Absence du droit sur l’alibi en Europe ou Silence obligatoire des moutons européens de masses sans voix

Европейский парламент

Absence du droit sur l’alibi en Europe ou Silence obligatoire des moutons européens de masses sans voix

http://www.kiriyatskiy.pochta.ru/enAllemagne.jpg

    Je m’appelle Alexander KIRIYATSKIY. A la Cour des Droits des Hommes mon dossier a le numéro 7170/10. Je voudrais informer les violences contre moi depuis le 30 avril 2010. Je dois souligner pour quelle raison on m’a interdit d’être inscrit en l’Ecole Doctorale en histoire, et non en philosophie, à l’Université de Strasbourg pendant l’année académique 2010-2011. Cet article tente de démontrer, pour quelle raison, je ne pourrais jamais étudier dans l’Université de Strasbourg. De 2007 à 2010, j’étudiais à son Ecole Doctorale http://www.er.uqam.ca/nobel/m310014/apropos1.htm en philosophie allemande. Je voulais soutenir ma thèse en 2010 et quitter la France pour toujours. Je ne sais pas la langue allemande. C’est pourquoi, je ne souhaite ni habiter, ni travailler dans ce pays. Pour quelle raison, la police allemande ne me permet pas de traverser le territoire de son pays? Je voudrais recevoir l’explication de l’Ambassade d’Allemagne à Paris afin de comprendre: pourquoi la police allemande m’a arrêté le 25.04.2010? Je ne suis pas contre l’Allemagne. En outre, je ne voudrais pas que l’Allemagne soit responsable pour la mafia israélienne et française. L’explication de cet évènement est présentée par ce même article enveloppé plus bas. Je propose à M. l’Ambassadeur, de la même façon en internet, la cause réelle POUR QUELLE RAISON la mafia israélienne et française a soumit la police allemande. Je vous prie de lire attentivement tout mon processus, pour quelle raison, je devais devenir le prisonnier en Allemagne et expulsé immédiatement en France en 2010: http://alexanderkiriyatskiy.wordpress.com/2010/01/28/hello-world/. Car je n’ai aucun droit sur la vie comme en Russie avant la mort de Staline. C’est la raison pour laquelle, je demanderai l’asile politique en Suisse, où je tenterai de recevoir l’explication officielle pourquoi la mafia israélienne et française a souhaité manipuler la police allemande afin d’obtenir ses buts noirs contre mon droit de soutenir ma thèse Ph.D.. Si j’avais soutenu ma thèse et j’étais revenu avec le diplôme de Docteur en Israël, j’aurais présenté la concurrence dangereuse à la mafia israélienne, car cette dernière occupe nombreuses places privilégiées sans aucun diplôme. Si j’avais le Ph.D. sans rapports avec la mafia, je présenterais le grand danger à l’hiérarchie israélienne. Cette dernière voit l’ennemi dans la voix de la nationalité allemande depuis 1933 sous la pression de la deuxième guerre mondiale. C’est la raison pour laquelle, la mafia juive a voulu utiliser la police contre ma concurrence et soumettre la nationalité allemande comme les “Frits stupides et responsables pour tous les juifs”. Je suis contre cette affirmation. C’est la raison pour laquelle, je prie l’Ambassadeur Allemand de m’aider dans ma lutte contre la mafia et de m’aider à recevoir le statut de réfugié en Suisse. Pour quelle motivation je ne demande pas l’asile politique en France, décrit mon propre poème en français http://www.er.uqam.ca/nobel/m310014/poesieFR.htm
    Du 30.04.2009 au 4.09.2009, je me trouvais en Israël. Le 25 avril 2010, j’allais en train vers l’Italie afin d’obtenir mon inscription en cotutelle entre l’Université de Strasbourg et l’Université des Etudes de Trente. Cette dernière pouvait me fournir la carte de séjour en Europe de la même manière quelle l’avait fait de 2002 à 2004, alors que j’étais doctorant et que mon directeur de thèse travaillait à l’Université de Strasbourg. J’ai préféré aller chez mon ami italien pour finir la composition de ma thèse et tenter de la soutenir au mois d’octobre à Strasbourg et à Trente. Si j’étais venu en Israël avec mon diplôme de docteur en automne 2010 et si j’avais quitté la France, à quelle organisation aurais-je présenté le danger? Afin de m’empêcher de présenter ma soutenance, lorsque j’allais de Strasbourg à Trente à travers l’Allemagne, le 25 avril 2010 la police allemande m’a arrêté e emprisonné à Stuttgart et plus tard à Karlsruhe pendant 24 heures. La cause de mon arrestation était mon «action criminelle à Kehl du 28.07. 2009. Stadt ver waltung Kehl. Ausländeramt. Aktenzeichen: 103.19/31/KP. Telefon            0049 7851 88 0      .

