référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2003-02/msg00015.html
     Chronologie       
     Conversation       

Barry Russell, 1943-2003 Jeffrey S. Ravel



Barry Russell, 1943-2003

Barry Russell, acteur, directeur, journaliste, historien du théâtre, et innovateur de l’informatique au service de la recherche littéraire, est mort lundi 10 février 2003 à Oxford, en Angleterre, de complications respiratoires d’un cancer. Il avait seulement cinquante-neuf ans.

Beaucoup d’abonnés à cette liste connurent en Barry le créateur de sites étincelants dévoués au théâtre français de l’ancien régime. Son oeuvre dans le domaine informatique couvrait des activités aussi diverses qu’un guide des ressources internet européennes, et des reportages photographiques de la suppression des démonstrations démocrates de mai 1992 en Thaïlande.  Son site Théâtre de la Foire, <http://foires.net/>, ouvert originellement en 1995, offre une collection de documents imprimés du XIXe siècle côte à côte avec un calendrier des spectacles représentés pendant le règne de Louis XIV. Il présente de plus des versions complètes de textes inconnus jusqu’alors et des documents qui avaient échappés pendant  plus d’un siècle aux étudiants du théâtre. Les sites de Barry combinent une recherche perspicace et un pouvoir analytique à une maîtrise des dernières techniques informatiques.

Sa virtuosité technique et académique se complétait d’une générosité constante envers collègues et étudiants. Choisissant de ne pas publier lui-même dans le domaine officiel, il aida beaucoup d’entre nous à créer des sites, à rechercher des questions obscures et à compléter des articles et des papiers de conférence. Il est possible que cet esprit désintéressé fût le résultat des difficultés qu’il rencontra au début de sa carrière, lorsqu’une thèse pleine de promesses sur le théâtre du XVIIe siècle fut interrompue par des disputes mesquines; un avenir d’enseignement supérieur fut abandonné. Dégoûté par les jalousies de faculté, Barry s’engagea dans le théâtre d’avant-garde, et finit par organiser une troupe. Il passa ensuite une dizaine d’années en Asie, traversant l’Inde en VW bus et finissant en Indonésie.

De retour en Grande Bretagne vers 1990, il reconnut les possibilités fascinantes de l’informatique pour les sujets littéraires, et le potentiel de démocratisation du savoir qu’offre cette technologie. Il compléta son premier projet dans ce domaine en utilisant un ordinateur de la bibliothèque municipale d’Oxford. Il obtint bientôt un poste de chercheur en français à l’unité de langues vivantes de Oxford Brookes University, où ses concepts d’utilisation de l’informatique pour les études littéraires étaient reçus avec enthousiasme. 

Pendant l’été 1999, il persuada deux collaborateurs avisés de contribuer leurs bases de data à un projet qui avait pour but d’offrir une présentation multi-niveau des représentations théâtrales en France au XVIIe et XVIIIe siècle, allant des pièces (concerts, ballets) mêmes, aux lieux de représentation, auteurs, publication, iconographie, etc. Le résultat, Calendrier électronique des spectacles sous l’ancien régime et sous la Révolution, (CESAR) <http://www.cesar.org.uk>, a dominé son travail pendant ces trois dernières années. En 2001, Barry reçut une bourse de recherche de L’Arts and Humanities Resource Board pour le développement de ce projet. La même année, le Professeur Emmet Kennedy de la George Washington University et son équipe offrit une mine d’information sur le théâtre des années 1790. La lancée publique de CESAR en septembre 2002 eut un succès immédiat et international : pendant la première semaine, le site répondit à 3.500 demandes de 600 ordinateurs différents, et délivra 287 megabyte de données. Il attira 67 collaborateurs enregistrés venant du monde entier : Australie, Canada, France, Israël, Italie, Hollande, Tunisie, la Grande Bretagne et les Etats Unis d’Amérique. Dès la fin 2002, un dialogue d’échange d’information était établi, ce qui confirma pour Barry sa décision de faire du site une ressource indépendante et libre, disponible à tous.

Le succès de ses projets multiples lui valu une promotion en été 2002 au poste de Director of Research Funding pour l’unité de Langues d’Oxford Brookes University.
Ceux d’entre nous qui travaillons avec Barry ces dernières années sentions après la lancée de CESAR que tout ne faisait que commencer : Barrry négociait des collaborations avec des institutions en France, la Grande Bretagne, la Hollande, la Suède et l’Amérique du nord. Mais notre joie à son succès tourna en inquiétude à la fin de l’année 2002, quand sa santé se détériora rapidement.

Grâce à la haute qualité et grande utilité de ses sites, il est évident que Barry vivra longtemps dans l’espace électronique. Mais on ne peut s’empêcher de sentir que son oeuvre, si riche qu’elle fût, n’est pas complète.  Son collègue québécois, André Bourassa, historien de théâtre, décrivit ce sentiment parfaitement dans cette paraphrase du titre d’une chanson de Pierre Bachelet :  «parti avant d’avoir tout dit.» Pour nous, ses collègues, ses amis, ses admirateurs, il nous reste à imaginer ce que sa voix sage et généreuse aurait dit.

Jeffrey S. Ravel, Associate Professor of History, Massachusetts Institute
of Technology (ravel@mit.edu), avec l’aide de David Trott, Professor
of French, University of Toronto (trott@chass.utoronto.ca).  Traduction de l’anglais de Marianne Moore.