référence : http://listes.cru.fr/arc/webiblio-l/2008-09/msg00001.html
     Chronologie       
     Conversation       

Pourquoi ne pas proposer Firefox sur les postes publics des bibliothèques ? Debbah, Karim



sept 11

Pourquoi ne pas proposer Firefox sur les postes publics des bibliothèques ?

Par Bibliothèques et cie

http://www.bibliobsession.net/wp-content/uploads/2008/09/500px-mozilla_firefoxsvg-300x291.pngLa très grande majorité des bibliothèques publiques françaises propose à ceux qui fréquentent ces lieux un accès à Internet. C’est même pour une très grande majorité des publics une des raisons principales de venir à la bibliothèque. Une récente étude, publiée par le Monde et commentée par Sophie montre que :

“… Plus de la moitié des Américains disent s’être rendus dans une bibliothèque l’an dernier, la plupart pour l’accès internet qu’elles proposent plus que pour les livres”

S’il existe une grande diversité de manière de les proposer ces accès (je parle d’accès physiques, pas de Wifi hein), on note une constante : la présence de navigateurs sécurisés fournis par des prestataires, souvent les mêmes qui proposent le système d’information de la bibliothèque. Dans nombre d’établissements, ces accès sont proposés à tout un chacun sans adhésion, sauf peut-être dans les BU où, sans le sésame du CRI, DSI ou assimilé (le service informatique quoi), on n’entre pas, ou alors au terme d’un parcours du combattant parfois hallucinant ! Ce dernier point pose d’ailleurs la question suivante, là encore très différemment prise en compte d’une BU à l’autre : Les Bibliothèques Universitaires sont-elles des lieux exclusivement réservés à la communauté étudiante, à l’heure de l’apprentissage tout au long de la vie ? (qu’on ne me rétorque pas une concurrence fantasmatique entre établissements de lecture publique et établissements universitaires). Mais c’est là un autre débat…

Revenons à notre navigateur : sous le terme sécurisé, se cache en fait un certain nombre de limitations de l’usage, destiné à empêcher tout paramétrage du navigateur par les usagers (usage des raccourcis claviers sensibles, accès aux options de configuration, etc.). Logique et nécessaire quand on connaît le nombre de personnes qui se connectent chaque jour.

En revanche, on aborde jamais l’outil navigateur sous un autre angle : celui de la mise en valeur des services et des accès à la bibliothèque. Concrètement : lorsque je suis sur une page web sur laquelle se trouve un ISBN, celui-ci est reconnu et un lien apparaît pour m’indiquer si le livre correspondant est disponible ou non dans la bibliothèque où je me trouve (bon vous emballez pas c’est loin d’être possible sur tous les SIGB, malheureusement) c’est possible grâce des scripts Greasemonkey qui permettent de disséminer les accès aux ressources documentaires que l’on propose DANS la bibliothèque. Relativement complexes à expliquer à distance (quoique, avec un bon tutoriel, pour des publics motivés…), si ces fonctions sont pré-installées sur des postes informatiques publics, il est alors possible d’une part d’en tester la pertinence et d’autre par d’en assurer la promotion, au moins auprès des publics locaux !

Le problème, c’est que, bien sûr, ces navigateurs sécurisés fournis par les prestataires sont propriétaires et que leur paramétrage est le plus souvent très limité. Or les outils de de dissémination des accès sont en grande majorité développés sous Firefox…(notamment Greasemonkey, un des plus riches et des plus fascinants). Alors comment utiliser Firefox pour les postes publics, dans nos bibliothèques ?

La réponse est dans ce billet en anglais : Using Firefox On Our Public Computers qui liste les extensions firefox à installer pour à la fois sécuriser les accès et favoriser les ressources de la médiathèque. Voici la liste (en gras l’extension permettant d’assurer la sécurité).

Il reste pourtant nécessaire d’utiliser des outils de gestion de parc informatique à partir d’un certain nombre de postes. Rappelons enfin que Firefox est un outil open source, dont l’efficacité n’est plus à prouver et qui repose sur une communauté qui en fait un outil extrêmement souple, tout ça gratuitement….

On pourrait même aller plus loin, en proposant à l’avenir un véritable bureau virtuel ouvrant toute la palette des usages du web. A l’heure où de plus en plus d’applications passent par le navigateur, n’est-il pas temps de nous réapproprier ces outils pour proposer une expérience utilisateur liée à nos missions ?

 

 

 

Karim Debbah
Technologies de l'information
Service des bibliothèques
Université du Québec à Montréal
Tél. (514) 987-3000 poste 6301#
Fax.(514) 987-0285
Courriel: debbah.karim@uqam.ca

P Avant d'imprimer, pensez à l'environnement

 

image001.gif

GIF image

image002.png

image003.png