http://www.kiriyatskiy.pochta.ru/DOCUM/30.04.2010/Cause1.jpg

     Cette dernière m’interdit de traverser le territoire de l’Allemagne du 28.07.2009 au 28.07.2019. Du 30.04.20 au 5.09.2009 je me trouvais en Israël. Du 30.04.2009 au 5.09.2009 je n’avais aucune possibilité de me trouver simultanément en Israël et faire la même «action criminelle à Kehl du 28.07. 2009». Je n’ai rien fait contre l’Allemagne. Mais j’appartiens à la classe inferieure des russes intellectuels. Je ne veux ni vivre, ni étudier en Allemagne. En outre, c’est l’unique pays européen, dans lequel peut arriver chaque israélien, en ayant non moins que 3600 euros pour six mois afin de louer une chambre et trouver un avocat. Qui avait passé l’examen de l’allemand, aurait reçu la carte de séjour permanente sur le territoire de l’Allemagne et d’aucun autre pays. Malgré ce mon droit, l’Allemagne essaie de m’attribuer le crime falsifié. Le 29 juillet, j’ai reçu mon passeport à Tel-Aviv.

http://www.kiriyatskiy.pochta.ru/alAmGerTel-Av.jpg

    Le 12 mai 2010, j’ai prié l’Ambassade d’Allemagne à Tel-Aviv d’annuler l’erreur de la police, car mon même passeport démontrait que je ne pouvais rien faire en Allemagne le 29 juillet 2010. Cette Ambassade n’a rien annulé dans mon dossier. Elle a pris mon passeport pendant 20 minutes et me l’a rendu détérioré.

http://www.kiriyatskiy.pochta.ru/DFals/PasR.jpg

    Lorsque j’ai posé la question: «On m’a détérioré mon passeport ?», son représentant ne m’a pas répondu et m’a dit seulement que je devais payer 30 euros et envoyer la lettre à la police allemande et demander: «Pour quelle raison on m’a interdit de traverser le territoire allemand depuis le 29 juillet 2009 jusque 28 juillet 2019?».

http://www.kiriyatskiy.pochta.ru/DOCUM/30.04.2010/GermArest2.jpg

http://www.kiriyatskiy.pochta.ru/DFals/DelAvoc.jpg

    Comme je n’étais pas d’accord avec cette réponse et comme mon passeport n’était plus valable, on m’a interdit de revenir plus à cette Ambassade d’Allemagne et avec mon nouveau passeport pour régler ces problèmes. Immédiatement, j’ai montré tous mes documents et mon passeport abimé à l’Ambassade d’Espagne, qui se trouvait dans ce même bâtiment à Tel-Aviv.

http://www.kiriyatskiy.pochta.ru/DOCUM/30.04.2010/InIsrael.jpg

    La Préfecture de Ramat-Gan m’a permis de ne pas payer l’amende pour mon passeport abimé en Ambassade d’Allemagne à Tel-Aviv, car j’ai démontré le fait que ce n’était pas mon faute.

http://www.kiriyatskiy.pochta.ruDFals/NPas1.jpg

    La Préfecture m’a donné le document qui démontre le fait que le 31 août 2010 j’ai pu payer mon nouveau passeport sans amende.

http://www.kiriyatskiy.pochta.ru/DFals/PrefIsr.jpg

    Israël ne m’a présenté aucun avocat pour régler mes problèmes en Allemagne. En outre, un homme «Avi» a visité tous les endroits, où j’ai travaillé en 2008 et en 2009. Ce Monsieur Avi m’a interdit de me présenter à un poste de travail officiel et de payer mon assurance maladie, alors que j’ai commencé à travailler illégalement. Je suppose que la mafia israélienne a provoqué mon arrêt en Allemagne pour que je ne puisse pas rester en Italie et terminer ma thèse aux derniers jours du mois d’août 2010.

