référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2011-03/msg00012.html
     Chronologie       
     Conversation       

=?utf-8?B?UmFwcGVsIC0gQ29uZ3LDqHMgMjAxMSBkZSBsYSBTUUVU?= Sylvain Lavoie



APPEL À COMMUNICATIONS ET À PARTICIPATION

Société québécoise d’études théâtrales

 

 

Le Congrès de la SQET se tiendra du 9 au 11 juin 2011 à Montréal, à l’Université du Québec à Montréal et à l’Université Concordia. Il sera inauguré par une grande conférence de Dominique Lafon, professeure titulaire au Département de théâtre et au Département de français de l’Université d’Ottawa.

 

Suivant la revalorisation des activitĂ©s scientifiques de la SQET et la dynamisation des Ă©changes entre les chercheurs en théâtre, la SQET lance un appel Ă  communications et Ă  participation, en vue des quatre grands axes de rĂ©flexion qu’elle s’est fixĂ©s. Selon les axes et la volontĂ© de leurs reprĂ©sentants, diffĂ©rents modes d’échanges seront possibles, soit : confĂ©rence traditionnelle, table ronde, classe de maĂ®tre, sĂ©minaire, forum.

 

Toutes les propositions sont attendues d’ici le 1er mars 2011. Veuillez les faire parvenir Ă  Sophie Bastien(sophie.bastien@rmc.ca) en prĂ©cisant bien dans lequel des grands axes (dĂ©finis plus bas) elles s’inscrivent et en indiquant le besoin d’appareils audio-visuels, s’il y a lieu.

 

 

 

1. Recherche-création en milieu universitaire

 

Responsables : Irène Roy (irene.roy@lit.ulaval.ca) et Robert Faguy (robert.faguy@lit.ulaval.ca)

 

Appel aux praticiens-chercheurs pour participer à un atelier de réflexion

 

La recherche-crĂ©ation en milieu universitaire pose de nombreux dĂ©fis aux praticiens chercheurs : ils doivent frĂ©quemment justifier l’importance de leurs recherches auprès de collègues thĂ©oriciens qui semblent mettre en doute leurs capacitĂ©s scientifiques. Cette constatation soulève la question de la relation entre nos recherches et leur rĂ©ception et c’est autour de cette problĂ©matique que nous invitons les praticiens chercheurs Ă  un premier atelier de rĂ©flexion qui a comme objectif de rĂ©pondre aux questions suivantes : Comment peut-on donner plus de crĂ©dibilitĂ© Ă  nos recherches sur le plan mĂ©thodologique ? Amenuiser l’écart non fondĂ© entre thĂ©orie et pratique ? Dynamiser davantage la diffusion des rĂ©sultats de nos travaux en dĂ©veloppant des stratĂ©gies qui permettent d’en rendre compte et de valider nos processus devant public ? En bref, comment parler de nos travaux et intĂ©resser spectateurs et chercheurs Ă  nos spectacles et Ă  nos questionnements artistiques ?

Nous espĂ©rons que cet atelier de rĂ©flexion au sein de la SQET permettra de mieux dĂ©finir ce que nous entendons par recherche-crĂ©ation en milieu universitaire Ă  travers les nombreux enjeux qui y sont associĂ©s. Nous souhaitons Ă©galement crĂ©er un rĂ©seau pour amĂ©liorer les Ă©changes entre praticiens chercheurs afin de donner non seulement de la visibilitĂ© Ă  nos travaux, mais aussi mieux connaĂ®tre ce qui se fait  au sein de nos universitĂ©s. Cet atelier sera divisĂ© en deux parties : la première sera consacrĂ©e Ă  la prĂ©sentation de courtes communications oĂą nous invitons les participants Ă  prĂ©senter leurs recherches et donner un avis sur la problĂ©matique ciblĂ©e. Ces interventions ne dĂ©passeront pas 10 minutes afin de favoriser les discussions au sein du groupe.  La deuxième partie permettra de faire le point sur les Ă©changes de la première partie, en dĂ©finissant des pistes de solutions. Nous invitons les praticiens chercheurs Ă  faire parvenir leur proposition de communication Ă  Sophie Bastien (sophie.bastien@rmc.ca) d’ici le 1er mars 2011.






