référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2003-05/msg00001.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: Message hebdomadaire. biet christian



Title: Re: Message hebdomadaire.
chers amis, pouvez-vous relayer ce message sur vos listes ? merci

COLLOQUE INTERNATIONAL
POUR UNE HISTOIRE CRITIQUE DU SPECTACLE MILITANT
THEATRE ET CINEMA MILITANTS (1966-1980)
Organisé par l'équipe d'accueil EA 3458 « Représentation. Recherches
théâtrales et cinématographiques » Paris X-Nanterre.

Nous vous remercions de bien vouloir informer toutes les personnes
intéressées de la tenue du colloque international sur le théâtre et le
cinéma militants (1966-1980) à l'Université de Paris X-Nanterre, à la
Cinémathèque de Paris (Salle Chaillot), au Théâtre de l'Aquarium
(Cartoucherie de Vincennes) et au Théâtre des Amandiers de Nanterre, les 21,
22, 23 et 24 mai 2003.
À partir d'une série de communications, de tables-rondes, de conférences,
d'interventions, de projections et de performances, les praticiens du
spectacle cinématographique et théâtral y rencontreront directement les
critiques, théoriciens et historiens des champs concernés.
L'ampleur de cette manifestation supposant, en amont, votre concours en
matière d'information, nous nous permettons joindre ici la déclaration
liminaire et le programme de ces rencontres.
Naturellement, nous vous invitons à nous rencontrer au préalable, et à venir
durant ces journées, tant il nous paraît nécessaire, aujourd'hui, de revenir
sur ces années. Nous comptons ainsi sur votre concours pour annoncer cet
événement, participer aux débats, et nous vous remercions, préalablement de
votre bienveillance.
Vous pouvez donc nous joindre aux adresses suivantes pour tout renseignement
ou pour nous demander de vous adresser des programmes imprimés :
Olivier Neveux : oneveux@club-internet.fr
Christian Biet : Biet@u-paris10.fr
Département des Arts du Spectacle
Université Paris X
200, avenue de la République
92001. Nanterre. Cedex
Tel. 33 (0)1 40 97 73 04
fax. 33 (0)1 40 97 73 06
et surtout : colloquemilitant@club-internet.fr


COLLOQUE INTERNATIONAL
POUR UNE HISTOIRE CRITIQUE DU SPECTACLE MILITANT
THEATRE ET CINEMA MILITANT (1966-1980)

Organisé par l'équipe d'accueil EA 3458 « Représentation. Recherches
théâtrales et cinématographiques » Paris X-Nanterre

Université Paris X Nanterre
Cinémathèque de Paris (Chaillot)
Théâtre de l'Aquarium, Cartoucherie de Vincennes
Théâtre des Amandiers (Nanterre)

21, 22, 23, 24 mai 2003


« Etre bâti intérieurement en militant, c'est penser et agir d'instinct avec
les autres, par et pour les autres : en compagnie toujours. C'est aussi
vivre son présent, si dur, si décevant soit-il, en projet d'avenir. »


J-P. Vernant, Entre mythe et politique, Paris, Editions du Seuil
(Collections « Points »), 1996, p. 570




De 1966 à la fin des années 70, de nombreuses expériences théâtrales et
cinématographiques, inscrites au c†ur des mouvements sociaux et politiques,
ont revendiqué un clair dessein militant. Aux côtés ou au service, entre
autres du monde ouvrier, des immigrés, des prisonniers, des luttes
d'émancipation (femmes, homosexuel(le)s) solidaires des combats de
libération nationale, ces formes ont épousé les modes de contestation
propres à cette époque, les idéologies et les espérances qui animaient les
mouvements révolutionnaires. Il s'agissait alors de participer directement
aux luttes, d'en être le reflet ou l'un des instruments, conformément en
cela aux multiples manifestations artistiques militantes du XXème siècle.