http://www.kiriyatskiy.pochta.ru/DOCUM/30.04.2010/GermArest1.jpg

    Afin d’éviter la soutenance de ma thèse et d’éviter la concurrence sur le marché israélien du travail comme en Allemagne, en France cette même mafia a obligé M. Frédéric DE BUZON à cesser d’enseigner à l’UdS en licence et en master et de diriger ma thèse. Je présente à la Cour de Droits de l’Homme les copies de ma lettre à mon ex-directeur M. le Pr. Frédéric DE BUZON et de sa réponse à celle identifiée aux mensonges falsifiés sous la peur de la pression afin d’éviter le destin des «ennemis du peuple» à l’époque du stalinisme en URSS:
De: alexander.kiriyatskiy@etu.unistra.fr
À: Frédéric de Buzon
Sujet: A l’âge de 50 ans et plus tard, il sera très difficile de recevoir de nouveaux les heures d’enseignement distribuées parmi les autres professeurs. M. le Professeur Frédéric DE BUZON, au département on m’a dit depuis le 19 septembre 2010 que Vous avez cessé d’enseigner à l’UdS à la Licence et au Master et vous ne pourriez pas suivre ma thèse, si vous acceptiez mon travail et n’enseigniez plus. Aucun professeur ne donnera jamais ses propres heures à aucun autre sans menace. A l’âge de 50 ans et plus tard, il sera très difficile de recevoir denouveaux les heures d’enseignement distribuées parmi les autres professeurs. Je ne vous ai rien fait mal. J’ai exécuté toutes vos exigences. Et je comprends parfaitement Tobie Nathan vous a obligé à ne pas assister ma thèse. Qui vous a menacé? Pour quelle raison vos amis des autres universités ne doivent pas savoir la vérité? «Cher Monsieur, Merci de votre message. Je dois malheureusement vous dire que je n’ai pas les compétences nécessaires pour diriger une thèse de doctorat sur la philosophie de Ernst Cassirer. Cela dit, à ma connaissance M. de Buzon est en congé temporaire de l’Université de Strasbourg; il n’a pas cessé d’y enseigner de manière définitive. En vous remerciant de l’intérêt que vous portez à notre Institut, je vous prie de recevoir mes salutations les meilleures. Richard Glauser, Institut de philosophie, Faculté des lettres et sciences humaines Université de Neuchâtel 1, Espace Louis-Agassiz CH-2000 Switzerland / Suisse.
Frédéric de Buzon
alexander.kiriyatskiy@etu.unistr
Monsieur, je vous ai déjà dit et écrit plusieurs fois que je ne voulais plus, pour des raisons scientifiques qui vous ont été précisées, diriger votre thèse et vousaccorder des délais supplémentaires après la période de trois ans au terme de laquelle elle aurait dû être achevée ou proche de l’achèvement. L’équipe d’accueil de philosophie ainsi que l’école doctorale des humanités ont confirmé ce refus opposé à votre demande. Vous ne paraissez pas avoir bien compris que le seul motif de cette décision est que vous n’avez pas la possibilité de réussir une thèse de philosophie, en langue française, dans un délai raisonnable. Je le regrette vivement, mais c’est ainsi. Je ne peux pas vous empêcher de croire ce que vous voulez quant à mes raisons, mais sachez que je n’ai obéi, à regret, qu’à l’évidence et nullement à la pression de qui que ce soit. Ce qui est déjà peu tolérable lorsque cela reste entre nous devient absolument insupportable quand des collègues d’autres universités ou d’autres pays sont pris à partie, et des personnalités qui ne sont pour rien dans vos problèmes sont mises arbitrairement en cause. Or, il me revient régulièrement depuis le mois de septembre des messages de collègues qui m’informent de vos démarches et des calomnies que vous répandez à mon endroit, et j’en ai eu unexemple ce matin encore. C’est pourquoi je vous demande une fois pour toutes: 1/ de cesser le harcèlement dont je fais l’objet, particulièrement depuis l’été 2010;2/ de cesser de me mettre en cause dans vos démarches et de cesser de répandre des contre vérités sur mon compte, et tout spécialement à propos de mes activités professionnelles. Je communique ce message aux directeurs de l’école doctorale des humanités et de l’équipe d’accueil de philosophie de Strasbourg. Je précise en outre que, si ce harcèlement et ces calomnies devaient se prolonger, j’aviserai le service juridique de l’université de Strasbourg pour suite à donner. Frédéric de Buzon Professeur à l’Université de Strasbourg.
    Afin de persuader M. Frédéric DE BUZON d’écrire officiellement le mensonge sous la pression non officielle à la quatrième année de mon doctorat et pour démonter la puissance de cette pression, la mafia a falsifié les documents de mon arrestation en Allemagne le 25 avril 2010,

http://www.kiriyatskiy.pochta.ru/DFals/SDAl.jpg

car n’y avait pas encore le document falsifié que «du 29 juillet 2009 au 27 juillet 2019, je n’avais aucun droit de traverser le territoire d’Allemagne». Avant les discours avec la mafia, M. Frédéric DE BUZON se préoccupait de ma Bourse.

http://www.kiriyatskiy.pochta.ru/Bloch/DuDirecteur.JPG

    La mafia était sûre que ni la Cours des Droits de l’Homme, ni l’Université, ni aucun avocat n’accepterait pas mon alibi, car moi, Alexander KIRIYATSKIY, je n’appartiens ni aux Classes des Hommes Reconnues ni de Ceux Privilégiés. C’est la raison pour laquelle, cette même mafia souhaite m’interdire l’inscription à l’Ecole Doctorale en histoire de l’UdS. De la même façon, cette mafia menaçait M. Frédéric DE BUZON depuis le 18 août 2008 jusqu’au 23 janvier 2009. C’est la raison pour laquelle, M. le Professeur Frédéric DE BUZON avait peur de m’inscrire pour la deuxième année jusqu’au 2 février 2009.