2. Le théâtre québécois d’hier à aujourd’hui

 

a) Théâtre et cirque quĂ©bĂ©cois sans frontières : production, circulation et rĂ©ception

 

Responsables : Karen Fricker (karen.fricker@rhul.ac.uk) et StĂ©phanie Nutting (snutting@uoguelph.ca)

 

Le théâtre et le cirque quĂ©bĂ©cois ont la cote ces temps-ci sur la scène internationale. Wajdi Mouawad est maintenant le plus jouĂ© des auteurs dramatiques de la Francophonie ; les productions de Robert Lepage sĂ©duisent les organisateurs de festivals, de Londres Ă  Sydney et jusqu’à Taipei ; Linda Gaboriau prĂ©pare la traduction anglaise de la comĂ©die musicale tirĂ©e des Belles-sĹ“ursde Michel Tremblay en vue d’une production torontoise ; et l’on a confiĂ© au Cirque du Soleil le soin de prĂ©senter un hommage Ă  Michael Jackson. Mis Ă  part ces grands noms, comment le théâtre quĂ©bĂ©cois se comporte-il sur les marchĂ©s internationaux ? Y a-t-il des glissements de sens, tant poĂ©tiques que politiques, qui s’opèrent lorsque les textes et les spectacles quĂ©bĂ©cois sont prĂ©sentĂ©s hors du contexte quĂ©bĂ©cois ? Quelles stratĂ©gies sont adoptĂ©es par les traducteurs, metteur(e)s en scène et producteurs afin d’en prĂ©senter les spĂ©cificitĂ©s culturelles ? Est-ce que Mouawad, Lepage, Tremblay ou encore le Cirque du Soleil mettent en avant leurs origines culturelles dans ces pratiques et comment leur quĂ©bĂ©citĂ© est-elle perçue par les producteurs, journalistes et critiques ? Quels marchĂ©s internationaux se sont montrĂ©s les plus rĂ©ceptifs aux productions quĂ©bĂ©coises et pourquoi ? Existe-il des prĂ©cĂ©dents Ă  cette prĂ©sence quĂ©bĂ©coise sur les scènes Ă©trangères ? Quels rĂ©seaux facilitent la circulation des pièces et des spectacles quĂ©bĂ©cois ? Quel rĂ´le joue, par exemple, le CEAD ? L’enseignement des textes quĂ©bĂ©cois et des techniques de la scène dĂ©veloppĂ©es au QuĂ©bec est-il liĂ© aux questions Ă©voquĂ©es ci-haut ? Nous invitons tant les jeunes chercheurs que les chercheurs chevronnĂ©s Ă  prĂ©senter des communications de 20 minutes, en français ou en anglais, qui pourraient prendre la forme de vidĂ©o-confĂ©rences. Veuillez envoyer un rĂ©sumĂ© de 350 mots Ă  Sophie Bastien (sophie.bastien@rmc.ca) d’ici le 1er mars 2011.

 

 

b) Séminaire sur le discours du théâtre québécois

 

Responsables : Louis Patrick Leroux (pleroux@vif.com) et Tanya DĂ©ry-Obin (tanya.deryobin@gmail.com)

 

Longtemps politique, du moins s’adressant aux particularitĂ©s identitaires de la nation, le théâtre quĂ©bĂ©cois s’est posĂ© comme le miroir de la population. Il Ă©tait alors considĂ©rĂ© comme un lieu important de rĂ©flexions et de construction identitaire. Mais le théâtre quĂ©bĂ©cois actuel, autorĂ©flexif, semble en premier lieu s’intĂ©resser Ă  son succès, son Ă©panouissement, ses propres crĂ©ateurs. Les formes dramatiques multiplient les affirmations subjectives alors que les crĂ©ateurs dĂ©veloppent des discours et des esthĂ©tiques rĂ©solument personnels. Dans un contexte d’émergence de pratiques individuelles, que dit le théâtre quĂ©bĂ©cois actuel ? Comment nĂ©gocie-t-il sa place au sein d’un discours social et culturel d’une population et d’une conception nationale en transformation ? L’objectif de ce sĂ©minaire est de rĂ©flĂ©chir au discours du théâtre quĂ©bĂ©cois actuel en considĂ©rant ses diffĂ©rentes postures (son positionnement, la scène de son Ă©nonciation, ses paratopies, son ethos). Longtemps, on a portĂ© un discours sur le théâtre quĂ©bĂ©cois, mais qu’en est-il du discours qu’il porte, dĂ©fend ou refoule aujourd’hui ? Le mode de sĂ©minaire sera privilĂ©giĂ©. C'est-Ă -dire que six Ă  huit participants sĂ©lectionnĂ©s devront envoyer leurs textes un mois avant le congrès afin que tous puissent lire les textes et prĂ©parer des questions. Par la suite, lors du sĂ©minaire, une brève prĂ©sentation d’une dizaine de minutes par participant donnera lieu Ă  des Ă©changes soutenus. Les propositions de 350 mots sont attendues afin de faire une sĂ©lection des participants. Prière de les envoyer Ă  Sophie Bastien (sophie.bastien@rmc.ca) d’ici le 1er mars 2011.

