référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2002-01/msg00011.html
     Chronologie       
     Conversation       

Entrée libre de Jeu Michelle Vincelet



Bonjour à tous et à toutes,

Voici le communiqué de la prochaine Entrée libre organisée par les
Cahiers de théâtre Jeu à l'Aparté le lundi 21 janvier à 17 h 30.
Bienvenue à tous et à toutes.

Communiqué

À QUOI SERVENT LES SALLES TRANSFORMABLES ?

Une « Entrée libre » de Jeu

Montréal, le 14 janvier 2002

Il y a eu l'amphithéâtre grec, la scène à mansions du moyen âge, la
scène élisabéthaine à éperon et la salle à l'italienne. On a dit que le
type de salle de notre temps était la boîte noire, transformable, où
l'on peut installer le public n'importe où. Qu'elle soit petite, comme
la Salle Fred-Barry, ou immense, comme la Cartoucherie du Théâtre du
Soleil reconstituée à l'Aréna de Lachine par Ariane Mnouchkine, la salle
transformable autorise le rapport frontal, mais aussi le théâtre en
rond, les estrades en vis-à-vis et toutes sortes d'autres
configurations.

Ici, plusieurs salles obéissent à ce schéma : l'Espace GO, le Théâtre
d'Aujourd'hui, la Cinquième Salle de la Place des Arts, le Studio Du
Maurier, les deux salles de l'Usine C, la Salle Jean-Louis Millette du
Théâtre de la Ville à Longueuil, sans compter celles d'Ottawa (le Studio
du CNA), de Québec (le Périscope, la Bordée, la Salle Octave-Crémazie),
d'Amos ou de Rouyn, du Bic ou de Jonquière... Or, la liberté que
promettent ces salles est-elle réelle ou fictive ? Utilise-t-on vraiment
les possibilités de modification de l'espace, et qu'est-ce que cela
apporte au spectacle ? Qui prend la décision de déplacer les structures
? L'écriture dramatique contemporaine et les exigences de l'esthétique
scénique commandent-elles ces transformations de l'espace, ou l'auteur
et le metteur en scène sont-ils toujours psychologiquement les esclaves
de la salle à l'italienne ? À GO, chaque spectacle semble créer son lieu
propre ; au Théâtre d'Aujourd'hui, seuls quelques metteurs en scène ont
déjà changé la configuration : on dit que cela coûte trop cher...

Multifonctionnelle ou à géométrie variable, la salle transformable
est-elle LA solution à tous les défis du théâtre, ou un choix artistique
cher à construire et à faire fonctionner ?

Lundi 21 janvier 2002, de 17 h 30 à 19 h
à L'Aparté
5029, rue Saint-Denis, Montréal
(en face de l'École nationale de théâtre)

Invités : Louis-Dominique Lavigne (auteur),
Luc Plamondon (scénographe),
Alice Ronfard (metteure en scène)
et Claude-André Roy (scénographe)

Animation : Michel Vaïs

Entrée libre

Source : Michèle Vincelette, Cahiers de théâtre Jeu
Information : (514) 875-2549



---------------------------------------------------------------queatre-+
_______________________________________________________________________________

>>> Pour être retiré de cette liste d'envois,

écrire à:   listproc@uqam.ca

    avec comme seule ligne de message:

unsubscribe QUEATRE


Note: la commande doit apparaître dans le corps du message, 
      NON PAS dans le Sujet.
---------------------------------------------------------------queatre--