http://www.kiriyatskiy.pochta.ru/Bloch/2ADM1.JPG

    De même, il a peur à présent de m’admettre pour ma quatrième année académique en philosophie. C’est pourquoi jusqu’à 14 heures le 25 novembre 2010, Messieurs les Professeurs Eckart WIRBELAUER et Dominique BEYER étaient sûrs qu’à 15 heures du même jour ils pouvaient signer mon formulaire et m’admettre pour la première année de leur Ecole Doctorale. M. le directeur d’équipe en histoire Dominique BEYER m’a écrit le 22 novembre: «Je gagnerai du temps si vous pouviez me dire quel professeur a signé votre formulaire? J’ai transmis votre message à mon collègue Wirbelauer, professeur  d’histoire romaine. Bien cordialement, D Beyer. Dominique BEYER. Directeur de l’UMR 7044 Etude des Civilisations de l’Antiquité Maison des Sciences de l’Homme-Alsace(MISHA) 5, allée du Gal Rouvillois C 50008 F-67083 STRASBOURG Cedex. Tél. 03 68 85 61 92- Secrétariat Sabine Zinck: 03 68 85 61 93.» Le 24 novembre 2010 à 19:32, j’ai envoyé le message suivant à M. le Pr. Eckart WIRBELAUER: «Cher M. le Professeur Eckhard Wirbelauer, je m’appelle Alexander KIRIYATSKIY. Je vous envoie deux formes de mon CV http://www.er.uqam.ca/nobel/m310014/CurriculumFR.pdf et http://www.er.uqam.ca/nobel/m310014/CurriculumFR.htm dans l’optique d’être inscrit à votre Ecole Doctorale en histoire. En automne 2007, je n’ai pas profité de l’opportunité d’être inscrit à votre Ecole Doctorale en histoire. Vous avez signé mon formulaire afin de suivre ma thèse en histoire antique sous le titre «Le chemin vers le grand silence médiéval de l’Empire Romain depuis 284 jusqu’à 567 en politique, en philosophie et en littérature»http://www.er.uqam.ca/nobel/m310014/Hist.htm . Peut-être, suivrez-Vous cette thèse en 2010 comme il la dirigea en automne 2007. Je voudrais rédiger cette thèse en cotutelle entre l’Université de Strasbourg et celle de Fribourg en Suisse, où j’ai envoyé cette même demande d’inscription à l’École Doctorale d’histoire, car à cette Université Vous avez soutenu votre thèse en 1992 sous le titre « Les conflits autour du siège épiscopal romain dans l’Antiquité tardive. Avec une édition critique des documenta Symmachiana et Laurentiana». Je m’appuierai sur ce travail, si ce dernier était traduit en français, en italien ou en espagnol.  A mes regrets, je ne sais pas l’allemand. De même, j’utiliserai votre publication en italien sou le titre « Il papato di San Simmaco (498-514). Atti del Convegno internazionale di studi Oristano 19-21 novembre 1998., Cagliari : Italie (2000)». En 2007, l’Université de Strasbourg (Marc Bloch) m’a admis à son École Doctorale en philosophie et en histoire antique. En 2007, j’eu à choisir l’histoire et développer ce projet de thèse. On m’a inscrit en philosophie plutôt qu’en histoire antique. Ce fut la raison pour laquelle, j’ai mit de côté l’histoire antique au profit de la philosophie de la Renaissance. Ce fut une grande erreur, du fait que mon directeur de thèse en philosophie M. le Pr. Frédéric DE BUZON a cessé d’enseigner à l’Université de Strasbourg en 2010. Il m’a admit à son doctorat en philosophie le 10 juillet 2007. Votre réponse positive m’est parvenue au mois de septembre 2007, tandis que je fréquentais déjà les séminaires de M. le Pr. Frédéric DE BUZON. Je n’ai pas voulu offenser M. Frédéric DE BUZON en abandonnant son école doctorale. En 2007, je ne vous ai pas répondu, car je n’avais pas l’argent afin de payer pour deux Ecole Doctorale. Je n’ai pas su prévoir qu’en 2010 M. le Pr. Frédéric DE BUZON devait cesser d’enseigner en licence et en master et, entre autre pour se débarrasser de moi, il n’accepta plus mon travail composé pendant l’année académique 2009-2010. Lorsqu’au contraire il n’avait pas de désir d’améliorer sa qualification de professeur. Je suppose que c’est la raison pour laquelle, il accepta ces mêmes travaux en 2008 et 2009http://www.er.uqam.ca/nobel/m310014/Bloch/Doctorant.htm et, en 2010, n’a pas accepté cette même recherche plus développée et plus systématisé par ses recommandations du printemps de 2010. Je pourrais composer ma thèse en histoire immédiatement en français et en italien comme je l’ai fait, lorsque j’écrivais ma thèse en philosophie depuis 2007 jusqu’à nos jours http://www.er.uqam.ca/nobel/m310014/Bloch/3doctorat.pdfhttp://www.er.uqam.ca/nobel/m310014/Bloch/3doctoratIT.pdf (évidemment ma traduction en italien n’illustre pas tout le propos de mes recherches qui pourront mieux se comprendre en français, car cette traduction très rapide compte encore quelques fautes en italien). Excusez-moi pour mon absence pendant 3 années perdues au département en philosophie. Donnez-moi, s’il vous plaît, votre réponse plutôt et permettez-moi de rédiger ma thèse en cotutelle entre l’Université de Strasbourg et celle, où Vous avez soutenu votre thèse en 1992. Mes diplômes sont MASTER 2 en LETTRES (histoire de littérature): http://www.er.uqam.ca/nobel/m310014/Prof.fr.htm et en Philosophie (histoire de philosophie): http://www.er.uqam.ca/nobel/m310014/2_Diploma.htm Confirmation des mêmes diplômes au Canada: http://www.er.uqam.ca/nobel/m310014/Master.equiZ.htm Documents de ma