référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2004-09/msg00006.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: didascalies? Michel Rochel





Camille Rebetez a écrit:

> Eschyle, Sophocle et Euripide écrivaient-ils des didascalies dans leurs
> textes originaux? 

Non.

> Ou alors sont-ce les traductions ultérieures qui les y
> ont ajoutées?

Oui.


Ce sont bien les traducteurs-éditeurs qui ont ajouté les didascalies. Le 
texte se suffisait à lui-même, les didascalies sont redondantes. Les 
traducteurs-éditeurs ont tiré celles-ci de celui-là. Voilà pourquoi, 
d'ailleurs, elles diffèrent d'une édition à l'autre.

Si nous prenons, par exemple, l'entrée en scène d'Hippolyte dans le 
prologue de l' "Hippolyte" d'Euripide,
-- M. Delcourt-Curvers (Gallimard) écrit : " [Aphrodite] disparaît. 
Entre à gauche Hippolyte avec ses compagnons en costume de chasse. Il 
tient la couronne qu'il posera sur l'autel d'Artémis" ;
-- H. Berguin (Garnier) écrit : "Aphrodite se retire ; entre Hippolyte 
avec ses serviteurs" et un peu plus loin : "[Hippolyte va] couronner de 
guirlandes de feuillage la statue de la déesse" ;
-- chez Artaud (Firmin-Didot, 1857) : aucune didascalie.

M. Delcourt-Curvers et H. Berguin tirent leurs didascalies des vers dits 
par :
-- Artémis :
"Mais je vois le fils de Thésée qui rentre après les travaux de la chasse.
C'est Hippolyte. Je lui cède la place.
Un nombreux train de serviteurs à ses talons
va clamant des cantiques en l'honneur d'Artémis la déesse." (trad. M. 
Delcourt-Curvers).
-- Hippolyte :
"De ces fleurs cueillies dans une prairie virginale j'ai tressé pour 
toi, maîtresse, la couronne que voici." (trad. H. Berguin).

Où l'on se demande pourquoi H. Berguin traduit (à juste titre) "fleurs" 
mais propose  dans sa didascalie "feuillage" !
Où l'on s'étonne que M. Delcourt-Curvers, si prodigue en didascalie, 
n'ait pas ajouté "ses compagnons en costume de chasse ET CHANTANT" !
Quant à la mention de "la gauche" elle procède du fait que pour le 
spectateur assis dans le théâtre de Dionysos à Athènes, la campagne 
était à gauche et, d'une certaine façon, l'agora à droite. (Les côtés 
"cour" et" jardin" avaient le même sens dans le théâtre grec antique que 
dans la théâtre français classique mais, donc, pour d'autres raisons !).

On justifierait de même "autel d'Artémis" ou "statue de la déesse"...

Cordialement.

Michel Rochel.

---------------------------------------------------------------queatre-+
_______________________________________________________________________________

>>> Pour être retiré de cette liste d'envois,

écrire à:   listproc@uqam.ca

    avec comme seule ligne de message:

unsubscribe QUEATRE


Note: la commande doit apparaître dans le corps du message, 
      NON PAS dans le Sujet.
---------------------------------------------------------------queatre--