Qu'elles soient l'†uvre de praticiens reconnus ou de collectifs stricto
sensu militants, ces formes soumettant leur origine et leur finalité à une
autre inspiration que celle de l'Esthétique ont souvent été (parfois à juste
titre) contestées, caricaturées, rejetées en raison du simplisme et de
l'amateurisme de leurs expressions. Mais les réduire ainsi contribue à
occulter, d'une part, tout un pan de l'histoire théâtrale et
cinématographique et d'autre part la singulière expérience sensible,
politique et artistique qu'induisent de telles manifestations. C'est, en
outre, ignorer, les gageures formelles et les réponses apportées, dans
l'urgence des luttes, à des questions parfois inédites ou déjà, dans des
circonstances différentes, soulevées par d'autres artistes-militants.

Le Colloque « Théâtre et cinéma militant » se propose de revenir sur cette
histoire et ces esthétiques dans la diversité de ces expressions. Au-delà
d'une interrogation sur la légitimité de telles formes, c'est la question de
leur « fabrication » qui sera posée : comment le théâtre et le cinéma
deviennent-ils des actes militants ? Il faut, pour cela, s'attacher à
rechercher les réponses dans la totalité de ce qui crée cet événement (de
ses motivations à sa réception, du scénario-texte à sa réalisation mais
aussi à partir de son contexte, de la fonction qu'il se donne) afin de
pouvoir, peut-être, appréhender et comprendre la richesse mais aussi les
échecs de ces tentatives d'inscrire le théâtre et le cinéma dans les «
bataille[s] du siècle » (A. Gatti).

Il s'agira donc, en quatre journées, de faire le point sur ces questions à
partir d'une série de communications, de tables-rondes, de conférences,
d'interventions, de projections et de performances dans lesquelles les
praticiens du spectacle cinématographique et théâtral rencontreront
directement les critiques, théoriciens et historiens des champs concernés.
L'idée est en effet de confronter les idées et les pratiques, de déterminer
des points d'appui pour une critique précise et argumentée de ces années
militantes 1966-1980. Nous pensons que ce type de travail et de réflexion,
hors de la célébration nostalgique, peut se révéler infiniment utile, ici et
maintenant. L'idée n'est donc pas de célébrer les 35 ans de mai 68, mais de
prendre les dates pour ce qu'elles sont : des prétextes et des occasions à
penser le présent. Ainsi, plutôt que d'entendre une série de regrets,
légitimes ou pas, de constater une suite d'attitudes nostalgiques, et de
relever quelques reniements, plutôt que d'assister à la narration
d'anecdotes révolues, nous pensons que le recours à l'analyse problématisée
de cette période à peine passée, doit permettre d'aborder une réflexion sur
la situation présente du théâtre, du cinéma et des critiques qui les
concernent.



COLLOQUE INTERNATIONAL
POUR UNE HISTOIRE CRITIQUE DU SPECTACLE MILITANT
THEATRE ET CINEMA MILITANTS (1966-1980)
Université Paris X Nanterre
Théâtre des Amandiers (Nanterre)
Cinémathèque Française (Chaillot)
Théâtre de l'Aquarium, Cartoucherie de Vincennes

21, 22, 23, 24 mai 2003

DATES ET LIEUX DU COLLOQUE
Le mercredi 21 mai à l'Université de Paris X-Nanterre (salle des
conférences, bâtiment B),
et à 19 h 30, Théâtre des Amandiers, lecture de Les Katangais d'Armand Gatti
par Armand Gatti.
Le jeudi 22 mai à l'Université de Paris X-Nanterre (salle des conférences,
bâtiment B),
Le vendredi 23 mai, Séances, projections et débats à la Cinémathèque
Française, Chaillot,
Le samedi 24 mai, Théâtre de l'Aquarium, Cartoucherie de Vincennes.


RENSEIGNEMENTS : colloquemilitant@club-internet.fr


MERCREDI 21 MAI - Université Paris X -Nanterre
Salle des Conférences, Bâtiment B.

