référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2003-07/msg00008.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: Message hebdomadaire sylvie ananos



Le 15/07/03 23:49, « Emile Zeizig » <zeizig@easynet.fr> a écrit :

> Bonjour,
> en revenant ce soir d'Avignon, je découvre le message de François Berreur du
> 14 juillet qui annonce "l'annulation du festival d'Avignon".
> En dehors de toute appréciation portée sur le problème des intermittents,
> Il est important de préciser que le Festival IN est annulé mais que le OFF
> fonctionne à 90 %, c'est à dire plus de 500 spectacles par jour !
> J'ai déjà vu une quinzaine de pièces dont certaines sont remarquables. Je
> retourne d'ailleurs "au Festival" dès jeudi soir...
> Attention à ne pas suivre une grande partie de la presse nationale pour
> laquelle Avignon se cantonne à la partie officielle du Festival qui ne
> représente depuis déjà de nombreuses années qu'une partie minoritaire, très
> élitiste, de cette manifestation.
> 
> Cordialement
> 
> Émile Zeizig
> 
> Par ailleurs de très nombreuses rencontres sont organisées... souvent à la
> dernière minute. J'ai assisté par exemple à la Maison Jean Vilar à un débat
> passionnant avec Ariane Mnouchkine.
> Je vous recommande aussi l'expo sur l'histoire du Festival, toujours à la
> Maison Jean Vilar (1er étage), et pour sortir du strict théâtre une belle
> expo temporaire de peinture au musée Angladon...
> 
> 
> 
Oui, ça doit effectivement être passionnant, le festival d'Avignon
Mais quel est le propos de ce message? Dire qu'il n'y a pas que le
Festival IN en Avignon et que ce festival est aussi beaucoup
Représenté par le OFF ? Enfin pour ma part, je le sais depuis des années,
Aussi pour avoir été comédienne et pour connaître
Plutôt bien les rouages du théâtre institutionnel français et savoir que
Tout ce qui m'intéresse n'est certes pas dedans. Bien.

Sauf, sauf que lire ce mail  en ce moment, ça me fait penser...
Un peu... que 30 % de ce festival OFF dont vous parlez ne sera plus là
l'année prochaine et que faire la spectatrice béate aujourd'hui, franchement
c'est pas vraiment ce a quoi je pense en premier. Et je ne pense pas à
Ariane Mnouchkine non plus, malgré l'estime que je peux avoir pour elle
d'autre part. Au lieu de nous dire de ne pas croire la presse nationale (on
fait ce qu'on veut d'abord, surtout quand le problème de l'intermittence du
spectacle dure depuis plus de 10 ans, pour être là aussi pour vivre son
massacre à la une des journaux !). Dites-nous plutôt ce qui vous a tant
touché dans ce que vous avez vu, le contenu. Ce qui vous transporte au point
d'en envoyer un mail, qu'est-ce qu'il s'est passé, dit, pensé ? Moi, je ne
sais pas ce que c'est un spectacle "remarquable". Je pense que l'heure est
grave, que si la France n'a plus la diversité culturelle que des milliers de
personnes ont essayé de construire à l'arraché, alors je n'aurais rien
d'autre à faire qu'à m'allonger et attendre que cette pauvreté cesse, parce
que rien ne me mettra en joie et qu'on n'en sortira pas indemne si on
continue de parler d'oeuvres théâtrales en donnant leur qualité pour
acquise. Il faut expliquer ce qu'on ne voit qu'en assistant à un spectacle,
Il faut dire en quoi ça nous aide à vivre et pourquoi.
Une culture, c'est difficile à exprimer, je sais,  et quand elle n'existe
plus eh ben personne ne s'en aperçoit parce qu'on ne sait plus qu'elle
pourrait exister, quand elle existe alors on s'en nourrit même sans s'en
apercevoir, elle est là, c'est tout. Je ne crois pas que nous en soyons là,
mais si tout le monde transmet poliment en disant "c'est remarquable"; alors
oui, on va vraiment finir par croire et faire croire que tout ce qui se
passe sur scène, n'a aucun rapport avec la société, avec vous, avec moi.
C'est pour moi, à peu près aussi nocif que lorsque le directeur du festival
d'Avignon, au mois de juin, déclarait, en espérant sauver son festival, que
sa solution pour exprimer le conflit des artistes français : je préconiserai
que la lutte s'exprime sur la scène plutôt que dans l'impossibilité pour le
public de voir le spectacle. (en gros c'est ça.) Alors, on se demande, ce
qu'a vu cet homme quand il s'est mis à programmer Jan Fabre avec "je suis
sang" et la Sociétas Raffaello Sanzio avec "A#02". Il pensait quoi, à ce
moment-là ? Que ces metteurs en scène jusque-là, s'amuser à discuter de la
meilleure façon de planter des  pâquerettes ?
Je ne vous en veux pas particulièrement à vous qui écrivez ce mail et que je
ne connais pas, mais là, c'est vraiment une politesse, un commentaire lisse
de trop. Le théâtre est un art qui ne peut qu'être vivant, alors arrêtez de
le reléguer à chaque fois dans l'Histoire, au moment même où vous en parlez.
Cordialement.
Sylvie Ananos.

---------------------------------------------------------------queatre-+
_______________________________________________________________________________

>>> Pour être retiré de cette liste d'envois,

écrire à:   listproc@uqam.ca

    avec comme seule ligne de message:

unsubscribe QUEATRE


Note: la commande doit apparaître dans le corps du message, 
      NON PAS dans le Sujet.
---------------------------------------------------------------queatre--