référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2004-08/msg00006.html
     Chronologie         
     Conversation         

Le Théâtre irlandais Jean Gervais



Le Théâtre irlandais : au carrefour des traditions

En réponse à l’intérêt porté au corpus irlandais par les milieux théâtraux
parisien et montréalais de même qu’à l’importance croissante d’une nouvelle
génération de dramaturges irlandais dans l’échiquier théâtral occidental, l’
Annuaire théâtral désire rendre compte des nouvelles pratiques qui marquent
ce théâtre et contribuent à son rayonnement actuel. Ces démarches sont
entreprises dans le but de combler, ne serait-ce que partiellement, l’
absence marquée d’analyse et de recherche de langue française portant sur
ledit corpus.
L’Irlande est un lieu de rencontre des traditions anglophones et
nord-américaines avec celles de l’Europe. L’Abbey Theatre, qui célèbre son
centenaire cette année, s’est ouvert aux modèles de l’Europe occidentale et
ce, dès sa construction, résistant ainsi aux modèles britanniques, davantage
connus. Les rapports entre les œuvres de Synge et d’Ibsen ainsi que ceux qui
lient l’œuvre de Yeats avec les pièces des symbolistes français et belges ne
sont que deux exemples de ce phénomène. Cependant, compte tenu de la
proximité géographique de la Grande-Bretagne et des liens unissant ces deux
cultures, sans oublier la présence d’un grand nombre de dramaturges
irlandais au sein même du canon britannique (Sheridan, Farquhar, Goldsmith,
Wilde, Shaw), il est possible d’affirmer que le théâtre irlandais est issu
de nombreuses influences esthétiques. Aujourd’hui, la portée hégémonique des
modèles exogènes semble toutefois se renverser.
Le fait que cette nouvelle génération de dramaturges ait émergé dans un
contexte post 1973, année de l’adhésion de l’Irlande à la Communauté
économique européenne (CEE), n’est en rien le fruit du hasard. Moins de cent
ans après que le pays se soit battu pour son indépendance, les artistes
irlandais semblent aujourd’hui, de par leurs œuvres, remettre en question l’
obsolescence de l’État-nation et du nationalisme. Par le fait même, ils
cèdent, ne serait-ce que symboliquement, la souveraineté culturelle au nom
de la fédéralisation et de l’intégration européenne. L’introspection fait
ainsi place à la recherche esthétique et à l’expérimentation.
Les directeurs du dossier sont particulièrement intéressés à recevoir des
articles qui puisent leurs sujets hors de l’axiome du discours nationaliste
et qui font fi de la problématique identitaire tout en explorant les liens
que cette nouvelle génération de dramaturges crée actuellement avec les
publics et praticiens d’ailleurs dans le monde. Ils sont également
intéressés à recevoir des articles qui présenteront des pratiques et une
institution théâtrale à un lectorat francophone nord-américain et ce, en
incluant des points d’ancrage et de comparaison tirés des pratiques
francophones du Canada.
Les sujets peuvent comprendre, sans toutefois y être limités, les éléments
suivants :
· L’utilisation de la langue : les dialectes, les langages inventés, les
langages poétisés;
· La constitution d’un canon dit national et la notion de « canonisation »
des œuvres dans le contexte actuel ;
· La réception critique des œuvres ;
· Des études faisant le lien entre la pratique irlandaise contemporaine, la
modernité et/ou la postmodernité ;
· Des études comparatives entre les répertoires d’expression française et le
corpus irlandais post 1973 ;
· Des études comparatives entre la pratique actuelle ­ dramaturgique et
autres ­ et des œuvres appartenant au répertoire irlandais pour établir,
réaffirmer ou encore remettre en question les liens entre les deux ;
· Des liens esthétiques entre les pratiques contemporaines du monde
occidental ­ en particulier au Canada français ­ et celles de l’Irlande ;
· La traduction de textes irlandais ;
· Les productions « avant-gardistes » et contemporaines de textes issus du
répertoire irlandais, particulièrement celles qui en proposent de nouvelles
lectures.
Les articles peuvent être rédigés en anglais ou en français. L’Annuaire
théâtral est une revue savante bi-annuelle publiée par le Centre de
recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF) de l’Université d’
Ottawa et La Société québécoise des études théâtrales (SQET).
Pour obtenir des renseignements supplémentaires, veuillez contacter :
Joël Beddows
Professeur adjoint
Département de théâtre
Université d’Ottawa
135, rue Séraphin-Marion
Ottawa (ON) K1N 7N5
Canada
