référence : http://listes.cru.fr/arc/webiblio-l/2008-09/msg00006.html
     Chronologie         
     Conversation         

LIBQUAL : réflexions Perreault, Danielle



La question de Danielle M. est très judicieuse, la réponse de Christian Q. très révélatrice… et apeurante. Dire qu’on travaille dans un tel milieu! Mais il n’y a pas que la propreté à questionner. Je pense à notre imprimante qui ne fonctionne pas depuis des mois et que même les techniciens de la compagnie n’arrivent pas à réparer, les pièces pour le faire n’étant plus disponibles sur le marché, l’appareil étant trop vieux. Je pense aussi aux nombreux problèmes que connaissent nos usagers à l’installation de EndNote, aux questions qu’ils nous posent et auxquelles on ne sait répondre (je pense ici à l’incompatibilité de EndNote X1 avec la version 2008 de Office…).

 

 La question que je me pose : nos ambitions dépassent-elles nos moyens? Ne vaudrait-il pas mieux ne pas offrir certains services plutôt que de les offrir mal, faute de ressources et de personnel?

 

D’autre part, je trouve un peu démoralisant le portrait peu reluisant qu’ont nos étudiants de nous et de nos services. J’aurais bien aimé pouvoir comparer la perception des employés à celle des usagers. Sommes-nous conscients de la situation? Notre perception est-elle conforme à la leur?  Plus pessimiste? Optimiste? Trop optimiste? Ce serait intéressant de le savoir… Comme il aurait été intéressant de connaître les forces et les faiblesses de chaque bibliothèque, pas pour nous comparer, mais pour cibler mieux ce qui peut être fait dans notre milieu propre pour augmenter la qualité de nos services. À trop vouloir généraliser, plus personne ne se sent vraiment concerné…

 

Autre chose : Les attentes des étudiants sont-elles vraiment réalistes? Ne faudrait-il pas afficher plus clairement nos limites, histoire de ne pas créer d’attentes impossibles à combler? Et s’il s’avère que notre clientèle est plus exigeante que celle d’ailleurs, n’est-ce pas parce qu’ils sont habitués à de meilleurs services? La dégradation provoquée par la situation financière douteuse de l’UQAM joue sûrement contre nous… D’où l’urgence de leur faire comprendre qu’il leur faut en tenir compte aussi…

 

Pour ce qui est de la formation, j’aimerais savoir quelle solution adopter. Ici, à l’Éducation, Danielle et moi allons donner, chacune, au moins 22 formations en septembre et octobre. Pouvons-nous faire plus? À moins de nous cloner, impossible d’en donner davantage. Alors, proposer des activités toutes faites que les profs peuvent s’approprier? Ça ne marche pas fort, parce qu’ils n’ont pas le temps de le faire. Encore une fois, la solution viable serait que la direction de l’Université décide de créditer la formation à la recherche documentaire dans le cursus de chaque étudiant. Mais on est loin de cela, évidemment…

 

Voilà quelques réflexions qui m’ont été inspirée de la présentation d’hier. Où placer nos énergies? Telle est la question à laquelle il nous faudra répondre…

 

 

Danielle Perreault

Bibliothécaire de référence

Bibliothèque des sciences de l'éducation

Université du Québec à Montréal

Tél.: (514) 987-3000 poste 3886

Courriel: perreault.danielle@uqam.ca

http://www.uqam.ca/cartons/pensez_environnement.gif

De : Quirion, Christian
Envoyé : 25 septembre, 2008 11:31
À : Goulet, Sylvie; Malette, Danielle; Service des bibliothèques
Objet : RE: Une question d'une étudiante / Qui a la réponse?

 

Nos claviers : moins hygiéniques que nos toilettes...

 

Selon une étude britannique récente, commandée par le magazine Which? Computing, les claviers des ordinateurs renferment souvent plus de microbes et bactéries que des toilettes. Pour les besoins de l'enquête, un biologiste a examiné 33 claviers d'ordinateur dans une entreprise londonienne, ainsi que le siège des toilettes et la poignée de portes des salles de bains de l’endroit. Parmi les claviers analysés, qui étaient, notez le bien, utilisés seulement par le personnel et non par le public en général, quatre s’avéraient  dangereux pour la santé. Le scientifique qui a dirigé l'étude a même recommandé de ne plus utiliser l'un des claviers avant de l'avoir nettoyé, car sa teneur en bactéries était 150 fois supérieure à la limite maximum.

 

http://joeleonhart.wordpress.com/2008/06/06/which-u-think-has-more-germs-keyboard-or-toilet-seat/

 

 

De : Goulet, Sylvie
Envoyé : 25 septembre 2008 11:01
À : Malette, Danielle; Service des bibliothèques
Objet : RE: Une question d'une étudiante / Qui a la réponse?

