référence : http://listes.cru.fr/arc/webiblio-l/2005-09/msg00004.html
     Chronologie       
     Conversation       

Le vulgaire cabanon Gadoury, Lynda



Title: Le vulgaire cabanon

Bonjour tous et toutes,

Vous avez lu l'éditorial de François Cardinal dans La Presse dimanche sur le projet Îlot Voyageur? Si non, le voici.


Bonne lecture,


Lynda


<<Vulgaire cabanon.htm>>




Lynda Gadoury
Bibliothécaire
Direction du Service des bibliothèques
UQÀM
gadoury.lynda@uqam.ca
Téléphone: (514) 987-3000 poste 4311
Télécopieur: (514) 987-3542


Title: document

 


La Presse
Forum, dimanche 18 septembre 2005, p. A14

Éditoriaux

Un vulgaire cabanon

Cardinal, François

C'était trop beau pour être vrai. Après s'être dotée d'une magnifique bibliothèque de verre à la fois moderne, vibrante et unique, Montréal s'apprête à la reléguer littéralement dans l'ombre de ses voisines.

L'arrondissement Ville-Marie a donné le feu vert, il y a quelques jours, au plus récent projet de l'UQAM: la démolition de la station d'autobus de la rue Berri en vue de la construction d'un complexe monumental.

Problème de taille: il réduira la Grande Bibliothèque au rang de vulgaire cabanon... à moins que Québec fasse preuve d'un peu de courage.

Le projet appelé " Îlot Voyageur " consiste en l'édification d'un ensemble de bâtiments dans le quadrilatère compris entre les rues de Maisonneuve, Berri, Ontario et Saint-Hubert. On y retrouvera entre autres la faculté de science politique et de droit, son imposante bibliothèque, deux résidences pour étudiants, un immeuble à bureaux ainsi que la gare d'autobus (que l'on reconstruira dans la portion nord de l'îlot).

Il s'agit du plus gros projet immobilier entrepris par l'UQAM depuis la construction du campus central il y a une trentaine d'années.

Qu'à cela ne tienne, il est actuellement impossible de parler à quiconque oeuvre sur le projet. D'un côté on nous dit que tout n'est pas ficelé... et de l'autre, qu'une conférence de presse est en préparation.

On se serait attendu à plus de transparence de la part d'une université qui, malgré l'existence en son sein de la Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain, ne fait ni dans la dentelle, ni dans les règles de l'art lorsqu'il est question d'architecture.

L'édification en cours de l'horrible bâtiment " vert malade " au coin des rues Sherbrooke et Saint-Urbain illustre bien cette situation. Imaginez: le pavillon des sciences biologiques, que certains comparent à une botte d'épinards congelés, a été construit sans que l'UQAM ne demande au ministère de la Culture le permis nécessaire et, évidemment, obligatoire.

Ironiquement, l'Îlot voyageur est aussi compris dans une aire protégée, soit celle entourant le clocher de l'église intégrée au pavillon Judith-Jasmin de l'UQAM. L'université pourrait donc difficilement justifier une seconde bourde du genre, surtout qu'elle porterait atteinte, cette fois, à son propre parc immobilier!

Mais l'inquiétude n'est pas moins vive pour autant. Le projet de l'UQAM a une énorme verrue sur le nez: l'immeuble à bureaux fait exactement le double de la hauteur de la Grande Bibliothèque, soit 60 mètres! Les dessins de la firme AEdifica + TPL ne laissent aucun doute sur le fait que cet édifice écrasera de sa taille la bibliothèque, un bâtiment, faut-il le rappeler, construit à la faveur d'un concours d'architecture international!

Peu importe pour l'arrondissement, le projet semble trop important pour qu'on ose exiger des corrections. Les élus se font ainsi les complices du virage fast track de l'UQAM, le grand responsable de cette soudaine poussée d'horribles champignons.

La ministre de la Culture, Line Beauchamp, haussera-t-elle le ton? Peu de chances. Les autorités municipales sont favorables au projet et le clocher protégé est physiquement loin du projet, ce qui rend difficile tout argumentaire basé sur l'atteinte au patrimoine.

Malgré cela, elle aurait tout avantage à se prévaloir de son droit de refus. Pour faire oublier sa mollesse par rapport à l'UQAM, d'une part. Parce qu'elle est, dans ce dossier, le dernier garde-fou de la qualité de la trame urbaine, d'autre part. Mais aussi parce que la GBQ mérite mieux que l'indifférence de la ministre qui en est responsable.

Catégorie : Actualités
Sujet(s) uniforme(s) : Architecture et urbanisme
Taille : Moyen, 410 mots

© 2005 La Presse. Tous droits réservés.

Doc. : news·20050918·LA·0032





Ce matériel est protégé par les droits d'auteur.Tous droits réservés.
© 2001 CEDROM-SNi