référence : http://listes.cru.fr/arc/webiblio-l/2011-09/msg00000.html
       Chronologie         
       Conversation         

Permis de lire Debbah, Karim



Permis de lire

Marlened Mer 27 Jui 2011 à 04:03

http://farm2.static.flickr.com/1032/914441359_f509440169_m.jpg

A la base, le problème est que prêter des e-books, c’est absurde. Un e-book est juste un fichier électronique. Il n’a pas besoin d’être prêté ou emprunté – il peut juste être copié, à l’identique, sans aucun dommage pour l’original. Le sale petit secret des éditeurs, c’est que les e-books les terrifient.
Les e-books sont attractifs pour les bibliothèques parce qu’ils ne se déchirent pas, ne peuvent pas tomber dans la baignoire ou être dévorés par le chien. Ils ne nécessitent pas de venir à la bibliothèque physiquement pour être empruntés, n’ont pas besoin d’être enregistrés à la main, ni d’être rangés sur une étagère, et ils peuvent être consultés simultanément par plusieurs personnes. Malheureusement, les éditeurs ont concentré une grand part de leur créativité sur la recherche de moyens pour s’assurer que la plupart de ces avantages soient inutilisables, et que le prêt de e-books défie les lois de la physique et de la nature.

The trouble with eBooks: publishers defying the laws of physics sur It’s not about the books.

Sont cités, comme exemples de l’imagination des éditeurs dans le domaine :
- la limitation du nombre de prêts autorisés (politique d’HarperCollins restreignant la circulation des e-books à 26 prêts)
- la limitation de la consultation dans les locaux de la bibliothèque (position de l’association des éditeurs britanniques)
- l’application du cycle de diffusion des livres physiques  aux e-books

Conséquences : piratage massif, faute d’une offre légale suffisamment attractive (ça ne vous rappelle rien ?). Mais aussi possibilité pour les auteurs de sortir d’un système qui tente de protéger ses acquis par des moyens juridico-techniques (délais de sortie différente selon les pays, DRM…) au lieu de chercher à se renouveler. L’auteur n’est pas tendre avec les éditeurs, qui, selon lui,  ne font pas leur travail de sélection correctement puisque l’édition reste envahie d‘antibooks.

[photo : ToastyKen]

 

 

Karim Debbah
Technologies de l'information
Service des bibliothèques
Université du Québec à Montréal
Tél. (514) 987-3000 poste 6301#
Fax.(514) 987-0285
Courriel: debbah.karim@uqam.ca

P Avant d'imprimer, pensez à l'environnement

 

image001.jpg

JPEG image