référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2006-10/msg00011.html
     Chronologie       
     Conversation       

Surréalisme et arts de la scène "André G. Bourassa"



Title: Surréalisme et arts de la scène
Bonjour,
Les services de télécommunication de l'UQÀM reçoivent depuis quelque temps environ un million de spams par jour. Quéâtre a été cettre semaine l'objet d'un martelage incessant. Il a fallu fermer temporairement les archives d'octobre, objets d'un trop grand nombre d'attaques. Il se peut que des messages qiant été perdus. Henri Béhjar m'pa heureusement adressé le sien séparément. Je vous invite particulièrement à cliquer sur le lien de l'pentrevue de Julien Blaine. Elle vaut le détour.
Amitiés, André G. Bourassa
--------------------------------------
-
From: "Henri BEHAR" <henri.behar@univ-paris3.fr>
Subject: Re: Surréalisme et arts de la scène,

Cher André,
J'ai [...] envoyé le message [...] à Queatre. Si toutefois ça ne passait pas, pour des raisons techniques [...], tu en trouveras le texte ci-dessous.
Avec mon cordial souvenir

1. Apollinaire et la performance
Ref.: http://www.humanite.presse.fr/journal/2006-10-07/2006-10-07-838198
Le journal L'HUMANITÉ, Rubrique Cultures, a publié un article dans son édition du 7 octobre 2006 sur l’ouvrage de Julien Blaine, Bye-bye la perf.
Interrogé par Franck Delorieux, il y retrace son parcours de « performer », indique la source de son inspiration dans les Calligrammes d’Apollinaire, situe ses rapports avec l’avant-garde : Cobra,
Fluxus, Dotremont, et se justifie d’avoir cessé ses performances. 
Julien Blaine, Bye-bye la perf (avec un CD et un DVD) ; Coédition Al Dante-Adriano Parise.
2. Ubu Roi
Ref. : http://www.quefaire.be/Attention-44862.shtml
« Ubu Roi », en hommage à Alfred Jarry dont c’est le centenaire de la mort, vous sera proposé à l’occasion du spectacle en plein air. Le texte du père de la pataphysique, précurseur du surréalisme, couronnera cette saison dans les jardins du Théâtre du Méridien
3. Mac Laren : Surréalisme
http://www.voir.ca/cinema/cinema.aspx?iIDArticle=44075
12 octobre 2006
FNC: Norman McLaren
Le génie créateur
Kevin Laforest
Cette année, le FNC célèbre l'un des plus grands artistes à avoir oeuvré au Canada: Norman McLaren.
Plutôt que de se plier aux contraintes du septième art tel qu'il l'avait découvert à ses débuts en 1933, Norman McLaren, Écossais d'origine, s'est acharné dès lors à repousser les limites du cinéma, expérimentant avec la caméra, la pellicule et les techniques de montage pour les rendre aussi malléables et polyvalentes que l'imagination humaine. La rétrospective de son oeuvre est divisée en huit programmes thématiques, chacun étant mis en contexte par un documentaire d'introduction.
Les débuts regroupent les films réalisés par McLaren en Europe et aux États-Unis, tels que Camera Makes Whoopee, qui s'apparente à L'Homme à la caméra de Vertov. L'art en mouvement s'attarde aux dessins animés méticuleusement peints ou gravés directement sur la pellicule image par image, alors que Papiers découpés se penche sur la technique du même nom. Le McLaren de Guerre et Paix se fait politique et crée entre autres l'intemporel Voisins, récompensé par un Oscar. Peintre de la lumière démontre la fascination du cinéaste pour le ciel, les nuages et les effets lumineux. Dans Surréalisme, on retrouve un McLaren illustrant les mécanismes du rêve et du subconscient, comme dans l'inquiétant A Little Phantasy on a Nineteenth Century Painting. Enfin, dans L'Animateur musicien et Danse, sa passion pour ces arts respectifs est à l'honneur.
D'autre part, plusieurs ateliers sont prévus, notamment un présidé par Donald McWilliams, dont le 
film biographique Le Génie créateur: Norman McLaren sera aussi présenté pendant le festival.