1 (613) 562-5800, poste 267 ou par courriel à beddows@catapulte.ca,
ou,
Dr. Lisa Fitzpatrick
Lecturer
Department of Applied Arts
Waterford Institute of Technology
Waterford
Ireland
(+353) 87-7525452, or by email at lfitzpatrick@wit.ie
Date de tombée : le vendredi 14 janvier 2005.
Les articles peuvent être soumis par courriel ou en copie imprimée.
L’Annuaire théâtral
L'Annuaire théâtral, créée en 1985, est publié deux fois l'an. Par son nom,
la revue fait revivre la publication du même nom de Georges-H.Robert (de
1908). Cette revue savante, d'abord dirigée par Jean-Marc Larrue
(1985-1992), se consacre dès le départ à l'histoire des arts de la scène,
c'est-à-dire non seulement au théâtre, mais aussi aux manifestations
connexes telles la danse, le cirque, le pageant, le théâtre radiophonique,
etc. André G. Bourassa, directeur de la revue de 1993 à 1997, ouvre de plus
en plus ses pages aux collaborations internationales. Les titres des
dossiers disent la volonté de concilier l'héritage du passé et l'ouverture
au monde.
L'Annuaire théâtral est produit et imprimé pendant 12 ans par le Collège de
Valleyfield. En 1997, une entente est signée par laquelle le Centre de
recherche en littérature québécoise - CRÉLIQ - de l'Université Laval prend
en charge la revue qui sera publiée en collaboration avec la SQET sous la
direction de Chantal Hébert. La revue fait peau neuve et cherche à «
multiplier les liens avec les diverses approches théoriques » pour «
alimenter la recherche en hypothèses neuves » (présentation du numéro 21).
En 2001, le Centre de recherche en civilisation canadienne-française -
CRCCF - de l'Université d'Ottawa accepte un mandat de collaboration avec la
SQET pour la publication de la revue et Dominique Lafon en devient la
directrice.
Protocole de rédaction
Les manuscrits soumis pour publication doivent être adressés à la rédaction
de L’Annuaire théâtral en quatre exemplaires, dont trois anonymes pour fins
d’évaluation, en respectant impérativement les normes suivantes.
Le texte doit être inédit, rédigé en français et saisi sur disquette 3,5 po,
format Macintosh ou IBM, de préférence sur logiciel Microsoft Word ou
WordPerfect. La disquette doit être envoyée avec le texte, de 25 000 signes
maximum, imprimé sur papier blanc de format 21 cm x 27 cm (8 ½ po x 11 po)
ou de format 21 cm x 29,5 cm, dactylographié à double interligne, recto
seulement. L’auteur s’engage à conserver une copie de son texte. Aucun
manuscrit ne sera retourné à son auteur.
Les références, les notes et les citations doivent être dactylographiées à
double interligne. Les références bibliographiques intratextuelles doivent
être placées entre parenthèses et doivent préciser le nom de l’auteur, l’
année de publication et, s’il s’agit d’une citation précise, la page du
passage cité (Rykner, 1996 : 108). Si le nom de l’auteur figure déjà dans le
texte, il suffit d’indiquer l’année de publication et la page. On distingue
les renvois multiples à des textes d’un même auteur publiés au cours d’une
même année en utilisant des lettres minuscules après l’année de publication
(1990a, 1990b). Lorsqu’il y a plusieurs renvois d’auteurs différents, ils
sont placés entre parenthèses et sont séparés par des points-virgules
(Rykner, 1996 : 112; Lavandier, 1994 : 87).
Il est recommandé de ne pas abuser des notes qui doivent être numérotées et
présentées soit en bas de page, soit à la fin du texte. Les références
bibliographiques doivent être placées à la fin du texte, sur une feuille à
part. Elles doivent être données par ordre alphabétique d’auteurs et par
ordre chronologique croissant pour chaque auteur. Toutes les informations
pertinentes doivent être données (voir des exemples dans L’Annuaire
théâtral, no 21, p. 184-185).
Les citations dans une autre langue que le français doivent être
accompagnées d’une traduction.
Les cartes, figures et tableaux qui accompagnent le texte doivent être prêts
à être reproduits. Les photographies sont fournies sur épreuves noir et
blanc de qualité. Elles sont placées sur des feuillets distincts avec
indication de leur localisation dans le texte. Les illustrations doivent
être libres de droits de reproduction. Chaque carte, figure, tableau ou
photographie doit être accompagné d’une vignette explicative.
Les auteurs doivent fournir une courte notice biographique en français, de
même qu’un résumé de leur texte d’environ cent mots, en français et en
anglais.
Au stade de la révision, les auteurs seront appelés à relire leur texte et à
éventuellement répondre à des questions.