référence : http://listes.cru.fr/arc/webiblio-l/2006-01/msg00033.html
     Chronologie       
     Conversation       

Les représentations du bibliothécaire Debbah, Karim



22 janvier 2006

Les représentations du bibliothécaire

Les bibliothécaires déplorent parfois la fausseté des représentations que l'on se fait de leur métier. Il faut pourtant distinguer différents niveaux dans ces représentations :

DANS LA CULTURE (MENTALITES ET ARTS)

Il s'agit là d'idéalisations ou de caricatures. Le bibliothécaire est utilisé comme un type psychologique, voire même comme une métonymie symbolisant la culture.



DANS LES RECITS HISTORIQUES

Les bibliothécaires sont avant tout reconnus pour leur rôle important de protection, copie et transmission des oeuvres, lorsque celles-ci avaient un nombre restreint d'exemplaires (et étaient donc peu accessibles). Les figures marquant des étapes de diffusion vers le grand public (Dewey, Ranganathan, Morel...) sont surtout connues par les bibliothécaires eux-même.



DANS LES DISCOURS PROFESSIONNELS

Les bibliothécaires doivent concilier leur rôle de conservation, de promotion-médiation, et d'évaluation-organisation.



IN SITU

Pour l'usager, au moment de son utilisation de la bibliothèque, ce sont d'abord les représentations pratiques qui vont entrer en jeu : les tâches effectuées par le bibliothécaire, son accessibilité, son efficacité, la nature des services rendus dans l'établissement. Ces représentations pratiques peuvent être inconsciemment reliées aux autre images (culturelles, historiques, professionnelles), ce qui peut entraîner des contradictions ou des surprises. (De type : "Comment, vous jetez des livres?")

Il ne faudrait pas considérer ces représentations pratiques uniquement comme un point de vue erroné, ou les confondre simplement avec un préjugé culturel.
Prenons par exemple ce message de la dernière promotion de conservateurs de bibliothèques :
"...nous espérons obtenir une plus grande visibilité de notre métier à l'extérieur de la filière des bibliothèques. Un métier qui, comme la coupe de cheveux de Georges Perec, peut encore paraître folklorique voire "poussiéreux" à de nombreuses personnes. Or aujourd'hui, les conservateurs s'appliquent à ce que les bibliothèques soient des centres d'innovation et de ressources, des laboratoires multimédia et multisupports, sans oublier leur vocation d'ouverture culturelle vers tous".
Les conservateurs s'appliquent à être ultramodernes... donc les usagers ont tort ne pas s'esbaudir devant leur magnifique profession et les services qu'elle leur rend. Pourtant, si les usagers ont une image indifférente de ce métier, c'est peut-être aussi que les grandes innovations (genre OPAC) sont généralement toujours moins efficaces que ce qu'on trouve dans le privé(genre les modes de recherches offerts) ou encores inadaptées au grand public (comme les bases de données).
A titre personnel je m'intéresse aux images qu'on se fait de notre profession. Mais concrètement, c'est l'image des services qu'il faut oeuvrer à améliorer, par leur développement et l'information qui est faite auprès des usagers. L'image des bibliothécaires ne s'améliorera jamais que par sucroît.

 

 

M. Karim Debbah

Services informatisés des bibliothèques

Université du Québec à Montréal

Tél. (514) 987-3000 poste 6301#

Fax.(514) 987-0285

Courriel debbah.karim@uqam.ca

 

image001.gif

GIF image

image002.jpg

JPEG image

image003.jpg

JPEG image

image004.jpg

JPEG image

image005.jpg

JPEG image

image006.jpg

JPEG image

image007.gif

GIF image

image008.gif

GIF image

image009.jpg

JPEG image

image010.jpg

JPEG image

image011.jpg

JPEG image

image012.jpg

JPEG image

image013.jpg

JPEG image