référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2011-10/msg00010.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: Appel/ à propos desthéories de la non-représentation anne Vernet



Title: Re: Appel/ à propos des théories de la non-représentation
Bonjour,

Comme j’ignore tout des “théories de la non représentation” qui émergeraient dans les SHS, je serais très désireuse d’avoir là-dessus de plus amples renseignements (si des articles existent en français sur le sujet).

Pour ma part, en fouinant, je n’ai trouvé que cela:

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/lgge_0458-726x_1982_num_16_65_1116

!!!!

... qui me remet en mémoire la vieille règle des grammairiens médiévaux, qui excluait le “sujet” de la phrase au seul bénéfice du (V)erbe tout-potent, et posait ainsi en exemple, dans la phrase “Pierre voit le mur”, le verbe “voit” comme réel sujet de ladite phrase, le mot “mur” en constituant “l’appôt” et “Pierre”... le “suppôt”...

Voilà. Ici s’arrête mon érudition.

(toutefois, dans l’article en lien que je cite, le fait que l’auteur s’en nomme Monsieur Baratin tend à me rassurer sur la portée de cette théorie révolutionnaire de la “non représentation”).

Vive le théâtre,

Amitiés,

Anne




Le 05/10/11 22:59, « Erin Hurley, Prof. » <erin.hurley@mcgill.ca> a écrit :

