référence : http://listes.cru.fr/arc/webiblio-l/2007-05/msg00011.html
     Chronologie       
     Conversation       

=?utf-8?B?UkU6IEJyb3VpbGxlciBsZXMgdMOpbMOpcGhvbmVzIG1vYg==?==?utf-8?B?aWxlcyBkYW5zIGxhIGJpYmxpb3Row6hxdWUsIGludGVy?==?utf-8?B?ZGl0IG91IHBhcz8=?= =?utf-8?B?QsOpZGFyZCwgR2lsYmVydA==?=



Encore faut-il que le brouillage soit sélectif, car on a un réseau internet sans fil  en opération.

 

Gilbert

 

De : owner-webiblio-l@uqam.ca [mailto:owner-webiblio-l@uqam.ca] De la part de Debbah, Karim
EnvoyĂ© : 9 mai, 2007 10:17
Ă€ : WEBIBLIO
Objet : Brouiller les tĂ©lĂ©phones mobiles dans la bibliothèque, interdit ou pas?

 

Brouiller les téléphones mobiles dans la bibliothèque, interdit ou pas?

Par bibliobsession, mercredi 9 mai 2007 Ă  00:00 :


Vous en avez marre de faire à chasse aux sonneries de mobiles dans les bibliothèques? de demander de sortir aux récalcitrants? De vous faire allumer par ceux qui ne comprennent pas la règle? (ou alors vous vous en fichez, vous faites la même chose, mais en interne? ;-)

Hé ben va peut-être falloir le supporter! En l'état actuel du droit, il semble illégal d'implanter un brouilleur pour rendre inopérants les mobiles dans une bibliothèque! Le plus frustrant c'est que c'est possible ailleurs, mais que la loi n'inclut pas explicitement les bibliothèques.

Selon les articles de loi très justement cités en décembre 2006 par le Guichet du Savoir (qui sait tout et se trompe jamais c'est bien connu, comme une sorte de dieu moderne de l'information...moi je dis Amen.). En fait c'est autorisé de brouiller les ondes mais seulement:

Dans les salles de spectacle [ainsi que] dans l'enceinte des établissements pénitentiaires, tant pour l'émission que pour la réception

La loi est très claire sur le fait que tout autre lieu n'est pas autorisé à installer de tels dispositifs : le contrevenant s'expose à six mois d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende ! Bon la question est donc : une salle de spectacle c'est quoi pour le législateur? hé ben la loi le défini :

Les salles de spectacles sont tout lieu dont l'aménagement spécifique est destiné à permettre la représentation ou la diffusion au public d'une oeuvre de l'esprit.

Il faut donc sûrement comprendre aussi les salles de cinéma, de théâtre et de concerts, mais quid des bibliothèques? Hé ben c'est pas marqué, mais si on considère que la bibliothèque diffuse non pas une mais des oeuvres de l'esprit, ça semble possible non? (je pose vraiment la question, la loi n'est pas claire, comme souvent pour les bibliothèques, personne ne nous prend jamais en compteuuuuu!) (c'est la complainte du bibliobsédé)

L'équipement des espaces autorisés à brouiller est sous la responsabilité des exploitants, la loi ne faisant qu'autoriser le dispositif. Précisons que ces appareils mettent en oeuvre un filtrage intelligent et laissent passer les ondes portant des appels d'urgence. A titre d'information, un brouilleur, ça coûte 429,36€ TTC et les fabricants ne s'embarrassent pas des subtilités d'interprétation de la loi lorsqu'on lit dans la promo de ce revendeur :

Convient à tout lieux ou l’usage du portable est déconseillé ou interdit tels que hôpitaux, centres médicaux, théâtres, cinémas, musées, galerie d’art, bibliothèque, établissements scolaires, salles de conférences, bureaux etc...stoppant l’utilisation du téléphone dans les 3 minutes qui suivent la détection. Portée efficace : un rayon de 5 à 15 mètres suivant le type et la localisation du système cellulaire.

On le voit les "oeuvres de l'esprit" nous entourent! D'ailleurs, la loi n'est mise de côté par les seuls fabricants mais aussi par les responsables politiques eux-mêmes! Dans cet article daté du 23 Janvier 2007 figure l'information suivante, proprement hallucinante au regard de la loi :

Il n'est plus possible d'utiliser son tĂ©lĂ©phone mobile dans la salle de rĂ©union du bureau national du parti socialiste, situĂ© rue de Solferino dans le 7e arrondissement de Paris. Après la publication de certaines "fuites" par le Monde, un système de brouillage qui empĂŞche l'usage des mobiles y a Ă©tĂ© installĂ©.

ça laisse songeur...d'autant que si l'on considère une portée maximum de 15m et qu'on a mettons 1500m2 à brouiller, je vous laisse faire le calcul mais l'investissement est non négligeable.

Alors interdit ou pas de brouiller les bibliothèques? Ben en réalité j'en sais rien! Il faut continuer les recherches, je l'ai fait en écrivant un mail à l'Autorité de régulation des télécommunications. Pas encore de réponse, mais je vous tiendrai au courant des suites...(mais peut-être en savez vous plus, vous?)

Bon ok on peut aussi se dire qu'il faut inciter les gens à respecter leurs semblables et que c'est même notre rôle de faire en sorte que chacun utilise l'espace public en bonne intelligence...Et puis ce qui est gênant au fond c'est pas les conversations au téléphone en soi (c'est pas interdit de parler à la bibliothèque, c'est interdit d'HURLER dans son téléphone, vous pouvez comprendre ça bande d'usagers?) ce qui est gênant c'est plus les sonneries, toutes polyphoniques qu'elles soient...

Bilan : Parler-pas-fort + vibreur = le-bibliothécaire-est-mon-ami-et-tout-le-monde-est-content!

 

 

Karim Debbah
Technologies de l'information
Service des bibliothèques
UniversitĂ© du QuĂ©bec Ă  MontrĂ©al
TĂ©l. (514) 987-3000 poste 6301#
Fax.(514) 987-0285
Courriel: debbah.karim@uqam.ca

 

 

image001.gif

GIF image

image002.jpg

JPEG image

image003.gif

GIF image