 

 

c) Archives de théâtre

 

Responsables : Sylvain Lavoie (sylvlavoie@gmail.com) et Roxanne Martin (roxshakespeare@hotmail.com)

 

Traces d’un art Ă©phĂ©mère, les archives théâtrales sont souvent essentielles aux recherches mais demeurent somme toute peu connues, tout comme les ressources qui s’y rattachent. Nous proposons  d'aborder les archives en deux temps. Tout d'abord, par un atelier-confĂ©rence offert par Bibliothèques et Archives nationales du QuĂ©bec autour de ses collections de programmes et d’affiches de spectacles, de fonds d’archives ainsi que de manuscrits d’écrivains. Nous avons Ă©galement invitĂ© monsieur Wolfgang Noethlichs, bibliothĂ©caire de l'École nationale de théâtre, afin d’inciter les praticiens Ă  se joindre Ă  notre rĂ©flexion sur la problĂ©matique des archives théâtrales. Dans un second temps, cet atelier-confĂ©rence sera suivi de communications et de discussions portant sur la dimension archivistique de la recherche. Si vous cet aspect de la recherche théâtrale vous intĂ©resse, veuillez envoyer un rĂ©sumĂ© de 350 mots Ă  Sophie Bastien (sophie.bastien@rmc.ca) d’ici le 1er mars 2011.

 

 

 

3. PĂ©dagogie et enseignement

 

Appel Ă  participation 

 

Deux modèles de formation théâtrale s’opposent (ou se complètent) au QuĂ©bec, soit celle spĂ©cialisĂ©e qui vise l’apprentissage d’un mĂ©tier liĂ© Ă  la pratique théâtrale, soit celle « gĂ©nĂ©raliste Â» que l’on retrouve dans l’enseignement au primaire, au secondaire, dans certains programmes de cĂ©gep et certaines universitĂ©s, et qui repose davantage sur une ouverture sur l’art qu’est le théâtre, son apprentissage et sa pratique plutĂ´t que sur sa maĂ®trise. Le théâtre servirait ici Ă  s’ouvrir Ă  la culture; l’art serait un moyen d’éducation tout en Ă©tant un objet d’étude. D’oĂą l’importance que l’enseignant soit d’abord un artiste pĂ©dagogue. Ă€ partir de lĂ , la table s’intĂ©resse Ă  deux principales questions : quelles sont les pratiques de l’enseignement du théâtre au QuĂ©bec et comment penser la formation (la formation des formateurs) ? Ces rĂ©flexions s’appliquent Ă  l’ensemble de l’enseignement du théâtre (et des arts) au QuĂ©bec et traversent les niveaux scolaires et les deux modèles (professionnel et gĂ©nĂ©raliste). Le groupe poursuivra ses travaux au cours de l’hiver, en vue d’une table ronde et d’une sĂ©rie de communications lors du Congrès de juin. Pour plus d’informations, veuillez communiquer avec Lucie Villeneuve (villeneuve.lucie@uqam.ca).

 

 

 

4. Théorie et critique

 

« Le théâtre et la circulation des savoirs Â» : trois tables seront proposĂ©es.

 

Que sait le théâtre ? / Louise Frappier, UniversitĂ© d’Ottawa (lfrappi2@uottawa.ca)

 

Le théâtre s’est toujours montrĂ©, Ă  des degrĂ©s divers, permĂ©able aux discours porteurs d’un certain « savoir Â». Ces transferts discursifs entre le non-théâtral et le théâtral, bien que manifestes, soulèvent toutefois des problèmes Ă©pistĂ©mologiques. Selon quelles modalitĂ©s le savoir s’inscrit-il au sein de l’œuvre théâtrale ? Comment le théâtre, en tant que pratique discursive, s’approprie-t-il et rĂ©organise-t-il les discours politiques, philosophiques, religieux ou scientifiques circulant dans le champ social ? Dans quelle mesure le théâtre reconduit-il une certaine doxa ou produit-il un savoir inĂ©dit ? Nous nous proposons donc d’interroger ces phĂ©nomènes d’interdiscursivitĂ© et ces interfĂ©rences entre imaginaire et connaissance au sein du discours théâtral.