9 h : Ouverture
* Olivier Audéoud, Président de l'Université Paris X-Nanterre, Christian
Biet et Olivier Neveux, Organisateurs du colloque, Paris X-Nanterre, Etudes
théâtrales.

Séance 1. 9 h 30-11 h 00. « Tant de choses urgentes à faire... », Réagir à
l'événement.
Modérateur : Philippe Ivernel (Paris VIII, Allemand)
* Geneviève Clancy (Paris I, Esthétique) et Philippe Tancelin (Paris VIII,
Etudes théâtrales) : Urgence militante et esthétique. Les conditions sous
lesquelles l'émeute demeure possible.
* Sébastien Layerle (Paris III, Etudes cinématographiques) : À l'épreuve de
l'événement. Cinéma et pratique militante en Mai 68.
* Arielle Chenot (Théâtre du Levant) : Le Théâtre du Levant : au fil du
mouvement social.

Séance 2. 11 h 15-13 h 00. Avant-garde artistique / avant-garde politique.
Modératrice : Laurence Schifano (Paris X, Etudes cinématographiques)
* Emmanuel Wallon (Paris X, Etudes théâtrales, Sciences Politiques) : « Tout
est politique, camarade, surtout l'esthétique », Avant-gardes politiques et
radicalité artistique dans les années 1970 : quelques équivoques d'époque.
* François Albera (Lausanne, Etudes cinématographiques) : Le cinéma des
Straub milite-t-il ?
* Gérard Leblanc (Ecole Nationale Louis Lumière) : Quelle avant-garde ?
L'expérience de Cinéthique.

Séance 3. 14h00-15h00. Observateurs, soutiens et critiques.
Modérateur : Christian Biet (Paris X, Etudes théâtrales)
* Julie de Faramond (Paris X, Etudes théâtrales) : Le théâtre d'intervention
dans la revue Travail Théâtral.
* Frédérique Matonti (Nantes, Laboratoire de Sciences sociales, ENS Ulm) :
Le PCF face au théâtre et au cinéma militants.

Séance 4. 15h15-18h. Des questions de représentation.
Modérateur : Olivier Neveux (Paris X, Etudes théâtrales)
* NIGWAL (Nicolas Hatzfeld, Université d'Évry, Histoire, Gwenaële Rot, Paris
X, Sociologie ; Alain Michel, Cité des sciences et de l'industrie, Histoire)
: Le cinéma militant et la grande usine automobile : le travail en
représentation.
* Hélène Raymond (Paris III, Etudes cinématographiques) : La scansion du
montage, dans les cinétracts.
* Jean Kergrist (Théâtre National Portatif) : Le rire en bandoulière (De
l'artillerie lourde de la décentralisation dramatique à l'infanterie légère
des scènes imaginées).
* Frédérique Aufort (Paris III, Etudes théâtrales) : La forme tragique et la
fonction politique dans Le Labyrinthe de Gatti.

19 h 30 - THÉÂTRE DES AMANDIERS, NANTERRE

* Table-ronde, François Tusques, Francis Marmande, Jean-Louis Comolli :
Jazz, militantisme et cinéma.
* LECTURE d'ARMAND GATTI : Les Katangais, scénario inédit d'Armand Gatti
(1974)
Entrée libre


JEUDI 22 MAI - Université Paris X -Nanterre
Salle des Conférences, Bâtiment B.

Séance 1. 9 h 30-11 h. « L'heure des brasiers ». La représentation des
luttes anticolonialistes.
Modérateur : Alain Kleinberger (Paris X, Etudes cinématographiques)
* Oriane Brun (Paris I, Etudes cinématographiques) et Magali
Jacquemin-Carrier (Paris I, Etudes cinématographiques) : Les images
anticolonialistes, anti-impérialistes françaises : l'exemple de l'Algérie
(René Vautier) et de la Palestine.
* Laurent Veray (Paris X, Etudes cinématographiques) : Peut-on filmer contre
la guerre ? Le cas du Vietnam.
* Jean-Jacques Hocquard (La Parole Errante) : La Nuit des rois de
Shakespeare par les comédiens de Toulouse face aux événements du Sud-est
Asiatique (V comme Vietnam).