scolarité à l’Ecole Doctorale de Strasbourg de 2007 à 2010: http://www.er.uqam.ca/nobel/m310014/Bloch/Doctorant.htm. Le secrétaire Madame Marie-Carmen Ramirez m’a dit que le temps des inscriptions étant déjà passé pour pouvoir m’inscrire en histoire il fallait que vous lui téléphoniez. J’ai deux documents qui démontrent que vous avez la possibilité de m’admettre pour cette année au mois de novembre 2010. Ces documents présentent mon inscription pour ma deuxième année 2008-2009 en philosophie. Comme maintenant, en automne 2008, M. le Professeur Frédéric DE BUZON attendait quelques informations qu’il n’a reçues qu’en 2010. C’est la raison pour laquelle, il m’a inscrit seulement le 2 février 2009 pour l’année universitaire 2008-2009 http://www.er.uqam.ca/nobel/m310014/Bloch/2ADM1.JPG – http://www.er.uqam.ca/nobel/m310014/Bloch/2Attestat.JPG.J’estime M. le Pr. Frédéric DE BUZON et à l’époque je ne posais pas la question de savoir pour quelle raison je n’avais aucune possibilité d’être admis plutôt pour ma deuxième année à son Ecole Doctorale depuis le mois de septembre 2008 jusqu’au 2 février 2009. En outre, je suppose que pour la même raison je ne puisse pas  être inscrit pour ma quatrième année en philosophie. De même, je suppose que ces deux documents démontrent ma possibilité d’être admis à votre Ecole Doctorale en histoire depuis le mois de novembre. Faîtes-moi savoir plutôt si ce projet http://www.er.uqam.ca/nobel/m310014/Hist.htm en histoire antique, et ce qui motive celui-ci, correspondraient à votre intérêt comme en 2007. J’espère que Vous m’avez excusé, Alexander KIRIYATSKIY http://www.er.uqam.ca/nobel/m310014»
    Ce même 24 novembre 2010 à 19:52, j’ai reçu la réponse immédiate de M. le Pr. Eckart WIRBELAUER: «Cher Alexandre, je suis d’accord de diriger votre thèse si vous m’envoyez une esquisse de votre projet (max. 10 pages, avec un calendrier prévisionnel). Votre projet me semble toujours intéressant, mais trop vaste à ce moment-ci. Il faudra donc réduire le programme afin de vous faire réussir. Permettez-moi encore qq questions pratiques: Pourriez-vous m’expliquer un peu votre situation personnelle? Habitez-vous à Strasbourg? Sinon, avez-vous accès régulier à des bibliothèques? Bien à vous Eckhard Wirbelauer». Cette réponse rapide démontre que mon travail a plait beaucoup à M. le Professeur Eckart WIRBELAUER en automne 2007 et il a excusé l’absence de ma réponse il y a 3 ans. Je n’attendais pas cette réponse immédiate. C’est la raison pour laquelle, j’ai regardé ma poste électronique seulement le 24 novembre 2010 à 23:00. Lorsque j’ai lu cette réponse positive, j’ai diminué le texte sur 10 pages et j’ai envoyé ma réponse heureuse à mon nouveau directeur de thèse: «Cher M. le Pr. Eckhard Wirbelauer, je suis heureux de recevoir une réponse positive de votre part. Aujourd’hui, dans la soirée, je ferai une esquisse de mon projet sur dix pages. Pour l’heure, mon projet n’a que six pages si vous l’imprimiez depuis Internet. Devrais-je diminuer mon projet, en la taille des caractères ou devrais-je écrire quatre pages supplémentaires? J’habite à Strasbourg depuis trois ans au domicile de mon ami Vladimir ALTOUKHOV sur la rue de Schirmeck 241/6, Strasbourg 67200. A Strasbourg, j’ai la possibilité régulière de visiter toutes les bibliothèques. Je mange également gratuitement au restaurant de 7 pains, car je n’ai pas beaucoup d’argent. Je voudrais rédiger ma thèse en cotutelle, en ayant un deuxième directeur de thèse à Fribourg. Tous les doctorants inscrits en cotutelle reçoivent une bourse d’étude. Me permuteriez vous d’obtenir une cotutelle entre l’Université de Strasbourg et celle de Fribourg? Cher M. le Pr. Eckhard WIRELAUER, j’ai exécuté votre exigence. Maintenant, l’esquisse de mon projet de thèse n’occupe que 10 pages. Elle est diminuée et imprimée par le programme de PDF http://www.er.uqam.ca/nobel/m310014/Hist2.pdf, où la quantité des pages est précisément indiqué. Afin de gagner le temps, informez, s’il vous plaît, plutôt M. le Directeur de votre Equipe Domique Beyer que Vous êtes d’accord de diriger ma thèse, car j’ai exécuté votre exigence et j’au innové mon esquisse de projet. Maintenant, il a le titre «Chemin vers le grand silence médiéval de l’Empire Romain depuis 284 jusqu’à 565 en politique, en philosophie et en littérature». Informez-lui plutôt, s’il vous plaît, que Vous permettez de m’admettre à votre Ecole Doctorale par tous les ordres. Votre doctorant Alexander KIRIYATSKIY http://www.er.uqam.ca/nobel/m310014 » Le 25 novembre 2010 à 14:00 Messieurs les Professeurs Dominique BEYER et Eckart WIRBELAUER m’ont dit qu’à 15 heures du même jour je devais arriver au cabinet de M. Dominique BEYER et prendre les formulaires remplis par mon directeur de thèse M. Eckart WIRBELAUER et le directeur d’équipe M. Dominique BEYER. En outre, à 15 heures, M. Dominique BEYER ne m’a donné aucun formulaire. Il m’a expliqué qu’il était trop tard d’être admis à son Ecole Doctorale. C’est la raison pour laquelle, seule la permission du Président de l’Université de Strasbourg pouvait leur permettre de m’inscrire au doctorat en histoire. Mais