 

 

Le théâtre et les autres arts / Marie-Christine Lesage, UQÀM (lesage.marie-christine@uqam. ca)

 

La question des rapports entre le théâtre et les autres arts traverse l’histoire du théâtre, selon diverses modalitĂ©s qu’il serait intĂ©ressant d’interroger Ă  la lumière du prĂ©sent. Qu’est-ce qui distingue l’interaction entre les arts sur la scène contemporaine des esthĂ©tiques plurielles du passĂ© ? Quelles sortes de nouages et de dialogues retrouvent-on entre les arts et entre les artistes provenant de pratiques diffĂ©rentes ? Dans quelle mesure les formes interartistiques actuelles sont-elles hĂ©ritières – ou opposĂ©es – au Gesamtkunstwerk de Wagner ? L’interartistique ne doit-il pas ĂŞtre repensĂ© comme une praxis, plutĂ´t qu’une esthĂ©tique, soit Ă  partir des processus de crĂ©ation Ă  chaque fois rĂ©inventĂ©s ? Le dĂ©cloisonnement des arts sur la scène contemporaine mĂ©rite d’être thĂ©orisĂ© Ă  partir d’un regard rĂ©trospectif sur les formes historiques. Nous aimerions plus particulièrement discuter des rapports entre théâtre et musique, théâtre et arts plastiques, mais toute proposition interdisciplinaire sera considĂ©rĂ©e.

 

 

Théâtre et Temps / Angela Konrad, Université d’Ottawa (akonrad@uOttawa.ca)

 

La table ronde « Théâtre et Temps Â» cherche Ă  Ă©clairer les modalitĂ©s d’une esthĂ©tique théâtrale Ă  partir de la catĂ©gorie du temps. Plus prĂ©cisĂ©ment, il s’agit de s’interroger comment le temps « agit Â» en tant que fonction poĂ©tique et pragmatique au niveau des Ă©critures théâtrales « postdramatiques Â» (dans le sens strict d’une « Ă©closion des potentialitĂ©s de la dĂ©sintĂ©gration Â», Lehmann), ainsi qu’au niveau  de la prĂ©sentation-reprĂ©sentation théâtrale.  Par ailleurs, l’interrogation sur le temps  comme catĂ©gorie esthĂ©tique de l’interartialitĂ© peut ouvrir des pistes de rĂ©flexions pour une analyse des processus de crĂ©ation du théâtre contemporain.

 

 

Les communications de 15 ou 20 minutes pourront porter sur des Ĺ“uvres quĂ©bĂ©coises ou Ă©trangères, contemporaines ou du rĂ©pertoire. Nous invitons les personnes intĂ©ressĂ©es Ă  envoyer un rĂ©sumĂ© de 350 mots Ă  Sophie Bastien (sophie.bastien@rmc.ca) d’ici le 1er mars 2011.




5. Appel à communications destiné aux étudiants de maîtrise et de doctorat

 

La participation des Ă©tudiants de maĂ®trise et de doctorat est vivement encouragĂ©e pour chacune des quatre tables que la SQET a mises sur pied. MĂŞme les Ă©tudiants dont le champ de recherche ne s’inscrit dans aucune des tables, pourront faire valoir leur rĂ©flexion au congrès de la SQET : en effet, ceux-lĂ  sont conviĂ©s Ă  prĂ©senter leurs travaux pendant la pĂ©riode du midi, alors qu’un buffet sera gracieusement servi – ce qui ne manquera pas de crĂ©er un climat convivial. Leur proposition de communication de 300 mots environ, accompagnĂ©e d’une note biographique, doit ĂŞtre envoyĂ©e par courriel Ă  Sophie Bastien (sophie.bastien@rmc.ca) d’ici le 1er mars 2011. La proposition devrait indiquer, s’il y a lieu, le besoin d’appareils audio-visuels.