Séance 2. 11 h 15-13 h. « Du passé ne faisons pas table rase »
Modérateur : Emmanuel Wallon (Paris X, Etudes théâtrales, Sciences
Politiques)
* David Faroult (Paris III, Etudes cinématographiques) : Nous ne partons pas
de zéro ! (éléments pour un bilan de quelques acquis du cinéma militant de
l'après-68).
* Philippe Ivernel (Paris VIII, Allemand), Christine Hamon-Siréjols (Lyon
II, Etudes théâtrales). Intervention à deux voix : théâtre d'agitation et
d'intervention entre hier et aujourd'hui : regard sur un parcours de
recherche. Quels liens entre l'agit prop historique et le théâtre militant
d'après 1968?

Séance 3. 14 h-15 h 45. « Ne me libère pas, je m'en charge », Questions
d'identités.
Modérateur : Bernard Faivre ( Paris X, Etudes théâtrales)
* Hélène Fleckinger (Paris I, Etudes cinématographiques) : « Y a qu'à pas
baiser ». La représentation militante de la différence des sexes dans le
documentaire.
* Olivier Neveux (Paris X, Etudes théâtrales) : « Pour que les larmes de
leurs mères deviennent une légende... » Le théâtre révolutionnaire de
l'immigration.
* Claude Alranq (Nice, Etudes théâtrales) : « Lo teatre de la Carriera » :
un théâtre de libération occitane et internationale.

Séance 4. 16 h-17 h 45. Du positionnement révolutionnaire...
Modératrice : Marie-Madeleine Mervant-Roux (CNRS, Laras - Laboratoire de
recherches sur les Arts du Spectacle)
* Isabelle Marinone (Paris I, Etudes cinématographiques) : « Y en a pas un
sur cent mais pourtant ils existent ». Les films militants anarchistes : Un
cinéma invisible mais effectif.
* André Benedetto (Avignon, Théâtre des Carmes) : Moi engagé ? - Mais oui !
- Ah bon...
* Olivier Maillart (Paris X, Etudes cinématographiques) : D'une maladie
l'autre (Bernardo Bertolucci entre deux idées d'un cinéma révolutionnaire).



VENDREDI 23 MAI - Cinémathèque Française, Palais de Chaillot

Séance 1. 10h-13h
En présence de Michel Andrieu, Jean-Denis Bonan, Jacques Kébadian, Bruno
Muel
Modérateur : Sébastien Layerle (Paris III, Etudes cinématographiques)

* Le Droit à la parole (1968, 16 mm, NB, 60mn), Réalisation collective et
production : Atelier de recherche cinématographique (ARC). La « prise de
parole » du Printemps 1968. La recherche d'un dialogue entre étudiants et
ouvriers à l'écart des organisations politiques et syndicales.

* Les Trois quarts de la vie (1971, 16 mm, NB et Couleur, 20 mn),
Réalisation collective et production : Groupe Medvedkine de Sochaux.
Distribution : SLON/Iskra. « Les jeunes français immigrés à Sochaux
démontent le mécanisme de l'exploitation dans leur vie quotidienne telle
qu'elle a été pensée par Peugeot. Ils jouent et racontent le recrutement,
l'embauche, les horaires, le logement et la lutte qui a été menée dans les
Foyers de jeunes travailleurs » (catalogue Iskra).

* L'autre façon d'être une banque (1974, 16 mm, NB, 40 mn), Réalisation
collective, production et distribution : Cinélutte. « Printemps 1974 : les «
cols blancs » - du Crédit lyonnais à Paris - se révoltent contre le rôle que
les banques leur font jouer, contre l'exploitation des travailleurs, pour
l'amélioration des conditions de travail, pour l'augmentation des salaires »
(texte d'ouverture).