sous la pression de la mafia israélienne M. le Président Alain Beretz a donné la réponse négative. On a obligé M. le Professeur Eckart WIRBELAUER à annuler son opinion. Cette dernière n’était pas modifiée de l’automne 2007 jusqu’à 14 30 le 25 novembre 2010. Alors je n’ai pas perdu ma croyance dans démocratie en France et dans la possibilité de ne pas avoir peurs des détentions comme à l’époque de Staline en URRS de 1928 à 1954. Seulement pendant cette époque de la terreur cachée sous la voile de la démocratie de Staline, les professeurs modifiaient leurs opinions immédiatement sous la peurs des contacts avec les hommes de la liste noire. Mais après la mort de Staline de 1954 au 2010, cette peur a disparue et les premiers défendeurs des droits humains ont commencé à soutenir les hommes de la liste noire, comme moi en France en 2010. Aucun professeur ne refuserait jamais à ses doctorants, si ces derniers ne voulaient pas amener le régime soviétique et se limitaient à ma critique de la particularité du communisme, comme je critique la dépendance française de la mafia israélienne. Toute ma famille était toujours opposée au socialisme soviétique, mais c’était leur erreur, car ni ma mère ni mon grand père, réhabilité en 1954, n’étaient jamais persécutés sur les places des études et du travail. C’est la raison pour laquelle, je n’ai pas eu peur de prier M. le Professeur Eckart WIRBELAUER de me défendre dans sa lettre au Président de l’Université de Strasbourg. Je n’ai pas accepté qu’en France en 2010, comme à l’époque de Staline et non plus tard, seuls les hommes de Fortune avaient le droit soutenus par les professeurs des universités. Seulement en 1937, la faiblesse minimale des clients provoquait la peur de perdre le travail sous la pression de la dictature. En outre, je croyais que la France en 2010 ne correspond pas encore aux traditions et aux exigences du stalinisme. C’est la raison pour laquelle j’ai prié M. le Professeur Eckart WIRBELAUER de me défendre auprès M. le Président Alain Beretz: «Cher M. le Professeur Eckhard Wirbelauer, car je voudrais être inscrit à votre Ecole Doctorale au mois de novembre et pas comme tout le monde, depuis les derniers jours du mois d’août, j’ai écrit ma demande officielle au président de l’Université de Strasbourg, M. Alain BERETZ pour obtenir sa permission de devenir votre doctorant depuis le mois décembre 2010. Je vous envoie la nouvelle copie de ce message. Je vous prie d’écrire la même demande à M. le Président, où Vous écriviez, s’il vous plaît, que Vous voulez diriger ma thèse en histoire et Vous avez l’ami à l’Université de Fribourg qui pourrait devenir mon deuxième directeur de thèse en cotutelle. Tous les doctorants en cotutelle reçoivent la bourse stable et les Préfectures leur donnent, immédiatement, la carte de séjour pendant leur étude ou en France ou en Suisse, selon le désir du doctorant en cotutelle. Sans cotutelle, la Préfecture ne m’a pas donné la même carte de séjour pendant mes études en philosophie depuis 2007 jusqu’à 2010, car je n’avais pas 7200 euro dans mon compte bancaire. Cette dernière augmentera la quantité de mes chances de recevoir la réponse positive du Président de l’Université de Strasbourg. Ma lettre présente les documents démontrés que i je n’étais pas admis et devait revenir en Israël, m’attendrait la mort.  J’attends plutôt votre réponse positive ou négative à ma demande. Alexander KIRIYATSKIY»
    Le 28 novembre, ou afin de ne pas dévoiler l’obligation antidémocratique de la mafia israélienne ou sous la peur des «ennemis du peuple» comme à l’époque, M. le Professeur Eckart WIRBELAUER a modifié son appréciation de mon projet pendant 4 jours sous la pression inconnue. Il faut souligner le fait qu’il n’a pas perdu le désir de suivre ma thèse du 2007 au 25 novembre 2010. En outre, il a trouvé nombreuses particularités négatives de mon projet en histoire, alors qu’il a accepté que le 25 novembre 2010 est tardive de m’admettre à son Ecole Doctorale. Seule l’absence de la démocratie minimale oblige à modifier immédiatement nos opinions comme M. le Professeur Eckart WIRBELAUER dans sa réponse à mon appel de l’aide: «Bonjour Alexandre, réflexion faite, je préfère de ne pas diriger votre thèse ayant considéré votre projet scientifiquement encore très fragile. Contrairement à 2007, je dirige à l’heure actuelle déjà 7 thèses, e la vôtre me demandait trop de temps afin de la mener à une bonne fin. Tout en comptant sur votre compréhension je reste avec mes meilleures salutations, Eckhard Wirbelauer». Sous la pression de la dictature absolue, M. le Professeur Eckart WIRBELAUER a dû rejeter mon accord de modifier immédiatement les idées de mon projet de thèse en histoire. Seulement le 22 mars 2011, j’ai reçu un document signé par M. le Président de l’Université de Strasbourg le 20 novembre 2010, il y a 5 jours avant ma visite à M. le Président Alain Beretz le 25 novembre 2010. Ce document explique parfaitement pour quelle raison M. le Professeur Eckart WIRBELAUER a modifié son opinion pendant 30 minutes et n’a pas voulu suivre ma thèse comme à l’époque du stalinisme en URSS.

