moquait du Ciel et de
Dieu, tout etait en desordre, ce n'etait qu'atheisme; le roi fit bruler
ce livre par la main d'un bourreau, les maladies revinrent, le temple
etait tout plein de sacrifices, de (p. 32)larmes et de devotions, il
semblait que le ciel fut tombe en terre. (__ Croyez moi, la peur est la
cause de la devotion, la devotion amene les vertus, les vertus sont
accompagnees des graces de Dieu et des benedictions du Ciel__)et il se
peut dire, et il est vrai, que tout ainsi que la crainte a ete la
premiere qui a introduit la sagesse au monde et qui a bien plante dans
les coeurs la pitie aussi est-ce la meme crainte qui la nourrit. (__Qui
craint est sage; qui est sage pense bien a son coeur; qui a soin de son
coeur lui procure le bonheur de l'eternite__); de facon que comme le 
temps de la peste est le temps de frayeur, aussi est-ce le temps des
vertus et de la saintete."
        
        A mes yeux, le marabout-de-ficelle de Sganarelle en sort grandi
: ce que caricature ici Moliere n'est pas la faiblesse argumentative
d'un valet de comedie figure du petit peuple qui croit en Dieu comme au
moine
bourru, mais la rhetorique persuasive de tout un courant apologetique. 
        Cet aspect avait-il ete releve? j'ignore si je viens de
decouvrir l'Amerique (ce qui est toujours une aventure pour le
medieviste que je suis), mais il me paraissait urgent d'en informer mes
collegues -- et de
m'en assurer. 


**************
n'en sai plus dire.
**************

Denis Hüe
Université de Rennes 2
denis.hue@uhb.fr
Visitez le site des médiévistes de Rennes 2 !
http://www.uhb.fr/alc/medieval

---------------------------------------------------------------queatre-+
_______________________________________________________________________________

>>> Pour être retiré de cette liste d'envois,

écrire à:   listproc@uqam.ca

    avec comme seule ligne de message:

unsubscribe QUEATRE


Note: la commande doit apparaître dans le corps du message, 
      NON PAS dans le Sujet.
---------------------------------------------------------------queatre--