Séance 2. 14h-16h
En présence de Jean-Pierre Thorn

* Le dos au mur (1980, 16 mm, Couleur, 105 mn), Réalisation : Jean-Pierre
Thorn. Photo : Bruno Muel, Yves Billon, Éric Pittard, Robert Millié, Alain
Nahum et Nicolas Brunet. Son : Pierre Excoffier, Jean-Marc Fénié, Théo
Robichet, Richard Copans, Patrick Genet et Claude Ostro. Chanson et musique
: Jacky Moreau et Jean-Pierre Thorn. Montage : Alain Debarnot, Zoé
Durouchoux et Jean-Pierre Thorn. Mixage : Lucien Yvonnet. Production et
distribution : Les Productions de la Lanterne.12 ans après Mai 68, 2 ans
après la rupture de l'Union de la Gauche, une grève comme tant d'autres. Les
travailleurs de l'Alsthom Saint-Ouen affrontent un des plus puissants
groupes industriels français : l'Alsthom-Atlantique filiale de la C.G.E.
A l'heure de la crise, du plan Barre, Du refus patronal de toute concession,
A l'heure des divisions, Une société bloquée ? Le courage de lutter quand
toutes les certitudes foutent le camp. Lutter pour qui ? Pour quoi ? La
violence du désespoir.

Séance 3. 16h30-18h30
En présence de Lionel Soukaz
* Monique et Christiane (1976, vidéo, 30 mn), Réalisation : Carole
Roussopoulos. Monique (assistante de publicité) et Christiane (OS) parlent
de la difficulté d'être femme dans une usine en lutte (Lip), des problèmes
de démocratie interne dans les syndicats, et de la finalité du travail dans
la situation actuelle. (Cinémaction « Le cinéma au féminisme », numéro 9,
1979).
* Scum manifesto (1976, vidéo, 26 min), Réalisation : Carole Roussopoulos et
Delphine Seyrig. Lecture mise en scène du livre de Valérie Solanas, Scum
Manifesto est un réquisitoire contre la société dominée par l'image « mâle
», de l'action « virile ». Scum est l'abréviation de « Society for cutting
up men ».
* Le Sexe des Anges (1977, super 8 transféré sur vidéo, 40 minutes),
Réalisation : Lionel Soukaz. Le sexe de Bruno sera : culturel, érotique,
pornographique, social, politique, poétique, ce que vous voulez, mais il
sera. Les anges ont des sexes et ils s'en servent pour leur bonheur.

Séance 4. 19h-20h
Présenté par David Faroult (Paris III, Etudes cinématographiques)
* Luttes en Italie (Lotte in Italia), Réalisation : Jean Luc Godard, Jean
Pierre Gorin. Scénario : Groupe Dziga Vertov. Images : Armand Marco (Kodak
7254). Interprétation : Christiana Tullio, Altan, Anne Wiazemsky, Jérome
Hinstin, Paolo Pozzesi. Durée : 60, 16mm, couleurs. Production : Anouchka
Films/Cosmoseion pour Radiotelevisionne Italiana (RAI), 1969. Tournage :
décembre 1969 (Paris et Roubaix) Paola est une militante marxiste-léniniste
italienne. En la représentant, en questionnant ces représentations, en la
représentant se questionnant, le groupe Dziga Vertov, dans son film le plus
abouti, illustre une théorie de l'idéologie inspirée par Althusser.

Séance 5. 21h
En présence de Gérard Leblanc
* D'un bout à l'autre de la chaîne, Réalisation : Nicolas Stern. 81, 16mm,
Couleurs. Dix ans après mai 1968, comment les médias commémorent la plus
forte grève de l'histoire du mouvement ouvrier européen ? Comment font-ils
rentrer la lutte des classes dans le moule de l'ordre bourgeois des
représentations ? Une implacable démonstration en vingt minutes.
* Bon pied, bon †il, et toute sa tête, Réalisation : Gérard Leblanc 80, 16mm
(tourné en super 8 inversible puis gonflé en 16mm), Couleurs. Trajet en
voitures pour se rendre au travail, travail : les accidents provoqués par le
système productif engendrent parfois des handicaps. Pertes et profit d'une
force de travail que cette société traite en marchandise : remettre au
travail. Même avec un moignon, un geste productif est toujours possible ! Le
film, réalisé en liaison avec le Comité de Lutte des Handicapés et les
Psychiatrisés en Lutte, renverse notre vision des choses et nous invite à "
détruire la société qui nous détruit ".

