référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2007-02/msg00017.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: école du spectateur Serge Ouaknine



Je souscris pleinement à la remarque de Jean Reinert.
 
L’art n'est pas de communiquer mais de témoigner. Il n’éduque pas,  il offre sa question.
Si l’artiste assume son rôle de « baromètre du temps" dont il est le premier spectateur et acteur (  et on sait combien on ne commande pas la météorologie ) alors, et au second degré seulement, il accomplit une fonction énonciatrice.
Mais si la volonté de dire et de convaincre l'emporte, il y a perte de jouissance pour toutes les parties  car la part de non-savoir propre au poète sombre dans les clichés volontaristes de l’éducation.
L’art n’est pas « objet moral » et donc il ne prêche rien, par contre l’artiste est travaillé par l’éthique.
La tragédie publicitaire de notre temps est de confondre Art et Communication et de nous faire croire que l’applaudimètre de l’un se réduit à celui de l’autre.
Un communiqué de presse n’est pas une  prophétie...
Quand l'artiste se soumet au pouvoir il devient idéologue et scie la branche sur laquelle il croyait faire poésie.
 
bien à vous
Serge Ouaknine
(depuis le site archéologique de Qumran)
 
jean reinert <jreinert@club-internet.fr> a écrit :
Bonjour,
 
voila quelques temps que nous n'avions pas eu ce sujet sur la liste de queatre.
Je suis surpris que l'aspect totalitaire de cette notion "eduquer le public", ne vous apparaisse pas.
Bien sur, cela part des meilleures intentions du monde mais, si les salles restent par trop vides,
les équipes concernées doivent avant tout s'interroger
1) sur les conditions de la diffusion
2) sur la pertinence artistique de la creation proposée
ou bien assumer qu'un travail de recherche se fasse dans une relative indifference du public.
 
Il me semble que la danse ou le theatre, comme toutes les autres formes artistiques, doivent "parler"
directement à "leur" public, l'ambition etant souvent qui soit le plus large possible, le probleme étant peut-être de pouvoir l'atteindre.
Former le public pour que celui-ci accède à la "révélation artistique" me semble, du point de vue de l'artiste,
un projet bizarre.
Laissons aux éducateurs (et aux professeurs, mais ceux-ci interviennent plutôt a posteriori) la part qui leur revient,
et que l'artiste, s'il souffre de solitude, ne neglige pas l'adresse à un (son) public.
 
Bien cordialement.
 
Jean Reinert
 
 
Jean Reinert
Montpellier (France)
«  jr dramaturgie » :  http://perso.club-internet.fr/jreinert
----- Original Message -----
From: baci@swing.be
To: Liste de discussion en francais sur le theatre
Sent: Friday, February 23, 2007 1:03 AM
Subject: école du spectateur

Content-Transfer-Encoding: quoted-printable ---------------------------------------
De: BOURASSA ANDRE G
Sujet: RE: RE: Message illisible
Date: Mercredi 2= 1 F=E9vrier 19:19


Bonjour,
 
 j'ai travaill=E9 de longues ann=E9es avec des compagnies de th=E9=E2= tre contemporain et de danse contemporaine.
 
j'ai souvent =E9t=E9 confront=E9 =E0 la p=E9nurie de public, ou en tout c= as, =E0 la difficult=E9 pour une charg=E9e de communication de remplir la= salle.
 
Il me semble qu'un accompagnement pourrait aider un certain public non en= core initi=E9 =E0 fr=E9quenter plus souvent les salles de cr=E9ation cont= emporaine
 
 existe-t-il d'autres exemples dont vous auriez eu vent, exemple aut= re que scolaire et qui aurait eu un r=E9el =E9cho aupr=E8s des th=E9=E2tr= es quant =E0 leur fr=E9quentation ?
 
en vous remerciant
 
Monique


Découvrez une nouvelle façon d'obtenir des réponses à toutes vos questions ! Profitez des connaissances, des opinions et des expériences des internautes sur Yahoo! Questions/Réponses.