http://www.kiriyatskiy.pochta.ru/Stalinisme.jpg

    Je n’appartiens ni à la classe privilégié ni à celle des Hommes Reconnus. C’est la raison pour laquelle, Israël ne veut pas me permettre de présenter la concurrence aux représentants de la mafia. Israël paye beaucoup d’argent à la bureaucratie française, allemande, canadienne, etc. Le bût est très simple. Je n’appartiens ni à la classe privilégié ni à celle des Hommes Reconnus. C’est la raison pour laquelle, Israël ne veut pas me permettre de présenter la concurrence aux représentants de la mafia. Voilà pourquoi, M. BEYER (juif) a cesse d’occuper la place du directeur d’équipe des doctorants en histoire antique à l’Université de Strasbourg. Pour démontrer sa puissance, la mafia israélienne paye beaucoup d’argent à la bureaucratie française, allemande, canadienne, etc. C’est la raison pour laquelle, cette dernière ne reconnaît mon statut de réfugié et ne permet pas, aux individus comme moi, de soutenir la thèse ou être inscrit à un autre département de l’Ecole Doctorale. De même c’est la raison pour laquelle, Israël ne cesse pas d’être accepté le pays «démocratique» et ses citoyens abaissés comme les esclaves n’ont aucun droit de recevoir le statut de réfugié. Si j’avais soutenu la thèse, il serait plus difficile de ne pas reconnaître mes diplômes et d’obliger à travailler illégalement pour une sixième partie du salaire minimal et à interdire d’avoir l’assurance maladie. De même, comme on ne peut pas me permettre d’étudier à l’Université de Strasbourg, je ne pouvais faire, physiquement, aucune action criminelle en Allemagne depuis le 30 avril 2009 jusqu’au 5 septembre 2009, car je me trouvais, en Israël, pendant ce temps. Comme on ne peut pas me permettre d’étudier à l’UdS, je ne pouvais faire, physiquement, aucune action criminelle en Allemagne depuis le 30 avril 2009 jusqu’au 5 septembre 2009, car je me trouvais, en Israël, pendant ce temps.

http://www.kiriyatskiy.pochta.ru/DOCUM/30.04.2010/GermArest3.jpg

    J’affirme que c’était le document falsifié par les structures non officielles de l’Allemagne et de la France et, peut-être à travers l’aide israélienne. Elles ne m’ont pas permis de recevoir la carte de séjour en Italie et être expulsé en Israël sans mon accord. Le 26 avril 2010, la police allemande m’a conduit à Strasbourg pour prolonger ma détention sans motif en France. L’aide juridique de l’ «Ordre de Malte et de France» m’a expliqué que moi, doctorant de la 3ème année académique à l’Université de Strasbourg, je me trouvais irrégulièrement en France et que je devais être renvoyé en Israël. L’aide juridique, les juges et le préfet de Strasbourg n’ont pas voulu accepter officiellement qu’on m’avait arrêté en Allemagne par les documents falsifiés, car la mafia en France était liée à mon arrestation en Allemagne. C’est la raison pour laquelle, on a prolongé ma détention dans le centre de rétention le 26 et le 27 avril 2010. Uniquement, le 25 mai 2010 à mon adresse postale Route de Schirmeck 241/6 Strasbourg 67200, est parvenue la décision du Tribunal que je devais quitter la France. Le 26 avril 2010, je devais être libéré et avoir 12 heures pour quitter la France. Pour quelle raison m’a-t-on obligé à attendre la décision du Tribunal Administratif? Afin de mentir, persuader à rester tranquillement et à devenir prisonnier avant de m’informer immédiatement de la décision du même Tribunal par les documents falsifiés? Le Tribunal Administratif m’a menti, en me disant que je pouvais prolonger la rédaction de ma thèse en France avant sa décision.

http://www.kiriyatskiy.pochta.ru/DOCUM/30.04.2010/GermArest4.jpg

http://www.kiriyatskiy.pochta.ru/DOCUM/30.04.2010/taxes2009.07.JPG

http://kiriyatskiy.pochta.ru/ISR/Dicrim.JPG

    C’est la réponse de l’Université de Tel-Aviv, où il est dit que M. Alexander KIRIYATSKIY ne peut pas être inscrit pour la première année de son Ecole Doctorale. L’Université de Tel-Aviv ne reconnait aucun diplôme de master d’Alexander KIRIYATSKIY ni la première année finie par Alexander KIRIYATSKIY à l’Ecole Doctorale de l’Université Marc Bloch à Strasbourg.

