référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2001-07/msg00042.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: Monologue serge ouaknine



Monologue solitude  silence 

Les textes de Minyana sont un exemple de ce que vous dites. La différence entre
un monologue classique et un monologue contemporain ( et non moderne comme « Le
roi se meurt » de Ionesco) tient, je crois, à ce que le monologue classique
s'inscrit da s un tissu de paroles plurielles ou le « retrait » social du
monologue devient la voix intérieure du sujet en tant qu’être. La parole finale
du chœur dans l’Antigone de Sophocle joue comme un effet de monologue où la
voix collective renforce la solitude de la rebelle.  Il introduit l,esprit d ce
que sera  Hamlet - archétype de la modernité. Ce monologue là rend compte de la
confession du sujet dont la vérité qui résiste à un monde réel. La parole
affirme un sens  dans un monde qui lui est opaque. 
Le monologue contemporain lui désigne  un « doute » sur la possible ou légitime
prétention à une forme de vérité,  cette voix intérieure est l’extension d’un
solipsisme du dire, un « bruit blanc » dans un monde sans écho. Dans ce
contexte, le terme même de monologue est suspect, il est « limite » car qui dit
monologue entend la multitude silencieuse des autres voix. Or ces textes qui ne
s'opposent plus à rien sont la trace audible d’un désir de présence, de réparer
une absence. Cela relève plus de la tentation romanesque, une chosification du
public au rôle de lecteur auditif. Ces textes monologiques font du spectateur
un reflet, une oreille virtuelle, non de la solitude d’un possible héros, mais
de la dimension carcérale de toute impossible énonciation. Cette voix «
monologique » devient « acte de présence » du corps, le corps parlant comme
signature physique, non d’un énoncé, non d’une vérité ou d’une certitude mais
du degré zéro de l’existence. L’acteur est alors celui dont le corps parle. Un
corps sans sujet, ad libidum… auquel rien ne résiste que sa propre parole.
bien à vous
Serge Ouaknine 

Réponse à   --- "francoise.heulot@voila.fr" <francoise.heulot@voila.fr> a écrit
: > Chers internautes du théâtre,
> 
> En écho aux thèmes du silence et du récit de vie, je vous propose de discuter
> du trop plein de parole qui s'épanche dans le monologue. Je rédige
> actuellement ma thèse de doctorat sur le théâtre monologué contemporain
> français (à l'Université Paris III Sorbonne Nouvelle) et vos réflexions
> seront autant de soleils dans mon été studieux.
> Que pensez-vous de la question de l'adresse du monologue, de la place du
> spectateur, des notions de temps et d'espace dans ce contexte, du personnage
> et de la parole qu'il tente de structurer ou qui le traverse, de l'oralité et
> de tant d'autres choses encore que ce sujet peut vous amener à interroger.
> 
> Par avance merci pour vos réponses
> 
> Françoise Heulot
> ATER à l'Université Marc Bloch de Strasbourg
> 
> 
> 
> 
> __________________________________________________
> Voila vous propose une boite aux lettres gratuite sur Voila Mail:
> http://mail.voila.fr
> 
> 
>


=====
Serge Ouaknine - Montpellier - France

Email : serge_ouaknine@yahoo.fr 
Sites Internet via :                                   http://www.khryss.com/r34424/kdr02.html

___________________________________________________________
Do You Yahoo!? -- Vos albums photos en ligne, 
Yahoo! Photos : http://fr.photos.yahoo.com

---------------------------------------------------------------queatre-+
_______________________________________________________________________________

>>> Pour être retiré de cette liste d'envois,

écrire à:   listproc@uqam.ca

    avec comme seule ligne de message:

unsubscribe QUEATRE


Note: la commande doit apparaître dans le corps du message, 
      NON PAS dans le Sujet.
---------------------------------------------------------------queatre--