 

Bonjour Danielle et cie,

 

Hier moi et Marie-Denise avons justement fait la remarque que nos ordinateurs étaient «dégueulasses». En ce qui concerne la bibliothèque des sciences, je crois bien que la fréquence maximale de nettoyage que j’ai pu observer a été d’une fois l’an! Quand on pense que dans nos domiciles respectifs on retrouve une bonne quantité de poussière si on a le malheur de sauter une seule semaine d’époussetage, alors que dire de nos grands espaces ouverts fréquentés par un grand nombre de personnes…. avec les microbes qui les accompagnent. À la bibliothèque des sciences, on a effectivement déjà eu le même commentaire de la part de certains de nos usagers, concernant la propreté douteuse de notre équipement, principalement les claviers!

 

Bonne journée!

 

Sylvie

 

De : Malette, Danielle
Envoyé : 25 septembre 2008 10:26
À : Service des bibliothèques
Objet : Une question d'une étudiante / Qui a la réponse?

 

Bonjour,

 

Ce matin à l’ouverture, une étudiante vient me voir au comptoir d’information  et me demande gentiment mais très franchement à quelle fréquence les ordinateurs de la bibliothèque sont-ils nettoyés? Est-ce que tous les soirs les claviers et les écrans sont nettoyés?

 

Il y a tellement de poussière sur les écrans et les claviers sont tellement…vous savez tous ces microbes, la grippe…enfin je me lave souvent les mains me dit-elle…Que pouvais-je lui répondre….??? Je n’avais pas la réponse…je me suis demandé quand la dernière fois j’avais vu faire un vrai  nettoyage des ordi…?  Combien de fois par année???... par année???!!! (ai-je songé tout bas). En fait, prise de cours (la figure probablement mi-figue mi-raisin…hélas, pas nécessairement souriante comme il serait de mise…plutôt soucieuse…je cherchais la réponse et…je ne voulais pas perdre la face… enfin…), je lui ai dit franchement que je ne savais pas à quelle fréquence, ce nettoyage est fait. Comme on dit en langage populaire, … on niaise quand on essaie de répondre à cela.

 

Quelqu’un a-t-il la réponse??? J’aimerais la connaître. Au moins, la prochaine fois…Si vous avez assisté comme moi hier à la présentation des résultats de l’enquête LibQual, et que vous entretenez encore quelque scepticisme face au jugement posé sur nos bibliothèques, sachez que la malpropreté des lieux était soulignée dans cette enquête. Mais quand une personne vient vous poser directement la question ça remet les pendules à l’heure et ça frappe encore plus fort qu’une statistique en forme de pointe de tarte dans un powerpoint.  

 

Et pour ceux qui n’était pas à la présentation LibQual hier, allez dans l’Intranet , dans le calendrier vous trouverez  un lien vers le diaporama sur l’enquête LibQual. Dommage, nous n’étions pas très nombreux hier…pour la présentation des résultats. Merci à Mohammed et Anne qui ont su décortiqué ces résultats. Lors de l’échange hier, une question a été posée concernant l’engagement ou les actions posées ou projetées dans le plan de travail des bibliothèques face aux résultats de l’enquête?  Le plan de travail a bien mis en lumière le virage vers la documentation électronique, autre faiblesse soulignée par notre clientèle.  Mais cette simple petite question de ce matin me fait réfléchir et m’amène à penser que la promotion de nos bibliothèques passe peut-être aussi par des gestes ou des préoccupations plus élémentaires qu’on ne le croit, comme des lieux et des ordinateurs propres, des tapis qui ont du bon sens, pas troués, pas rafistolés à l’infini…

 

Bonne journée!

 

Danielle

 

 

Danielle Malette

Bibliothécaire

Bibliothèque des sciences de l'éducation

UQÀM

Tél.: 514. 987.3000 poste 3301

Télécopieur: 514. 987-4636

http://www.uqam.ca/cartons/pensez_environnement.gif

 

De : Perron, Nicole
Envoyé : 24 septembre 2008 12:00
À : Perreault, Danielle; Service des bibliothèques
Objet : RE: Versement dans BADADUQ de 8 108 notices -Canadian Electronic Library

 

Formidable!

La Canadian Electronic Library (ebrary) comprend, entre autres,  les ouvrages des Presses de l’université du Québec (590 titres).

Pour que les étudiants puissent consulter ces ouvrages en bibliothèque, je crois qu’il faudrait que l’application «Ebrary Reader» soit installée sur l’ensemble des  postes de travail des bibliothèques. Il n’y a aucun problème pour nos ordis personnels mais j’ai  essayé sur les postes de travail des étudiants et, probablement pour des raisons de sécurité,  l’application n’a pu être installée.

Il faudrait faire la promotion de cette nouvelle ressource  auprès de nos utilisateurs.

