référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2001-07/msg00026.html
     Chronologie       
     Conversation       

silence dthibaultlalonde



Bonjour à tous

Je termine actuellement un mémoire en art dramatique à l'UQAM. Il s'agir
d'un mémoire création en écriture dramatique. Mon intérêt porte sur le
silence. J'ai déjà émis quelques commentaires sur ce sujet. J'aimerais
avoir quelques réponses ou commentaires sur la définition du silence.

Le dictionnaire donne deux définitions du silence. Une première qui tire
son origine du mot latin silere qui signifie taire ou se taire et une
deuxième définition arrivée beaucoup plus tard et qui concerne le silence
de l'absence de bruit.

 Mon intérêt porte sur la première définition, l'acte de taire ou de se
taire.
Je prends cette définition d'un point de vue communicationnel. Partant des
propos des membres du collège invisible qui disent qu'on ne peut pas ne pas
communiquer, que  la communication est un tout intégré,qu' il ne s'agit pas
de parler de verbal ou non verbal, que la communication fait un tout.

Alors qu'est-ce que le silence, l'acte de taire ou de se taire,  si la
communication n'est pas que l'affaire du langage écrit ou verbal et si le
langage lui-même n'est pas constitué que de l'écrit ou du verbal mais d'un
tout intégré ?
Peut-on considérer l'immobilité du corps comme une certaine forme de
silence, lorsqu'on ne veut pas que nos gestes trahissent notre pensée ?
serait-ce d'une certaine façon une tentative de taire, de faire silence ?

Aussi, selon moi , on ne peut réduire le fait de taire ou se taire par
l'absence d'une parole écrite ou verbale. Comme le dit Michel Poizat (le
silence sourd), Le monde des sourds n'est pas silencieux, le langage de la
parole est remplacé par un langage visuel. Le sourd communique et a donc la
possibilité de se taire, de faire silence.

Selon moi, on pourrait dire que d'une certaine façon le silence transcende
le langage (écrit ou verbal). Une écriture fluide mais vide écrit en
quelque sorte un silence.
Également, si on prend l'exemple de l'étranger de Camus. D'une certaine
façon Camus a écrit ce texte en se taisant, en laissant ses personnages
muets, ils se taisent beaucoup plus qu'ils ne parlent.

J'attends impatiemment vos commentaires et réflexions sur le sujet...

Merci
Danielle thibault

---------------------------------------------------------------queatre-+
_______________________________________________________________________________

>>> Pour être retiré de cette liste d'envois,

écrire à:   listproc@uqam.ca

    avec comme seule ligne de message:

unsubscribe QUEATRE


Note: la commande doit apparaître dans le corps du message, 
      NON PAS dans le Sujet.
---------------------------------------------------------------queatre--