http://www.kiriyatskiy.pochta.ru/Bloch/ATTESTAT.JPG

     L’Université de Tel-Aviv affirme qu’Alexander KIRIYATSKIY n’a rédigé aucun mémoire de MASTER 2. Si M. Alexander KIRIYATSKIY avait approuvé la connaissance parfaite de l’hébreu et de l’anglais, il devrait passer plusieurs autres examens et étudier à l’Université payée de Tel-Aviv pendant 5 années et plus! Afin de soutenir la thèse. L’Université de Tel-Aviv, comme toutes les autres universités israéliennes et toutes les autres organisations d’Israël, ne reconnait pas la confirmation israélienne de M. Alexander KIRIYATSKIY du 10/11/1999 du premier master 2 d’Alexander KIRIYATSKIY qui était soutenu à travers le mémoire de 80 pages en 1995 à Tachkent après plusieurs examens passés pendant 5 années universitaires de 1990 à 1995. De même, elles rejettent le diplôme italien à l’Université italienne de Trente, où M. A. KIRIYATSKIY a passé les examens pour 309 crédits de 2002 à 2004 et a soutenu la dissertation en philosophie de 155 pages, pour laquelle M. Alexander KIRIYATSKIY a reçu le niveau d’Etudes Universitaires Italiennes de la Spécialisation de MASTER 2. L’Université de Tel-Aviv a rejeté l’Equivalence Canadienne d’Alexander KIRIYATSKIY de ce dernier diplôme qui correspond officiellement aux études québécoises des Etudes Universitaires de deuxième cycle complété (programme de maîtrise). L’Université de Tel-Aviv n’y a pas crû.

http://kiriyatskiy.pochta.ru/ISR/Verit.JPG

    De même, la commission de l’Université de Tel-Aviv ne reconnait pas et ne croit pas au message officieux de l’administrateur M. Paolo Zanei de l’Université des Etudes de Trente qui a envoyé ce message par fax, par poste électronique et par courriel, où l’Université de Trente renommée DANS LE MONDE ENTIER démontre à l’Université de Tel-Aviv que M. Alexander KIRIYATSKIY, né le 11 mai 1970, a reçu le NIVEAU DE MASTER EN PHILOSOPHIE ET LANGUAGES DE MODERNITE (classe: théorie, morale politique et esthétique en philosophie 18/S) à l’Université des Etudes de Trente, où M. Paolo ZANEI approuve que M. A. KIRIYATSKIY a soutenu la dissertationle 20 octobre 2004 avec l’évaluation 100/110. Le titre de la même dissertation est «Le rôle de la mémoire dans la «Ruine d’Atlantide» de George Golokhvastov». Son directeur était le professeur Giuseppe Beschìn de la Faculté des Sciences Humaines et Philosophie à l’Université de Trente. Nous présentons la copie de cette lettre en anglais.De même, au mois de mai 2009 l’Université de Tel-Aviv a rejeté l’Attestation de l’Université March Bloch de Strasbourg qui a approuvé que M. Alexander KIRIYATSKIY a fini de façon régulière la 2ème année de son doctorat pour l’année universitaire 2008/2009.

http://www.kiriyatskiy.pochta.ru/Bloch/DOC3EMEb.jpg

     M. Alexander KIRIYATSKIY est immigrant russe et n’appartient à aucun de leurs clans en Israël. Il n’a aucun droit sur «les droits de l’homme». Il n’a aucun soutient de la mafia israélienne ni de celle-ci russe en Israël. Le sous-homme n’a aucun droit de travailler par ses diplômes et ne doit jamais prolonger ses études en Ecoles Doctorales. C’est la raison pour laquelle, Israël a condamné M. Alexander KIRIYATSKIY en printemps 2009. Le compte courant d’Alexander KIRIYATSKIY a été arrêté. La mafia a prétendu qu’en 2001 Alexander KIRIYATSKIY a acheté une voiture. Alors que M. Alexander KIRIYATSKIY n’avait aucun argent et ne pouvait trouver aucun travail, car le service secret Chabak lui a interdit d’étudier et de travailler partout en Israël que ce soit parmi les nettoyeurs de plancher que parmi les ouvriers dans les usines dangereuses. Il n’avait aucune raison et aucune possibilité d’acheter une voiture. Il n’avait aucune information du payement pour cette même voiture pendant 8 années. La réalité démontre qu’uniquement le 30 avril 2009 Israël a attribué la même voiture à M. Alexander KIRIYATSKIY, malgré le fait que la loi proclame qu’Israël excuse tous les prêts aux autres israéliens, alors que 7 années ont passé après la registration du même prêt. Avant le payement du même prêt falsifié, Israël a interdit à M. A. KIRIYATSKIY d’encaisser les chèques pour son dur travail sans qualification, alors que ses collègues pouvaient encaisser les mêmes chèques malgré le fait que leur prêt réel fût plus que de 80 000 shekels.

http://kiriyatskiy.pochta.ru/ISR/ArestSch.JPG

    Le document ci-dessous qu’Alexander KIRIYATSKIY a reçu pour l’achat de cette même voiture de 2001 à 2002, montre qu’il devait payer les taxes et que la mairie de Jérusalem a arrêté son compte courant. Pour quelles raisons de 2001 à 2009, M. Alexander KIRIYATSKIY n’était pas informé qu’il devait payer pour cette même voiture?

http://kiriyatskiy.pochta.ru/ISR/Mensonge.JPG

    Le document ci-dessous démontre qu’M. Alexander KIRIYATSKIY n’avait jamais les droits de conduire la voiture et n’a jamais appris à conduire.

http://kiriyatskiy.pochta.ru/ISR/real1.JPG