 

Bonne journée,

 

Nicole Perron

 

 

De : Perreault, Danielle
Envoyé : 23 septembre 2008 12:03
À : Service des bibliothèques
Objet : RE: Versement dans BADADUQ de 8 108 notices -Canadian Electronic Library

 

Bonjour!

 

J’ai exploré la collection Canadian Electronic Library qu’on vient de verser au catalogue.  Super! L’installation du lecteur est facile et rapide. L’outil est très intéressant. C’est sûrement un plus pour nos usagers, surtout parce qu’on peut quand même repérer des titres en français…

 

En attendant que toutes les notices soient traitées par les Services techniques,  il faut penser à faire la recherche par sujets avec des termes ou expressions anglaises et/ou françaises, étant donné, à ce que je comprends, que la recherche se fait dans la zone Autres sujets. On y trouve de tout, mots-clés et vedettes-matières, en français comme en anglais, selon l’indexation originale des documents. Je partage donc ce truc avec vous, afin que vous puissiez guider les étudiants dans l’utilisation de cette collection.

 

Bonne journée!

 

Danielle Perreault

Bibliothécaire de référence

Bibliothèque des sciences de l'éducation

Université du Québec à Montréal

Tél.: (514) 987-3000 poste 3886

Courriel: perreault.danielle@uqam.ca

http://www.uqam.ca/cartons/pensez_environnement.gif

De : Boisvert, Claire
Envoyé : 22 septembre, 2008 14:26
À : Service des bibliothèques
Objet : Versement dans BADADUQ de 8 108 notices -Canadian Electronic Library

 

Bonjour à tous et toutes.

 

Dans le cadre de l'entente RCDR - CRKN, le Service des bibliothèques de l'UQAM donne désormais accès à 8 108 livres électroniques en texte intégral qui font partie de la collection Canadian Electronic Library et dont les notices bibliographiques ont été versées en lot dans le catalogue.  Cette collection regroupe les titres de plus d'une cinquantaine d'éditeurs canadiens parmi lesquels on trouve les Presses de l'Université du Québec.

 

Pour consulter la liste des titres associés à cette importante collection dans le catalogue, il vous suffit d’inscrire dans le critère de recherche TITRE l'expression Canadian Electronic Library.

 

La première fois que vous accéderez à un titre de cette collection, vous devrez télécharger l'application ebrary Reader qui vous permettra d'utiliser les nombreuses fonctionnalités de cette plateforme.

 

Malgré la présence de ces notices dans le catalogue, les Services techniques auront dans les prochains mois à finaliser la description bibliographique, valider les formes d’autorités, inscrire les liens URL dans la base de transit et inscrire les descripteurs RASUQAM.  C'est pourquoi vous verrez la note NOTICE EN COURS DE TRAITEMENT dans la notice bibliographique pour signaler que cette notice n'est pas encore finalisée.  La présence de cette note n'empêche toutefois pas les usagers d'accéder au contenu des livres électroniques et d'effectuer une recherche par titre et/ou auteur.

 

L'entente RCDR - CRKN donnera accès également à près de 20 000 titres de livres électroniques en texte intégral de Taylor & Francis, Cambridge University Press et Oxford University Press. Ces titres seront disponibles bientôt dans le catalogue BADADUQ et nous vous aviserons dès que le versement sera effectué.

 

Par ailleurs, l'entente RCDR – CRKN permet l’accès à d’autres collections qui sont maintenant disponibles dans le catalogue. Une notice bibliographique générale a été faite pour chacune de ces collections:

 

ADAM MATTHEW DIGITAL

Defining Gender, 1450-1910     (notice bibliographique no 25187150)

Eighteenth Century Journals I and II     (no 25187042)

China: Trade, Politics, and Culture, 1793-1980     (no 25187067)

Empire Online     (no 25187125)

Mass Observation Online      (no 25187166)

Medieval Travel Writing      (no 25187180)

Slavery, Abolition and Social Justice, 1490-2007      (no 25187192)

 

ASSOCIATION OF LEARNED AND PROFESSIONAL SOCIETY PUBLISHERS

SwetsWise     (no 25203821)

 

INTELEX PAST MASTERS     (no 25202766)

 

ALEXANDER STREET PRESS

Music Online     (no 25200197)

Theatre in Video      (no 25202796)

 

PROQUEST

Periodicals Archive Online     (no 25186852)

   

 À tous, bonne lecture et heureuses découvertes.

 

 

Claire Boisvert

Directrice des Services techniques

Service des bibliothèques

Université du Québec à Montréal

Téléphone:  (514) 987-8351

Télécopieur:  (514) 987-0285

boisvert.claire@uqam.ca

 

et

 

Robert BILODEAU,  bibliothécaire

Responsable du service du catalogage

Services techniques -- Service des bibliothèques

Université du Québec à Montréal

Téléphone: (514) 987-3000, poste 3516

Télécopieur: (514) 987-0285

 bilodeau.robert@uqam.ca

       

 

 

 

image001.gif

GIF image