référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2002-09/msg00047.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re : Ponctuation et intonation CHRISTINE HAMON-SIREJOLS



Cher collègue,
Georges Forestier à Paris III connaît bien cette question. Il l'évoque je
crois dans son édition Racine de La Pléiade. Par ailleurs, l'une de ses
étudiantes, Julia Gros de Gasquet soutiendra bientôt une thèse où ce point
du rapport entre ponctuation et  maîtrise de la respiration est évoqué.

----------
>De : BOURASSA ANDRE G <bourassa.andre_g@uqam.ca>
>À : Liste de discussion en francais sur le theatre <queatre@uqam.ca>
>Objet : Ponctuation et intonation
>Date : Sam 28 sep 2002 16:16
>

> Chers collègues de Balzac et de Quéâtre,
> Je suis à préparer, avec mon collègue Patrick O'Neill de Moint St. Vincent
> University, l'édition du _Misantrope_ [sic], tel que traduit et mis en
> scène par Paul Mascarène à Port-Royal, Nouvelle-Écosse, en 1744. Nous
> plaçons en regard l'édition de l'original parue à Amsterdam en 1741.
>
> Il n'y a pas de variante de mots entre cette édition et celles que nous
> utilisons aujourd'hui, comme l'un d'entre vous m'enavait prévenu.
> Il y a certes des variantes de graphies (comme "-ois" pour "-ais")
> auxquelles je m'attendais, mais il y a, dans les longues répliques, des
> variantes de ponctuation auxquelles je ne m'attendais pas. Des séquences
> de ":" et ";", qui semblent référer à la respiration de l'acteur ont été
> remplacées de nos jours par une ponctuation rationelle.
> Or je me souviens avoir lu - il me semble que c'était chez Karl Rahner -
> que notre ponctuation occidentale venait d'un système élaboré par les
> copistes des textes à être lus en public. Il s'agissait permettre aux
> officiants de prévoir où il devait introduire dans un tedte par
> ailleurs recto tono les quartes ou les quintes signifiant les coupures
> entre les membres de phrase. La ponctuation aurait donc été d'abord
> musicale et respiratoire. Vous comprenez donc le sens de mon interrogation
> par rapport à ce qui m'a d'abord paru comme une étrangeté.
> Ma question: quelqu'un a-t-il des références sur cette source tonale de la
> ponctuation? Molière aurait-il chercher à se modeler sur cette pratique de
> la lecture publique dans les offices religieux?
> Cordialement, André G. Bourassa
> <bourassa.andre_g@uqam.ca>.
>
>
> 

---------------------------------------------------------------queatre-+
_______________________________________________________________________________

>>> Pour être retiré de cette liste d'envois,

écrire à:   listproc@uqam.ca

    avec comme seule ligne de message:

unsubscribe QUEATRE


Note: la commande doit apparaître dans le corps du message, 
      NON PAS dans le Sujet.
---------------------------------------------------------------queatre--