référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2001-05/msg00037.html
     Chronologie       
     Conversation       

recherche sur le silence Pierre-Yves Millot





Même s'il s'agit là de cinéma et non de théâtre, voici un extrait d'une 
récente interview de B. Putzulu parue dans Libération (à propos de Godard) :
« Une fois, il m¹a donné une feuille avec des indications sur le texte
qu¹elle contenait. Entre tel mot et tel mot : deux secondes et demie. Entre
tel mot et tel mot : cinq secondes. »
http://www.liberation.fr/cinema/cannes2001/entretiens/20010516_putzulu.html


J'ai souvent pensé à préciser la durée des silences dans mes pièces (en
créant une nomenclature spécifique), mais j'ai renoncé de peur que cette
surcharge se fasse au détriment du "confort" de lecture. A mon avis, un
silence avalé est pire qu'une phrase écorchée. Un comédien doit savoir
"lire" les silences (même s'ils ne figurent pas explicitement).
Le parallèle entre la composition musicale et l'écriture dramatique me
semble évident (un dramaturge est un musicien qui a mal tourné !). Pourtant,
certains metteurs en scène n'hésitent pas à transformer les textes au gré de
leur fantaisie, alors qu'il est rare (!) qu'un chef d'orchestre remplace le
do d'une partition par un sol, ou une noire par une triple croche.

Sans-doute-pas-assez-silencieusement vôtre,

Pierre-Yves Millot
http://www.chez.com/pymillot
pymillot@chez.com

---------------------------------------------------------------queatre-+
_______________________________________________________________________________

>>> Pour être retiré de cette liste d'envois,

écrire à:   listproc@uqam.ca

    avec comme seule ligne de message:

unsubscribe QUEATRE


Note: la commande doit apparaître dans le corps du message, 
      NON PAS dans le Sujet.
---------------------------------------------------------------queatre--