référence : http://listes.cru.fr/arc/webiblio-l/2005-05/msg00001.html
     Chronologie       
     Conversation       

Quand un blogue devient bloc... Debbah, Karim



Pour votre information.

 

La Commission générale de terminologie et de néologie, l'organisme du gouvernement français qui suggère notamment des équivalences pour les termes anglais dans le domaine des technologies, propose le mot «bloc» pour traduire «blogue» ou «carnet Web».

 

À première vue, on pourrait croire que le mot «bloc» est une déformation du mot anglais blog, tel qu'il pourrait être prononcé par un individu dont les phonèmes de base de sa langue maternelle ne lui permettraient pas de reproduire le son «G», mais il s'agit en fait de la forme abrégée de «bloc-notes», l'autre expression pouvant désormais traduire, dans les textes officiels du gouvernement français, ce qu'on désigne communément par «blogue» au Québec.

L'histoire ne dit toutefois pas encore comment on peut désigner la personne qui tient un blogue sur le Web. Les Français auront-ils droit à un «bloqueur», comme le craint PCInpact? Les programmes permettant la mise à jour d'un blogue seront-ils baptisés «logiciels de blocage»?

Dans la catégorie «Vocabulaire de l'internet» du Journal officiel de la République française, édition du 20 mai 2005, la Commission générale de terminologie et de néologie a également accepté les mots suivants, qui sont couramment utilisés par la plupart des rédacteurs de la francophonie depuis plusieurs années: antivirus (ou logiciel antivirus), canular, logiciel malveillant, modérateur, cheval de Troie, virus et ver. Détails et définitions de ces néologismes dans cette page.

 

 

http://www.branchez-vous.com/actu/05-05/09-216503.html

 

 

 

M. Karim Debbah

Services informatisés des bibliothèques

Université du Québec à Montréal

Tél. (514) 987-3000 poste 6301#

Fax.(514) 987-0285

Courriel debbah.karim@uqam.ca