référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2006-06/msg00012.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: Considérations sur la dramaturgie scénique BOURASSA ANDRE G



Bonjour,
Il me semble que ton argumentation de base, Yannick (je ne parle pas ici
des exemples), oscille un peu trop entre le vrai et le vraisemblable, la
performance et le théâtre. Ce dont nous avons hérité des Grecs, c'est
d'accepter que le dieu ou le roi, la déesse ou la reine qu'on voit et
entend sur scène, sont en réalité notre voisin ou notre voisine qui en
tiennent le r:ôle. L'action théâtrale est essentiellement simulée. Oui,
comme disant Ubersfeld, au théâtre un peut tuer un lapin, mais chaque soir
le même lapin.
Le drame scénique est une action, certes, mais essentiellement mimésis,
imitée de l'action réelle. Ceci dit, paradoxalement, l'action scénique, si
"artificielle" qu'elle soit, contribue à l'action réelle;c'est en cela, il
me sem,ble,qu'Artaud avait raison, lui qui voyait la vie comme un double
du théâtre, et non le théâtre comme un double de la vie.
Amitiés, André G. Bourassa.

---------------------------------------------------------------queatre-+
_______________________________________________________________________________

>>> Pour être retiré de cette liste d'envois,

écrire à:   listproc@uqam.ca

    avec comme seule ligne de message:

unsubscribe QUEATRE


Note: la commande doit apparaître dans le corps du message, 
      NON PAS dans le Sujet.
---------------------------------------------------------------queatre--