> Appel de propositions de textes
>
> Theatres of Affect (essays), sous la direction d’Erin Hurley
>
> Recueil à paraître en 2014 dans la collection « New Essays in Canadian Theatre
> » (Directeur Ric Knowles) chez Playwrights Canada Press
>
> Depuis quelques années déjà, des chercheurs en études théâtrales se penchent
> sur les questions du sentiment, de l’émotion et d’affect. Jill Dolan, José
> Muñoz, Susan Leigh Foster, Nicholas Ridout, et Bruce McConachie, pour ne citer
> que ceux-là, ont suivi divers chemins méthodologiques empruntés aux domaines
> de la philosophie, de la psychologie, des neurosciences, de la théorie
> littéraire et de l’anthropologie. Leurs recherches ont donné lieu à des
> publications qui ont pour thèmes la puissance, la valeur et le potentiel
> affectifs du théâtre et de la performance. On pourrait qualifier cet intérêt
> pour l’affect au théâtre comme un renvoi à l’une des fonctions les plus
> fondamentales des arts de la scène qui est de faire naître des émotions chez
> le spectateur. Ce regain d’intérêt pourrait s’expliquer par des déplacements
> esthétiques dans les arts de la scène occidentaux depuis les années 80 (voir
> le théâtre post-dramatique, le théâtre des images, l’inter-artistique), et par
> l’appo!
>  rt des styles et des genres mondiaux – notamment ceux de l’Orient et des
> indigènes, à la performance contemporaine. Ce retour de l’affect dans le
> discours critique semble aussi propulsé par l’inquiétude croissante que
> suscitent d’un côté le rôle et l’utilité du théâtre (et plus largement le rôle
> de l’art) dans un système monde néolibéral, et d’un autre côté par l’émergence
> des théories de la non-représentation (nonrepresentational theory) dans les
> sciences humaines.
>
> Avec cet ouvrage, j’aimerais entamer une conversation sur l’affect et le
> théâtre au Canada pour tenter de voir si ce retour de l’affect est susceptible
> de transformer les études théâtrales au Canada, et, le cas échéant, pour
> découvrir où et comment cela se produirait. Nous pourrions nous demander par
> exemple quelles stratégies adopter pour tracer, repérer ou signaler les
> affects et leurs répercussions sur la performance. Ou encore comment l’affect
> théâtral participe à la construction ou à la déstabilisation des collectifs,
> des communautés et des nations au Canada. Un second objectif, plus conceptuel
> celui-là, serait d’explorer la façon dont le fait de penser les sentiments
> peut déboucher sur des champs d’enquêtes et des modes d’analyse et
> d’observation nouveaux au sein des études théâtrales canadiennes.
>
> Les participants pourraient envisager les questions suivantes:
> -               Par quels moyens le théâtre et la performance au Canada
> peuvent-ils produire, gérer et transmettre le sentiment, l’émotion et
> l’affect?
>
> -               Quels types de personnages, de formes théâtrales ou de salles
> de spectacles portent le poids du travail affectif ? Autrement dit, en quoi le
> fait d’être plus émotionnels ou de l’être différemment que ce que l’on
> considère comme la norme peut-il constituer une zone plus investie
> affectivement ?
>
> -               Quel rôle jouent (ou ont joué) le théâtre et la performance
> dans l’économie affective du Canada / du Québec/ des Premières Nations ?
>
> -               En quoi la charge affective d’une production permet-elle de
> prédire ce qui deviendra un “classique” canadien, ce qui restera au
> répertoire?
>
> -               Des études portant sur l’affect nous fournissent-elles un
> ensemble d’outils critiques qui nous aideraient à mieux aborder les formes du
> théâtre émergent et celles de la performance ? Dans quelle mesure l’affect
> peut-il clarifier la montée du théâtre post-dramatique au Canada, ou encore la
> renommée du Québec dans le théâtre de l’image ? En quoi cela peut-il nous
> renseigner sur le travail inter-artistique (M.-C. Lesage) ou sur une «
> esthétique de la divergence » (H. Guay)?
>
> -               Dans quelle mesure les différents courants de la théorie de
> l’affect pourraient-ils rejoindre la place que les Premières Nations accordent
> aux émotions dans la performance ?
>
> -               Est-il envisageable que les frontières géopolitiques du Canada
> (avec les É.-U., etc.) ou les frontières identitaires (Premières Nations,
> Québécois, Canada atlantique, etc.) soient des domaines investis
> affectivement? Quels types de performance retrouve-t-on autour de tels
> investissements affectifs?
>
> -               Est-il possible de dresser une carte géographique théâtrale
> canadienne qui repose sur un relevé émotif de la performance – autrement dit,
> sur une localisation précise des zones affectives plus ou moins “chaudes” ?
> Une telle cartographie donnerait-elle naissance à un récit alternatif de
> l’histoire du théâtre au Canada, à un régionalisme, ou autre?
>
> -               Les différences et les particularités régionales inhérentes au
> style théâtral doivent-elles être réévaluées à l’aune de l’affect? Si oui,
> peut-on les considérer plutôt comme autant de registres et d’éclairages
> affectifs?
>
> -               En quoi le fait de penser le sentiment peut-il nous aider à
> repenser la notion de présence et de virtuosité de l’acteur, celle de « voix »
> d’un auteur, ou encore celle de style d’une compagnie théâtrale?
>
>
> Je vous invite donc à soumettre des propositions de textes de 500 à 750 mots
> pour le 15 décembre 2011. Chaque essai publié dans Theatres of Affect (essays)
> sera d’environ 5,000 mots. NB: Les textes pourront être soumis dans les deux
> langues et ceux qui seront retenus seront traduits en anglais pour
> publication.
>
> Veuillez envoyer vos propositions à Erin Hurley, McGill University,
>
> par courriel:
>
> erin.hurley@mcgill.ca <mailto:erin.hurley@mcgill.ca>
>
> ou par la poste:
>
> Erin Hurley
> Department of English
> McGill University
> 853 Sherbrooke Street West
> Montreal, Qc H3A 2T6
>
>
> --
> Erin Hurley
> Associate Professor of Drama and Theatre
> McGill University
> www.mcgill.ca/english/staff/hurley
>
> http://www.utppublishing.com/National-Performance-Representing-Quebec-from-Exp
> o-67-to-Celine-Dion.html
> http://us.macmillan.com/theatreandfeeling
>
>
> -------------------------------------------------------------mascarene-+
> ______________________________________________________________________________> _
>
>
> Nous recommandons de ne pas diffuser de  courriels traînant toute
> une série de messages antérieurs. Pour connaître les interventions
> précédentes, voir: <http://www.er.uqam.ca/listes/arc/mascarene/>.
>
>>>> Pour être retiré de cette liste d'envois,
>
> écrire à:   listproc@uqam.ca
>
>     avec comme seule ligne de message:
>
> unsubscribe MASCARENE
>
>
> Note: la commande doit apparaître dans le corps du message,
>       NON PAS dans le Sujet.
> -------------------------------------------------------------mascarene--
>