référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2001-08/msg00009.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: Renouveau mise en scène BOURASSA ANDRE G



Bonjour!
Ces questions du "nouveau" sont abordées en long et en large dans les
ouvrages sur la modernité au théâtre. Voir la "Bibliographie générale
d'études théâtrales", section "Modernité, modernisme et postmoderne": 
<http://www.er.uqam.ca/nobel/c2545/3f.html>. Thomas Kuhn définit en effet
la modernité comme un changement de paradigmes, avec périodes
préparadigmatiques et postparadigmatiques. Cf. KUHN, Thomas. 1983 [1962].
_La Structure des révolutions scientifiques_. Paris : Flammarion,
«Champs», n° 115, 285 p. (Voir «Priorité des paradigmes», p. 71-81.) 
Tout artiste cherche à faire sa marque, essayant parfois de se rendre "au
fond de l'indonnu pour chercher du nouveau", si ma citation de ce vers est
fidèle, ce dont je ne suis pas certain. Rimbaud? Baudelaire? Certains
changements ne révolutionnent rien, mais d'autres, par accumulation,
créent une série de nouveaux paradigmes qui finissent par l'emporter sur
les anciens. L'art du critique est de savoir discerner.

Votre thèse pourrait en effet porter sur un de ces grands changements de
paradigmes, comme le passage du Cartel, mis au service du répertoire, à
l'improvisation et à la création collective, période toute préoccupée du
"nous" comme unique créateur. Je pense à la critique de Goldman mettent
en question le "je".

Ou encore ce à cette montée du travail sur le corps, qui a tant influencé
le théâtre québécois, notamment, avec les séjours à l'étranger de certains
grands metteurs en scène actuels auprès des Decrous, Grotowski, Oono,
Barba... Il s'est fait d'excellentes recherches sur le corps auprès de
Michel Bernard (je pense à ceux de Michèle Febve...); voir "Corps et
chorégraphie" <http://www.er.uqam.ca/nobel/c2545/3.html>. 

Ou bien ce retour aux grands textes, mais dans des "relectures"
qu'accompagnent les nouveaux dramaturgistes dont les premiers, en France,
semblent surgir autour de Vincent, à Strasbourg: Koltès, Deutsch,
Jourdheuil, Lassalle, pour ne nommer que ceux-là. Cette irruption du
dramaturgiste (spécialiste de la dramaturgie, ou "dramaturg") en France
mériterait à elle seule une étude approfondie.
Amitiés, André G. Bourassa <bourassa.andre_g@uqam.ca>.

>  <baci@swing.be> a écrit : 
> bonjour,
> 
> Je projette un doctorat sur le renouveau de la mise en scène. J'ignore s'il
> existe déjà des écrits ou des pistes exploitées par d'autres sur ce thème. Je
> suis à la recherche d'informations les plus diverses sur ce thème. Je
> m'interroge : le renouveau le plus radical est-il en Europe occidentale ou
> dois-je me tourner vers d'autres pays ou d'autres régions d'Europe : je pense
> aux pays de l'Est ?
> 
> Si je prends l'exemple du théâtre d'Alain Platel, en Belgique, il me semble
> que l'interdisciplinarité et l'entrée d'amateurs sur scène apparaissent comme
> les ingrédients principaux d'un certain renouveau. Il n'est pas surprenant de
> constater que la danse contemporaine est présente dans les spectacles de
> Platel, n'est-ce pas un indicateur important : celui d'analyser le renouveau
> de la mise en scène théâtrale par le canal d'une autre discipline ? Le
> renouveau vient-il de l'intérieur de ou l'extérieur du théâtre ?
> 
> Existe-t-il déjà une nouvelle définition de la théâtralité ? Y-a-t-il une
> nécessité de relier le social à l'art pour redonner vie au théâtre ? 
>  
>  Brigitte

---------------------------------------------------------------queatre-+
_______________________________________________________________________________

>>> Pour être retiré de cette liste d'envois,

écrire à:   listproc@uqam.ca

    avec comme seule ligne de message:

unsubscribe QUEATRE


Note: la commande doit apparaître dans le corps du message, 
      NON PAS dans le Sujet.
---------------------------------------------------------------queatre--