Entrée payante (uniquement pour le 23 mai) :
Plein tarif pour la journée 16 euros, tarif réduit 10 euros
Tarif par séance 4,7 euros, tarif réduit 3 euros


SAMEDI 24 MAI - Théâtre de l'Aquarium (Cartoucherie)

Séance 1. 10 h 30-11 h 30. « On peut faire du théâtre partout y compris dans
un théâtre » : la Cartoucherie.
Modérateur : Sylvie Jouanny (Paris XII, Etudes théâtrales)
* Bernard Faivre (Paris X, Etudes Théâtrales) : Militantisme et exigence
artistique (le cas du Théâtre de l'Aquarium).
* Joël Cramesnil (Caen, Arts du Spectacle) : Les pieds dans la boue et la
tête au soleil : cinq troupes s'engouffrent dans les hangars de la
Cartoucherie.

Séance 2. 11 h 30-13 h. « Que l'étranger serve le national ».
Modérateur : Christian Biet (Paris X, Etudes théâtrales)
* Julian Boal (Paris III, Etudes Théâtrales) : Origines et développement du
Théâtre de l'Opprimé en France.
* Tom Bishop (NYU) et Judith Miller (NYU) : Théâtre militant/théâtre
politique aux USA; parcours américain, parcours français.
* Roberto Alonge (Turin, Etudes théâtrales) : Le théâtre italien militant
des années 1970 : le rêve de la révolution.

Séance 3. 14 h-15 h 30. Retours critiques.
* Robert Abirached (Paris X, Etudes théâtrales) : Sur le théâtre politique.
* Jean-Marc Lachaud (Metz, Esthétique) : Retour critique sur le caractère
festif et politique du théâtre de rue des années Soixante-dix en France.
* Jean-Loup Rivière (ENS Lyon) : Le Militant sans Bourgeois. Un théâtre
politique sans adversaire.

15 h 30-16h 30. Conférence.
* Alain Badiou : Entre Brecht et Claudel

Table Ronde 16 h 30-18 h 00. « De la pratique »
Modérateur : David Lescot (Paris X, Etudes théâtrales)
Avec Gérard Fromanger (peintre),
Jean Jourdheuil (metteur en scène)
Jacques Kebadian (réalisateur),
Michel Marie (Paris III, Etudes cinématographiques),
Jacques Nichet (metteur en scène)
Jean-Pierre Thorn (réalisateur)
des comédiens de la troupe Z...

Après le colloque, le Théâtre de l'Aquarium vous propose de venir assister,
à 20 h 30, au spectacle mis en scène par Julie Brochen, Oncle Vania d'Anton
Pavlovitch Tchekhov, traduit du russe par André Markowicz et Françoise
Morvan. Avec Jeanne Balibar, Pierre Cassignard, Julie Denisse, Bernard
Gabay, François Loriquet, Nathalie Nerval, Jean-Paul Roussillon, et
Maryseult Wieczorek. Réservations 01 43 74 99 61.

Pour se rendre à la Cartoucherie :
En métro : ligne 1, station "Château de Vincennes", sortir en tête de rame
en suivant les indications pour la station de bus, prendre le bus N°112,
arrêt "Cartoucherie".
En voiture : à partir de l'esplanade du Château de Vincennes, suivre le
fléchage "Cartoucherie" (longer le Parc Floral de Paris sur la droite par la
Route de la Pyramide, puis au rond-point tourner à gauche, l'accès au
parking de la Cartoucherie se fait par le 2nd portail sur la gauche).
Pour se rendre à Nanterre - Paris X :
RER A. Arrêt : nanterre Université