référence : http://listes.cru.fr/arc/webiblio-l/2008-09/msg00004.html
     Chronologie       
     Conversation       

RE: Demain, des compétences en ergonomie éditoriale dans les bibliothèques ? Perreault, Danielle



Merci Karim! Ce texte est très intéressant!  Mais ce n’est pas pour demain : on devrait déjà y être depuis très longtemps!

 

En fait, de gros efforts ont été déployés en ce sens ici depuis quelques années. Qu’on pense au travail de Lucie Verreault et Catherine Passerieux à ce chapitre… poursuivi par le Comité du Web … Un bon service à la clientèle, c’est aussi cela!

 

Bonne journée!

 

Danielle Perreault

Bibliothécaire de référence

Bibliothèque des sciences de l'éducation

Université du Québec à Montréal

Tél.: (514) 987-3000 poste 3886

Courriel: perreault.danielle@uqam.ca

http://www.uqam.ca/cartons/pensez_environnement.gif

De : owner-webiblio-l@uqam.ca [mailto:owner-webiblio-l@uqam.ca] De la part de Debbah, Karim
Envoyé : 17 septembre, 2008 10:25
À : WEBIBLIO
Objet : Demain, des compétences en ergonomie éditoriale dans les bibliothèques ?

 

sept 16

Demain, des compétences en ergonomie éditoriale dans les bibliothèques ?

Bibliothèques et cie Add comments

http://www.bibliobsession.net/wp-content/uploads/2008/09/egssgg1-300x257.pngJ’évoque souvent ici le nécessaire travail de “médiation numérique“. Cela suppose, outre la maîtrise d’outils types blogs et consorts, un projet, une démarche éditoriale et bien sûr un contenu. Celui-ci doit être adapté à la forme sous laquelle il est diffusé. En effet, bien loin d’une simple transposition du média écrit le numérique, les textes que nous écrivons doivent être eux-mêmes formatés pour une lecture sur écran. De plus, un site web a ceci de particulier que les mots qu’il contient sont des méta-données qui vont en assurer la trouvabilité au moyen d’un référencement efficace. On peut alors parler de webwriting :

Le webwriting couvre tout ce qui touche à l’écriture pour le Web. Le Web est un média en tant que tel, qui a ses propriétés et donc ses règles. Une stratégie éditoriale en ligne a donc des particularités : elle tient compte de facteurs tels que l’eye-tracking, le référencement, l’ergonomie, la navigation incitative, l’accessibilité, etc.

Si la dimension de l’accessibilité est de mieux en mieux prise en compte sur les sites de bibliothèques qui développent des services pour les publics mal et non-voyants, il faut souligner que nous n’en sommes vraiment qu’au début de la prise en compte des autres dimensions évoquées dans la définition ci-dessus. Les bibliothèques sont des institutions… et communiquent comme telles : mal ! Rassurons-nous, c’est le cas de beaucoup d’autres organismes. Ces problématiques sont à ce point importantes aujourd’hui qu’émerge un nouveau métier : celui d’ergonome éditorial. Vous en saurez plus en lisant l’interview d’Eve Demange, auteur du blog Plume Interactive, parue sur Presse-citron il y a quelques jours :

Je suis spécialiste en ergonomie éditoriale. C’est-à-dire que je réponds à la question : “Est-ce que le contenu de votre site, les terminologies, les articles, l’aide, les conseils, etc. permettent à vos internautes de trouver ce qu’ils sont venus chercher ?”

Précisant pourquoi elle emploie “ergonomie” plutôt que rédaction, elle précise dans ce billet de son blog :

L’ergonomie améliore l’utilisation des sites Internet en repensant un certain nombre d’éléments comme la structure de l’information, l’enchainement des pages, le design. L’ergonomie éditoriale s’assure que les termes utilisés pour guider la navigation sont suffisamment clairs, suffisamment courts, qu’ils permettent aux visiteurs de trouver leur chemin facilement. Il ne s’agit pas de rédiger ou réécrire un texte en l’adaptant à la lecture web (même si cela améliore aussi l’ergonomie éditoriale), il s’agit de peser les mots. C’est un travail différent, spécifique au média web. Un bon rédacteur web peut faire ce travail, mais également un designer d’expérience ou un ergonome sensible à l’éditorial.

Sans se réduire à des règles (ce serait trop simple), l’ergonomie éditoriale n’est pas avare de “bonnes pratiques” voici quelques conseils issus de ce billet :

En 1997, Jakob Nielsen faisait déjà le constat que les internautes ne lisent pas les textes sur un site mais scannent l’information à la recherche de ce qui les intéresse. Il avait alors mesuré l’impact d’une bonne rédaction web sur l’utilisabilité du site. Les résultats, étonnants, montrent une amélioration de la lecture de 124% en combinant 3 règles !

Les voici, pour rappel :

1- Écrivez concis, réduisez le volume de texte.

2- Utilisez une mise en forme “scannable” : présentez les informations en mettant des puces et des numéros pour les énumérations par exemple, ajoutez des titres en gras.

3- Employez un vocabulaire simple et concret : des mots plutôt neutres et précis. Évitez le discours commercial, les tournures ampoulées.

Personnellement, lorsque j’écris dans ce blog, j’illustre toujours mes articles, je ne justifie jamais, je le l‘aligne le texte à gauche, j’utilise une police très lisible (Verdana), je fais plein de paragraphes et je surligne les passages important en gras pour faciliter une lecture rapide. Et vous vous avez d’autres techniques ?

Si ces questions vous intéressent et que vous voulez vous y initier, je vous conseille Ergonomie Web, très bon livre récent sur le sujet (à acheter au moins pour le fonds professionnel de votre bibliothèque…). Sinon, vous pouvez aussi consulter cette carte heuristique construite à l’occasion d’un stage CNFPT proposé à Lille : “Écrire pour le web” animé par l’auteur du Blog la collectivité numérique.

http://www.bibliobsession.net/wp-content/uploads/2008/09/couv_book.gif

Pour les anglophones, je vous recommande aussi ce site expérimental qui vise à nous faire prendre conscience de notre conditionnement au clic de souris, au moyen d’une interface entièrement conçue SANS clics!

http://www.bibliobsession.net/wp-content/uploads/2008/09/transparent-pixel_v45690322_.gif

Ce billet, vous a plu? Suivez mon blog avec mon fil RSS!

Tags:Eléments de médiation numérique

Si ce billet vous a intéressé, je vous conseille aussi :

written by bibliobsession \\ tags: Eléments de médiation numérique

 

 

Karim Debbah
Technologies de l'information
Service des bibliothèques
Université du Québec à Montréal
Tél. (514) 987-3000 poste 6301#
Fax.(514) 987-0285
Courriel: debbah.karim@uqam.ca

P Avant d'imprimer, pensez à l'environnement

 

image006.gif

GIF image

image007.gif

GIF image

image008.png

image009.png

image010.gif

GIF image

image011.gif

GIF image